Librairie Lucioles
13-15 place du Palais
38200 Vienne
Tél : 04 74 85 53 08
Fax : 04 74 85 27 52
La fin du monde n'aurait pas eu lieu

littérature étrangère

 
Fiche précédente  |  Fiche suivante
Retour à la liste des lectures

La fin du monde n’aurait pas eu lieu

Patrick Ourednik
Allia
10 €

Réservez ce livre
 

Autant se débarrasser de cela tout de suite, je ne sais pas vraiment parler des romans de Patrick Ourednik... Pour la simple et bonne raison que ça n'en sont pas vraiment, des romans ou alors des "post quelque-chose" ou des "méta-machins". Dire de ses livres que l'indice de romanesque y est faible est un euphémisme ; en une phrase : Gaspard Boisvert est persuadé qu'il est le petit fils d'Adolf Hitler par sa grand-mère qui aurait couché avec un caporal de l'armée allemande pendant la première guerre mondiale...vous savez ce que c'est, n'est ce pas ?

Bref, Gaspard est bien embêté avec ce putatif héritage génétique, et par le plus grand des hasards, il se trouve être recruté par le président le plus bête de l'histoire des Etats-Unis pour être son conseiller froggy.

Mais au fond ce n'est pas très important parce que si vous avez bien suivi, le sujet du livre c'est la fin du monde, où plutôt le fait qu'elle n'aurait pas eu lieu.

Mais pour parler de la fin du monde, sans perdre trop de lecteurs en cours de route, on trouvera également dans ce volume et ce sur recommandation expresse de l'éditeur, un peu de sexe (mais pas trop) ; de la religion (parce que religions et fins du monde font bon ménage) ; des dictateurs (et même leurs performances ramenées en taux horaire...désopilant) ; et un certain nombre d'autres sujets de bons goûts que je préfère taire pour garder le suspense. Néanmoins on retrouve en fin d'ouvrage un Gaspard passablement perturbé par sa proximité avec Georges W. avec un trouble qui le fait passer de la placidité la plus nirvanesque à la folie furieuse dès qu'il entend ce genre de contre-vérités qui nous laisse la plupart du temps indifférents : l'excision est un fait culturel ou, les médias sont indépendants ou, le capitalisme apporte bienfaits et prospérité pour tous. Bref ce que l'on entend tous les jours sans bouger une oreille.

Et c'est là que le livre fait mouche en rappelant que la passivité donnera toujours raison au plus fort et qu'à force de faire le dos rond on finira peut-être par ne plus savoir ce qu'est être debout.

Ah, un autre truc, il n'y a pas d'exergue à ce livre, s'il y en avait une, je suis sûr qu'elle serait signée : Thomas Bernhard, ou Jaroslav Hasek.