Librairie Lucioles
13-15 place du Palais
38200 Vienne
Tél : 04 74 85 53 08
Fax : 04 74 85 27 52
D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds

littérature étrangère

 
Fiche précédente  |  Fiche suivante
Retour à la liste des lectures

D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds

Jon Kalman Stefasson
Gallimard
22.50 €

Réservez ce livre
 

A Keflavik, on ne vit pas, on survit ; d'ailleurs comme le dit le vers mis en exergue du premier chapitre du roman, "Keflavik n'existe pas", c'est une terre hostile, aride, battue par les vents, un sol de lave noire où rien ne pousse. Ari a grandi là, puis il est parti, pour exister, pour fuir.

 

Jadis, Odur, le grand-père a fondé le mythe familial en obtenant à force de volonté le commandement d'un bateau de pêche. C'est lui aussi celui qui, adolescent a décidé d'attendre de nombreuses années celle qu'il s'était promis d'épouser, Margret, la belle et forte Margret qui vivra le destin des femmes de pêcheur, attendant inquiète jusqu'à la folie le retour du mari, un nouvel enfant dans les bras. C'était le temps d'avant, d'une Islande sauvage et maîtresse de sa destinée. C'est dans les passages consacrés au grand-père que l'on retrouve le plus la puissance d'évocation poétique de Stefansson, lorsqu'il évoque Ari et sa jeunesse à Keflavik, Stefansson se fait plus descriptif, moins lyrique, il mêle une reflexion intime et politique sur son pays.

Ari est le petit fils d'Odur, il est dans l'avion qui le ramène du Danemark où il a refait sa vie, vers cette terre natale. Sur ses genoux, une enveloppe qui contient une photo de lui enfant et le diplôme de commandant de marine de son grand-père . Ari a quitté sa ville, sa famille, sa vie parce qu'il ne pouvait plus vivre avec ces souvenirs.C'est pourtant bien vers sa mémoire et celle de trois générations d'Islandais qu'Ari se dirige. Les zones restées obscures de son adolescence, mais aussi peut-être les raisons de l'échec de son mariage, les non-dits familiaux, tout ceci va s'éclairer d'un jour nouveau. Le roman s'écartèle entre la vie du grand-père, la jeunesse d'Ari et son retour à Keflavik. Stefansson établit un parallèle entre une Islande qui a idéalisé une histoire où tout était plus dur mais plus simple pour se protéger d'un monde complexe et agressif et un homme qui saura par la force des choses acquérir la lucidité pour enfin se débarrasser des fantômes du passé.