Librairie Lucioles
13-15 place du Palais
38200 Vienne
Tél : 04 74 85 53 08
Fax : 04 74 85 27 52
Cartel

Cartel

Don WINSLOW
Seuil - Traduit par Jean Esch
23,50 €

Réservez ce livre
 

En 2007, parait un roman policier considéré dès sa sortie comme le plus grand roman sur la drogue jamais écrit : La griffe du chien de Don Winslow, véritable coup de poing. Entre journalisme et thriller, il entraine le lecteur au côté d’Art Keller, agent de la DEA, dans les méandres sordides de l’histoire de la guerre anti-drogue entre le Mexique et les Etats-Unis, de 1975 et l’an 2000.

Aujourd’hui, Don Winslow signe l’événement littéraire de cette rentrée en publiant Cartel, authentique chef d’œuvre, et conclue ainsi de manière magistrale et terrifiante cette chronologie de la guerre de la drogue, s’attachant ici à la décennie 2004-2014.

Le roman s’ouvre sur l’évasion du narcotrafiquant Adan Barrera. Il reprend la tête de son cartel et s’infiltre dans la police, l'armée et les milieux politiques mexicains. Toute ressemblance avec Joaquín Archivaldo Guzmán Loera dit « El Chapo », chef du cartel du Sinaola, n’est absolument pas fortuite. Ayant côtoyé Barrera par le passé, Art Keller se lance à ses trousses. Un combat à mort contre le narco s’engage, sur fond de guerre des cartels et d’explosion de violence.

A la manière de David Simon radiographiant la ville de Baltimore dans « The wire », Don Winslow montre, à travers les destins de Art Keller et d’une multitude de personnages, comment et pourquoi le trafic de cocaïne reste en pleine expansion tandis que la violence des cartels ne connaît plus de limites et que le Mexique prend des allures de guerre civile.

S’appuyant sur une documentation impressionnante et une construction narrative redoutable, Don Winslow appréhende dans son ensemble les sanglantes étapes de cette guerre menée et perdue d’avance par les États-Unis, témoignant d’une évolution ultraviolente : développement capitalistique des cartels, corruption au plus haut sommet des institutions, enlèvements et exécutions perpétrés en toute impunité et jamais élucidés, régime de terreur.

Si Don Winslow fait bien œuvre de fiction, il nourrit sa plume à l’encre d’une réalité monstrueuse et dérangeante, se faisant le chroniqueur d’une « guerre » qui a fait, depuis 2006, plus de morts que les conflits irakien et afghan réunis.

Traduit de l’anglais (américain) par Jean Esch