Bernard Faye

  • Peuples du lait

    Bernard Faye

    • Quae
    • 14 Octobre 2010

    Le lait, un aliment qui ne laisse personne indifférent.
    Il tisse dès le début de l'existence, chez tous les mammifères, le lien entre la mère et son petit, mais il nourrit aussi l'homme depuis des millénaires dans de nombreuses cultures. Une relation étonnante avec l'animal où il n'est pas besoin de tuer pour s'alimenter. Aujourd'hui, jamais l'homme n'a bu autant de lait. Les produits laitiers sont au coeur de nos vies, et au centre... de nombreuses polémiques.
    Ce livre n'est pas fait pour y répondre. Il propose un voyage pour comprendre comment s'est construite notre histoire avec le lait. Il offre au lecteur une rencontre avec les peuples du lait à travers déserts, steppes, montagnes, plaines et villes du monde. Escales inédites pour découvrir, à travers le temps et les continents, les pérégrinations du lait, de l'homme, de son inventivité et de son lien avec son animal, yack, brebis, jument, vache, chamelle, chèvre ou bufflonne.
    Lait des villes ou lait des champs, lait de brousse ou lait de steppe, ou encore lait de montagnes, mais aussi lait des riches ou lait des pauvres : c'est à cette traversée parmi les gens du lait, où qu'ils se trouvent, que vous invite ce livre.

  • Qu'ils veillent sur des troupeaux de rennes dans le Grand Nord ou élèvent, au coeur de la forêt tropicale, des bovins résistant à la redoutable mouche tsé-tsé, bien des peuples consacrent leur vie aux animaux et à la terre. Au-delà de la diversité des pratiques et des savoir-faire, s'imposent la permanence d'un certain nombre de gestes, la force des liens avec les troupeaux, la place que l'animal occupe dans les pensées du berger et le sens social qu'il donne à son existence au-delà des contingences économiques. Tous ces visages croisés dans le monde sont des facettes du kaléidoscope que chacun porte en soi. Ce livre n'évoque donc pas une histoire mais des histoires. Des trajectoires de bergers rencontrés au hasard des parcours dans la fournaise sahélienne, dans les vents de sable des steppes d'Asie centrale, dans la moiteur amazonienne, sur les pentes de la montagne cévenole, dans les alpages savoyards ou sur les piémonts abyssins. Illustré de plus de 400 photographies, ce livre fait l'éloge des bergers du monde.

  • An l'an 1300, Alphonso Torrès de Valanconès, chevalier du Royaume d'Aragon, décide de partir sur les traces de Marco Polo, emportant dans sa troupe, Joaquim, son maréchal-ferrant que tous connaissent sous le nom de " maître-cheval " tant sa science des destriers est célèbre. Ce périple emmènera les deux hommes dans les steppes d'Asie Centrale où les guerres incessantes sont le lot des peuples cavaliers qu'ils rencontrent. Mais si le Chevalier participe activement aux combats, Joaquim se confronte à un amour impossible avec Tomiris, la princesse du clan qui héberge les deux hommes. Sept siècles plus tard, Roman Torrel, un anthropologue réputé, spécialiste des relations homme-cheval à travers l'histoire, découvre le Kazakhstan et ses sépultures royales, les kourgan. Au cours d'une mission de recherche, il tombe lui aussi sous le charme de Guliya, une " beauté insaisissable venue des steppes ". Par une étrange alchimie, les deux histoires tout d'abord parallèles se rejoignent de façon inattendue, abolissant le temps et l'espace, et répondant à l'interrogation de Roman Torrel selon laquelle " la vastitude du monde donne peu de prise à des coïncidences invraisemblables "." A moins que ce ne soit l'inverse ".

  • Cet ouvrage montre combien l'élevage joue un rôle central dans la vie des paysans du Sud. Mais la richesse des éleveurs ne se réduit pas à la quantité d'animaux dont ils disposent. Les éleveurs sont amenés à arbitrer entre plusieurs objectifs d'utilisation du troupeau : alimentation de la famille, revenus monétaires, projets d'équipement, transmission du patrimoine, participation à la vie de la communauté. Et ils ont recours à de nombreuses organisations sociales pour atteindre ces objectifs et gérer les incertitudes. Pour être efficaces, les politiques d'appui à l'élevage doivent tenir compte de cette complexité stratégique et organisationnelle. S'appuyant sur une approche pluridisciplinaire du concept de pauvreté, l'ouvrage réfute les analyses du « niveau de pauvreté » en termes exclusivement monétaires. Mobilisant des outils et théories issus de la zootechnie, de l'économie, de la géographie et de la sociologie, il présente un large éventail d'observations de terrain réalisées en Afrique, au Maghreb, en Amérique du Sud et en Inde. Ces regards croisés permettent in fine de définir la pauvreté en élevage comme l'incapacité des éleveurs à réaliser leurs projets.

empty