Alain Pilon

  • Chouette, c'est les vacances ! Voilà notre petit héros en route pour un séjour de rêve sur une île paradisiaque. Voyage agréable, temps superbe, hôtel de luxe, nourriture délicieuse, plages désertes, faune pittoresque... Tous les ingrédients sont réunis pour une expérience inoubliable.
    Mais tout est-il vraiment si chouette ?
    Dans cet album au dessin faussement naïf, l'humour repose sur l'opposition texte/image et sur l'obstination de notre héros à voir la réalité avec des lunettes roses... alors même qu'elle est épouvantable.
    Un album charmant, grinçant, et surtout hilarant, qui sollicitera avec beaucoup de finesse l'esprit critique du jeune lecteur !

  • Qui n'a jamais eu envie de trouver la bonne répartie face à une personne qui énonce des clichés comme «Les garçons sont nuls à l'école» ou bien «En banlieue, ce sont tous des racailles» ?
    À la récré ou en famille, ce livre a été conçu pour fournir les bons arguments dans toutes les situations qui nécessitent de tordre le cou aux préjugés.
    Chaque double page est consacrée à une idée reçue. En quelques paragraphes, celle-ci est déconstruite avec méthode, alimentée d'arguments simples que le lecteur pourra utiliser à la première occasion.
    Pour parfaire son argumentation, le lecteur pourra également s'appuyer sur les pastilles qui ponctuent le texte : des statistiques, une courte citation, ou bien une date qui souligneront de manière immédiate et percutante le non-sens de ces idées préconçues.
    Vous voulez moucher votre voisin de table qui prétend que les filles sont des chochottes ? Soufflez-lui par exemple qu'en 2005, Ellen Mac Arthur a remporté le tour du monde à la voile en solitaire !

  • « Petit monsieur tout nu, À la maison, on ne parle plus que de vous, alors que vous n'êtes même pas encore né, ça promet...
    Rassurez-vous tout est prêt pour vous accueillir : une chambre, rien que pour vous ! Un berceau, rien que pour vous ! Une table à langer, rien que pour vous ! Une armoire remplie d'habits, rien que pour vous ! Et tout le monde, qui n'attend plus que vous, sauf moi !
    Surtout, prenez votre temps pour sortir, rien ne presse.
    Votre grand frère habillé de la tête aux pieds. »

  • Au réveil, dans les premières blancheurs de l'aube, les yeux sont tout encore gonflés de sommeil. Dehors l'air est glacial, mais dans l'âtre brûle un feu qui réchauffe les corps et les âmes. C'est l'heure du petit déjeuner. Au menu, salade de fruits : amandes, ananas, abricots, plongés dans un sirop aux arômes de vanille. Il faut bien se nourrir, car la journée va être longue. À peine le repas avalé qu'il est temps déjà d'aller chercher dans l'armoire entrouverte les anoraks suspendus, et de se préparer pour la grande aventure...

  • Après les Lettres à mon cher petit frère qui n'est pas encore né, c'est cette fois au grand-père mort et enterré qu'un petit garçon écrit des lettres tour à tour enjouées, tristes ou énervées, mais toujours touchantes...

  • Il était une fois une petite fille appelée Chloé qui n'avait peur de presque rien. Elle adorait la neige et chaque hiver, guettait l'arrivée des premiers flocons qui annonçaient la visite prochaine du père Noël. C'est la tradition : Noël est toujours blanc à Québec. Mais cette année-là, le ciel reste obstinément dégagé. L'intrépide Chloé décide donc d'aller chercher la neige.

  • À Paris, le 10 décembre 1948, le droit à l'éducation fut reconnu par l'Assemblée Générale des Nations-Unies comme un droit fondamental de toute personne humaine. Ce droit nouveau, intégré à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme dans son article 26, se trouve ainsi mis au même niveau que tous les autres droits garantissant l'égalité entre personnes et le plein exercice des libertés publiques et individuelles. La première phrase de cet article 26 pose donc sans ambigüité le principe universel que « toute personne a droit à l'éducation ».

    Ce droit individuel implique des engagements, des devoirs collectifs (aux niveaux familial, communautaire, national et international), il revêt un caractère multidimensionnel, à travers ses aspects historiques, politiques, juridiques, économiques, démographiques, culturels, linguistiques, pédagogiques, philosophiques ou encore éthiques. Cet ouvrage ne saurait avoir la prétention de les aborder tous. Combinant réflexions théoriques et approches empiriques, il interroge l'universalité du droit à l'éducation, à travers des regards croisés sur des situations renvoyant à des contextes très différents (France, Mexique, Haïti, Viêt-nam, Maroc, Côte d'Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Togo, Ghana, Madagascar). Riche d'une quinzaine de contributions, complétée par une postface, l'ouvrage aborde ces questions en trois temps : d'abord en interrogeant le concept-même de droit à l'éducation, ensuite à travers des analyses de l'effectivité du droit à l'éducation dans divers pays du « Sud », enfin en questionnant les types de mesure qui en sont faits.

empty