Catherine Marry

  • Le genre des carrieres : une culture des inégalités

    Catherine Marry

    • Presses de sciences po
    • 3 Mars 2022

    Dans l'administration française, les carrières des femmes évoluent sous le plafond de verre. Le ministère de la Culture ne fait pas exception.
    Pour mettre au jour ce qui, dans la structure même des administrations, alimente ces inégalités, cet ouvrage s'appuie sur l'étude sociologique des récits de vie de 65 membres de l'encadrement supérieur (administration centrale et Drac). Il met en évidence des trajectoires aux contours nettement genrés. D'abord, les trois quarts des hommes rencontrés ont une carrière ascendante, tandis que plus de la moitié des femmes rencontrées ont une carrière plafonnée. Ensuite, les chemins de l'ascension et du plafonnement sont loin d'être homogènes.

  • Depuis les années 1920, les femmes affirment leur présence dans le monde masculin des ingénieurs.
    Ce livre retrace les moments et les lieux, les avancées et les butoirs, les ressorts subjectifs et sociaux de cette transgression des places et destins féminins. Il s'agit d'une révolution respectueuse, mais c'est le premier de ces deux termes paradoxaux qui est le plus exploré ici. Comme ailleurs, l'hégémonie masculine perdure dans les hautes sphères, mais la présence de mieux en mieux acceptée des femmes ingénieurs s'inscrit dans une dynamique d'égalité entre les sexes.

  • Il s'agit de percer le secret de fabrication des représentants les plus emblématiques de l'excellence scolaire à la française : Les élèves scientifiques de l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm. L'analyse des récits des normaliens et de leurs parents permet d'entrevoir, selon les types d'héritages familiaux, l'intensité et les formes variées du travail nécessaire pour produire un normalien ou une normalienne.

  • Ce livre tente de rendre compte, discipline par discipline, de l'émergence d'analyses sexuées du monde du travail. Il montre comment l'introduction du masculin/féminin renouvelle les approches, les problématiques et les concepts. Il explicite également les difficultés, les blocages et les embûches de l'exercice : le temps de la connaissance n'est pas toujours celui de la reconnaissance.
    Retracer le parcours de la question des différences de sexe dans les sciences sociales du travail : tel est l'objet de cet ouvrage collectif pluridisciplinaire et international. Organisé par le groupement de recherche MAGE (Marché du travail et genre), il rassemble vingt et une contributions émanant de sociologues, d'historien(e)s, d'économistes, de statisticien(e)s, de juristes, de politologues, de philosophes et d'anthropologues venus de différents pays.

  • Pour en finir avec la domination masculine

    ,

    • Empecheurs de penser en rond
    • 1 Mars 2007

    ce petit lexique démontre la vitalité de la domination masculine, et offre un outil pour mieux en comprendre la construction, les mécanismes, les ruses, et aider ainsi à la déjouer.
    un des mécanismes les plus récurrents de perpétuation de cette domination est celui de la légitimation des inégalités entre les sexes par leur renvoi à des différences "naturelles", biologiques ou psychologiques, ancrées dans nos gènes ou dans la structure profonde de notre psyché. ces différences seraient "évidentes" et indiscutables. dans la poursuite des recherches d'inspiration féministe, il s'agit de chasser ce naturel et de l'empêcher de revenir au galop.

  • La collection " Sciences sociales et sociétés " est dirigée par Dominique Desjeux, professeur à l'Université de Paris V - Sorbonne. Elle témoigne des recherches actuelles et des rencontres entre disciplines différentes des sciences humaines. Certains ouvrages montrent le lien entre enquêtes, résultats d'enquête, conditions sociales et méthodologiques de l'interprétation, modèles interprétatifs mobilisés et diffusion.

empty