Les nominés Prix Sorcières 2021

  • En 4 temps

    Bernadette Gervais

    Bernadette Gervais découpe le temps en quatre moments et décompose ainsi mouvements, transformations et métamorphoses.
    Si, dans certaines séquences, quelques secondes seulement séparent la première de la dernière image, dans d'autres, ce sont des heures ou des années. Le lièvre fait si vite son chemin qu'on le voit à peine traverser les cases, mais il faut plusieurs jours au coquelicot pour bourgeonner, fleurir et flétrir, et toute une année pour voir les quatre saisons transformer le paysage autour de la maison.
    Questionnement sur l'élasticité du temps, la façon dont il agit sur les êtres et les choses, les modifie et les déplace, jeu sur les échos... L'enfant, d'une page à l'autre, s'amuse de voir qu'il faudra au moins huit cases à l'escargot pour disparaître de son champ de vision !

  • Que devient un petit fraisier à mesure que les mois se succèdent ? En l'observant, peint grandeur nature dans les pages de ce très grand album tout carton, le lecteur découvre en même temps que le héros Melvil tous les charmes d'un jardin au fil des saisons... Un beau livre au format étonnant, que l'on pourra poser au sol pour mieux l'explorer, et découvrir des merles aussi gros que ceux que l'on voit par la fenêtre, des papillons de la même taille que ceux que l'on essaye d'attraper entre les herbes, et des fraises aussi appétissantes... une aventure à hauteur des yeux, comme si l'on jouait dans le jardin !

  • Nino se réveille en pleine nuit : il y a du bruit dans la cuisine... et de l'eau partout ! Que se passe-t-il ? En se penchant par le hublot de la machine à laver, «zioup !», le voilà qui glisse... et se retrouve en pleine mer ! Où est-il ? Serait-ce Venise ? Un merveilleux voyage métaphorique pour évoquer l'aventure de devenir grand frère.

  • Perdu dans la ville

    Sydney Smith

    « Je sais ce que c'est, de se sentir perdu dans une grande ville. Mais je te connais. Tout ira bien. » Un petit garçon déambule dans les rues. À qui parle-t-il ainsi ? Et qui cherche-t-il ?

  • Tu t'appelleras lapin

    Marine Schneider

    Dans un village près d'une forêt vit Belette, une fillette de sept ans. Elle vit seule, c'est comme ça. Un jour, elle découvre un gigantesque lapin allongé au milieu du village. Il ne bouge pas. D'où vient-il ? Que fait-il là ? Personne ne le sait. Intriguée, Belette rassemble ses amis, moins téméraires qu'elle. Leurs parents les ramènent vite à la maison. Les adultes cherchent à se débarrasser de ce lapin gênant.
    Mais il est trop grand, trop lourd. Alors ils abandonnent le combat. La vie du village reprend son cours, et le lapin reste là. Les enfants en ont fait leur terrain de jeu. Belette, elle, en a fait son ami, malgré son silence. Jusqu'à ce que le lapin s'en aille une nuit, sans bruit, comme il était venu. Seule reste la trace de son corps sur le sol. Une fable qui parle la peur de l'inconnu et des différentes manières d'appréhender un événement étrange.

  • Dans ses montagnes natales, un jeune garçon surprend un renard venu dérober des restes près de sa maison. Souhaitant le suivre dans la forêt, l'enfant finit par se perdre. S'ensuit alors une folle course contre le brouillard qui mange les contours des montagnes et engloutit tout de son blanc poisseux.

    À travers un texte fort et des illustrations poétiques, Stéphane Kiehl signe un livre au concept original d'une grande puissance.

  • Julian est avec Mamita, sa grand-mère. Leur métro s'arrête et des sirènes montent à bord. Julian adore les sirènes. «Moi aussi, je suis une sirène, dit-il». Une fois seul, il s'apprête, couronne sa tête de longues feuilles vertes qu'il orne de fleurs colorées, noue un long rideau couleur crème à sa taille. Il est prêt. Mamita et lui partent main dans la main vers la parade.

  • Deux frères ont hérité chacun de la moitié d'une même forêt. Le premier s'installe simplement, il aime la nature comme elle est. Le second a de grands projets, il n'a pas peur de faire de la place, quitte à modifier considérablement le paysage... Une métaphore magnifique de la façon dont nos actions modèlent la nature qui nous entoure. Un album contemplatif, qui porte une réflexion sans jugement, presque sans paroles, tout en délicatesse.

  • Il était une fois un homme qui croyait que tout lui appartenait. Il décida d'aller faire l'inventaire de ce qui était à lui.

  • Nuit étoilée

    Jimmy Liao

    • Hongfei
    • 20 Août 2020

    Une jeune fille esseulée (incomprise de ses parents qui s'entendent mal, attristée par la perte récente de son grand-père), se lie d'amitié avec un garçon solitaire et sensible nouveau venu dans sa classe.
    Le harcèlement de leurs camarades les rapproche tandis que la brutalité de la vie citadine les pousse à la fugue.
    Leur périple les emmène jusqu'à la maison de grandpère située en montagne, au coeur d'une forêt profonde, lieu propice à profiter de nuits étoilées, aussi belles que celles peintes par Van Gogh. Au retour de leur escapade, alors que la jeune fille tombe malade, le garçon déménage... Elle ne le reverra pas. Mais désormais, la vie est comme plus légère, la route moins dangereuse.
    La magie de l'émancipation et de l'expérience a opéré.

  • 1860. Lizzie vit avec sa mère, esclave dans une plantation de coton au sud de la Virginie. Cuisinière des propriétaires, la situation d'Abigail leur assure une vie plus enviable que celle des esclaves des champs. Pour les 10 ans de sa fille, Abigail lui fabrique une superbe poupée noire en tissus. Mais Laura-May, la fille des maîtres, folle de jalousie, se jette dessus et lui arrache un bras. La menace d'une guerre entre le nord et le sud des États-Unis plane...

  • J'ai huit ans. Je m'appelle Lola. Ma copine, elle est un peu... spéciale. Elle est autiste, comme disent les grandes personnes. Autiste... c'est un mot d'adulte comme beaucoup d'autres. Et à cause de ce mot, maman m'a dit que ce serait bien que je raconte mon histoire. Mon histoire, la voilà.

  • Oscar est tout en os, car c'est un squelette. Tous les matins, pour fuir les chiens féroces, il court vers sa roulotte. Mais un jour, un petit chien reste devant sa porte. Chez Oscar, il y a toujours un bol de soupe à partager. Aujourd'hui, c'est une soupe de pâtes alphabet. Le petit chien adore. Il en veut encore ? Oscar a une idée... Oscar va apprendre à lire à Carrosse. Un jour, Carrosse est capable de déchiffrer le panneau sur la roulotte d'Oscar : « Interdit aux chiens ». Il s'en va, Oscar le rattrape. Ce message s'adresse aux chiens mangeurs d'os, pas à ceux qui aiment la soupe ! Carrosse revient, et ensemble ils écrivent le début de leur amitié : « Chez Oscar et Carrosse, deux amis en or, une amitié sans os ». Sur le panneau, le message de peur devient un message de confiance.

    Ajouter au panier
    En stock
  • France, Rachel et Amin jouent ensemble sur une aire de jeu avec un escargot. Alors que France va chercher une feuille d'arbre pour le nourrir et revient en courant, elle l'écrase malencontreusement.
    Commence alors une réflexion, un dialogue à mots d'enfants, sur la bonne manière d'enterrer l'escargot. Car France est catholique, Rachel juive, Amin musulman. Ils n'ont donc pas la même façon d'enterrer leurs morts.
    Dans ce roman très simple, on parle de choses complexes avec une douceur et une évidence peu communes. Ce n'est pas un roman sur la religion, la coexistence des religions ou la capacité de vivre ensemble... c'est bien plus que ça.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Chez les Manzatti, on n'est pas riches mais la virée estivale loin de la cité, c'est sacré ! Cette année, direction le Sud. Dans le vieux monospace, Eugénie, coincée entre sa toute petite soeur Juliette et sa soeur adolescente Adèle, elle-même accompagnée de sa meilleure copine, a du mal à trouver sa place. Ni grande, ni petite, elle est celle du milieu... L'été de ses dix ans, elle le vit dans un drôle d'état entre joie et tristesse, bonheur des randonnées en vélo ou en canoé, plaisir des jeux de l'enfance et amertume de perdre Adèle qui la snobe et ne pense qu'aux garçons. Des émotions changeantes tandis qu'elle prend conscience de son corps et du regard des autres. L'amour la dégoûte et pourtant, voilà que son coeur s'emballe devant un jeune joueur de tambour aperçu dans la fanfare du 14 juillet. Qu'est-ce qui se passe cet été ? Tout est presque pareil que les autres années, et pourtant Eugénie ne se reconnaît plus. Un récit juste sur cette période toute en pointillés et en pudeur : la pré-puberté. Sous forme de chronique familiale tendre et humoristique, un roman aux couleurs de vacances à lire toute l'année.

  • La Présidente de la République l'a décidé : tout élève doit faire, entre sa troisième et sa seconde, une année de service civique quelque part en France. Valentin Lemonnier n'a pas de chance : ses voeux ne sont pas respectés, et il est envoyé dans le Pas-de-Calais, dans un centre pour personnes âgées atteintes d'Alzheimer, minutieusement reconstitué pour ressembler à un village des années 60.

    Sa première mission semble assez simple : écrire une lettre à une pensionnaire qui a répondu à un concours dans un Salut les Copains de 1967, pour lui annoncer que, malheureusement, Françoise Hardy ne va pas pouvoir venir chanter dans leur ville.

    Sauf que c'est difficile d'annoncer une telle mauvaise nouvelle. Alors il annonce l'inverse. Françoise Hardy viendra ! il s'y engage personnellement. Et pour ce faire, il va falloir trouver un sosie de la star, qui vienne chanter son tube La maison où j'ai grandi à tous les pensionnaires.

  • 1786. Quittant la vallée d'Afrique qui la protégeait du reste du monde, Alma, 13 ans, part seule à la recherche de son petit frère disparu. Pendant ce temps, à La Rochelle, le jeune Joseph Mars embarque clandestinement sur La Douce Amélie, l'imposant navire de traite du cruel capitaine Gardel. Il est en quête d'un immense trésor, mais c'est Alma qu'il va découvrir...

  • Japon, XVIIe siècle, début de l'ère Edo. Enfant abandonné, Ichirô est recueilli et élevé loin du monde par un ancien samouraï qui lui enseigne la voie du sabre. Quand des événements dramatiques bouleversent sa vie, le garçon se retrouve à quinze ans seul sur les routes qui le conduisent à Edo...

  • Gaspard, Minh Tuan et Chloé sont les trois losers du lycée. Le trio inséparable sèche les cours, passe son temps à glander entre fumettes, gueules de bois et infinies discussions sans queue ni tête sur la sexualité des schtroumpfs. Pour les trois élèves de terminale, le bac est un horizon lointain et sans intérêt. Mais le jour où leur prof principale, à bout de patience et d'arguments, les traite de « branleurs », les voilà estomaqués. Une pointe d'orgueil les pousse finalement à vouloir décrocher ce diplôme. Ce qui n'est pas gagné. C'est là qu'intervient Tina, jeune migrante surdouée récemment arrivée dans leur lycée. Se met alors en place un stratagème de triche probablement bien trop compliqué pour les trois ratés autoproclamés... Avec un esprit punk et BD, des airs à la Riad Sattouf, l'héritage de Salinger, un roman drôle et provoquant, bourré de références à la culture populaire.

  • Ogresse

    Aylin Manco

    Depuis que le père d'Hippolyte est parti, tout dans la vie de la jeune fille est déséquilibré.
    Sa mère s'enferme de longues heures à la cave et refuse de manger en sa présence.
    Elle lui prépare pourtant d'énormes pièces de viande qu'Hippolyte se force à avaler. Dans la rue où elles habitent, en bordure de forêt, leur voisine préférée a disparu sans laisser de traces.
    Et puis, un soir, la mère d'Hippolyte se jette sur elle et la mord. Que s'est-il passé ?

  • Été 1939. Michal, 8 ans, passe ses vacances à la campagne près de Varsovie. Il a reçu comme consigne de s'exercer à l'écriture, condition sine qua non pour passer dans la classe supérieure. La guerre qui débute va alors s'insinuer progressivement dans son récit de vacances...
    Ce document d'archive, bouleversant de simplicité, traduit la menace qui vient au travers de phrases brèves. Chaque jour, Michal consigne ses trouvailles et ses activités (J'ai trouvé une grosse chenille dans le jardin - Je suis allé dans la forêt avec un copain) qui évoluent tandis que la guerre se concrétise (Des shrapnels sont passés au-dessus de notre maison - Je me suis caché à l'approche des avions - On entend des tirs de canon). Les peintures splendides d'Ala Bankroft rendent avec beaucoup de grâce l'atmosphère troublée de cet été particulier.

  • Cette fable universelle et bienfaisante s'adresse à toutes les générations.
    Elle raconte une histoire d'amitié entre un enfant, une taupe gourmande et pleine de vie, un renard que les épreuves ont rendu méfiant et un cheval sage et serein.
    Tous les quatre explorent le vaste monde. Ils se posent des questions. Ils traversent des tempêtes. Ils apprennent à s'aimer.
    Cette ode à l'innocence et à la bienveillance transmet des leçons de vie qui ont touché le coeur de plus d'un million de lecteurs.

  • Les migrants

    Issa Watanabe

    Ils sont tous là, lion, toucan, cochon, éléphant, lapin, grenouille... tous différents mais tous avec un petit bagage à la main ou sur le dos. Dans la sombre forêt ils marchent. La Mort, joliment vêtue d'une cape fleurie, les suit, assise sur le dos d'un magnifique oiseau bleu. Compagne discrète, elle veille...
    Ils marchent tous ensemble, courbés par la fatigue et la tristesse. Parfois ils s'arrêtent pour dormir ou manger, assis en cercle. Et soudain, ils aperçoivent la mer... Tous se précipitent pour monter dans une barque bien fragile qui ne peut supporter tout ce poids et finit par craquer. La Mort attend le bon moment... Les illustrations aux couleurs énergiques et profondes, le fond noir des images et le choix d'animaux anthropomorphes donnent à cet album sans texte sur les migrants et les déracinés de tout pays, une force sourde, une dimension poli-tique bien plus percutante qu'un long discours.

  • "On me dit que les yétis n'existent pas. Et pourtant je suis là. Je m'appelle Murdo, je suis un yéti. On me répond que les yétis n'existent nulle part ailleurs que dans les histoires. Dans les légendes. Entre les pages des livres.

    Alors voilà la première chose impossible que j'ai toujours rêvé de faire : exister ailleurs que dans un livre. Vivre sur des montagnes qui ne sont pas de papier".

    Murdo, petit yéti imaginaire, est le narrateur de ce recueil. Chaque page décrit l'un de ses rêves : tricoter un pull avec les mots d'un poème, se cacher dans une chaussure, se confier à un caillou, manger un sandwich à "tout", construire un pont entre le jour et la nuit... Murdo nous présente ses amis, ses plaisirs, ses interrogations, dans une déambulation où toutes les parcelles de l'univers se répondent... Il joue avec les mots, les lettres, les sons, pour construire des paysages imaginaires.

    Dans une langue magnifique, illustrée par le trait simple et malicieux d'Eva Offredo, Alex Cousseau donne à sentir toute la poésie de l'enfance.

    Un recueil merveilleux où chacun, enfant, parent, puisera des images qui le bercent, l'émeuvent, l'enchantent, et où il fera bon revenir sans cesse.

    Une petite merveille.

empty