Librairie Lucioles
13-15 place du Palais
38200 Vienne
Tél : 04 74 85 53 08
Fax : 04 74 85 27 52
Sur les Hauteurs du Mont Crève-Cœur

Sur les Hauteurs du Mont Crève-Cœur

Thomas H. COOK
Seuil - Traduit par Philippe Loubat-Delranc
21,50 €

Réservez ce livre
 

Thomas H. Cook est un auteur à part dans le monde littéraire du polar. Auteur de thriller « intimiste », il manie le suspense non pas comme un simple effet de rebondissement de fin de chapitre mais véritablement dans la dimension hitchcockienne du terme. Il provoque l’attente angoissée de ce qui va se produire et demande au lecteur d’être impliqué dans chaque détail d’une scène, chaque parole prononcée par ses personnages.

Ainsi, Sur les Hauteurs du Mont Crève-Cœur est construit autour d’une simple et unique question : « pourquoi est-elle montée au Mont Crève-Cœur ce jour-là ? ». C’est l’énigme qui taraude tout le monde à Choctaw, petite ville conservatrice d’Alabama, en ce mois de mai 1962 lorsque l’on retrouve le corps sauvagement agressé de Kelli, jeune et belle lycéenne. Le mystère ne sera jamais élucidé.

Débarquée de Baltimore quelques mois auparavant, Kelli s’est liée d’amitié avec Ben, travaillant ensemble pour le journal du lycée. Très vite, Ben en tombe follement amoureux.

Trente ans plus tard, Ben n’a pas quitté Choctaw, il y mène une vie sans histoire. Pourtant, il est encore hanté par cet épisode dramatique et par une vérité que lui seul semble connaître…

Thomas H. Cook a le don de créer ces atmosphères troublantes, où non-dits et faux-semblants se révèlent au gré des flash-backs. Le lecteur suit pas à pas Ben dans la prison labyrinthique de ses souvenirs. Il y découvre alors un Ben dévoilant sa rancœur lorsque Troy, le beau gosse du lycée, s’éprend de Kelli, ou s’inquiétant des risques que Kelli encourt à soutenir ouvertement la lutte pour les droits civiques, multipliant ainsi hypothèses et fausses pistes, dans l’ombre de l’angoissant Mont Crève-Cœur qui, grand témoin muet, cache lui aussi ses propres secrets…

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Loubat-Delranc