Langue française

  • Dans ce livre, il y a des enfants qui débordent de joie, d'autres qui font une tête vraiment triste. Certains s'amusent fort bien ensemble pendant que d'autres s'ennuient, seuls dans leur coin... Si tous vont au lit le soir, ils ne mangent pas tous la même chose. Et quand certains font pipi debout, d'autres le font assis... En fait, tout nous distingue et tout nous réunit. La preuve : nous sommes tous capables de rêver. Mais aucun de nos rêves ne se ressemble !

  • Faire confiance est un art qui s'apprend.

    Dans cet ouvrage, Elena Pasquinelli et Mathieu Farina nous montrent comment la science, par sa méthode et ses outils, peut nous aider à y parvenir.

    Établir un nouveau contrat de confiance entre la science et la société est devenu un enjeu majeur aujourd'hui. Tel est aussi l'objectif de cet ouvrage.

    Pour l'illustrer, quatre voyages vont vous faire découvrir de l'intérieur le fonctionnement de grands laboratoires scientifiques. Vous déambulerez ainsi dans les couloirs de l'Institut Pasteur et suivrez les étapes et les enjeux de la production des vaccins. Vous irez à la rencontre des experts du GIEC qui rédigent les rapports sur le dérèglement climatique. Vous revivrez les moments de doute et de joie des physiciens du CERN qui percent les secrets de la matière. Vous suivrez, des forêts de montagne au labo de génétique, les écologues qui pistent les loups...

    Le message de ce livre est clair : n'ayez pas peur de la science, car elle est votre alliée précieuse pour savoir quand accorder votre confiance !

  • La « Caravane des contes » fait la part belle aux animaux. Merveilleuses, tendres, drôles ou mélancoliques, les histoires que nous disent les animaux de ce nouveau volume nous emportent jusquau détroit de Behring, où le corbeau nous narre son histoire damour avec loie sauvage, et au Japon, où prennent vie les chats dencre noire dessinés sur les paravents blancs dun temple. De passage en Chine, nous faisons connaissance avec le lézard qui offrit une larme de lumière à son amie de toujours. En Sibérie, nous rencontrons le lièvre intrépide qui risqua sa vie pour sauver le soleil ; en Amérique du Nord, le cheval au poil terne qui donna naissance aux plus beaux chevaux du monde ; et, au Mexique, le puma qui gratifia le colibri de son plumage iridescent. Ces contes dénichés aux quatre coins du monde sont traduits pour la première fois en français.

  • Combien y a-t-il de manières de dire « bonjour » ? Une infinité, probablement. Et sans doute autant de manières de l'écrire.
    En MAJUSCULES, et avec un point d'exclamation ! Ou un point d'interrogation ? En tout petit, un mot en noir au milieu d'une page blanche; peut-être avec une simple forme ou une image. Commencer à s'intéresser au design graphique, c'est commencer à observer et comprendre le monde qui nous entoure. Et prendre conscience de la multitude de signes qui façonnent notre quotidien et le chargent de sens : que ce soit un panneau stop, un emballage de corn-flakes, le titrage aguicheur d'une couverture de magazine, la typographie plus discrète d'une page de roman, ou encore le générique d'un film de sciencefiction.
    C'est en pensant à ce fourmillement que nous avons imaginé ce Livret d'initiation au graphisme comme une collection de balises, de points de repère ; des outils à découvrir et à s'approprier en jouant, de manière simple et intuitive, seul ou à plusieurs, que l'on soit petit ou grand. Les quatre séquences de ce livret - typographie, affiche, signes, identités -, sont autant d'invitations à la promenade et à l'exploration : laissez votre oeil et votre main tracer le chemin à tour de rôle !

  • Cet ouvrage réunit 2 recueils. Le premier, Notes pour un Fantôme, est une tentative de biographie d'un fantôme. Gageure, comment fixer par l'écriture un être évanescent par excellence ? L'humour du propos n'en enlève pas la gravité, car on sent bien que ce fantôme est notre frère. Impression soulignée par le second recueil, Hétéroclites, dont le titre induit l'idée d'une sorte de bric-à-brac, mais sous le fouillis apparent, ponctué de références culturelles multiples, on découvre la fréquente occurrence du terme « traces » et la vanité de croire en leur pérennité. L'être humain pèse-t-il plus qu'un fantôme ? La notion d'enracinement, en effet, est étrangère à Raymond Farina, il croit en l'idée de pollinisation culturelle univer- selle. Poète, philosophe, il a parcouru et « butiné » le monde mais son enfance pauvre dans l'Algérie coloniale l'a marqué à jamais et il se présente modestement comme « une sorte de gardien de chèvres qui aurait lu Shakespeare ».

  • Mieux comprendre notre monde, éviter de nous précipiter vers des conclusions hâtives ou de rester enfermés dans nos opinions... sont des défis au quotidien. Et ce d'autant plus qu'à notre époque, nous sommes confrontés à une profusion d'informations...
    C'est dans ce contexte que la Fondation La main à la pâte a développé le projet « Esprit scientifique, esprit critique ». Ce projet thématique propose aux élèves et aux enseignants d'affuter leurs outils pour comprendre le monde : en observant bien, en testant juste, en apprenant à soupeser l'information et à s'y appuyer pour argumenter. A cultiver nos capacités de collaboration et d'entraide, également, ainsi que l'imagination nous permettant d'innover.
    Il propose d'accompagner les élèves du Cycle 2 au Cycle 4, dans cet encouragement à penser de façon éclairée, avec l'aide de la science.
    Un ouvrage de référence par un des acteurs majeurs du monde éducatif, sur un sujet indiqué comme « priorité numéro un » par le Ministère de l'Education nationale ces prochaines années.

  • Mieux comprendre notre monde, éviter de nous précipiter vers des conclusions hâtives ou de rester arc-boutés sur nos opinions... sont des défis au quotidien. Et ce le sont d'autant plus qu'à notre époque, nous sommes confrontés à une profusion d'informations... Que faire face à ce déluge de données ? Développer notre esprit critique ! C'est dans ce but que la Fondation La main à la pâte a initié le projet thématique " Esprit scientifique, esprit critique ".
    Il propose aux élèves et aux enseignants d'affuter leurs outils pour se forger un avis le plus juste possible sur notre monde, au quotidien, avec l'aide de la science : en observant bien, en testant juste, en apprenant à soupeser l'information et à s'y appuyer pour argumenter. Mais aussi en cultivant nos capacités de collaboration et d'entraide, ainsi que l'imagination, pour nous permettre d'inventer le futur.
    Après le guide pédagogique centré sur les cycles 2 et 3, paru en août 2017, ce tome 2 s'adresse aux professeurs de collège/cycle 4. Conçu par un professeur de collège, il s'inscrit dans une logique de projets, qui fait la part belle à la transversalité. Un ouvrage de référence par un des acteurs majeurs du monde éducatif, sur un sujet indiqué comme " priorité numéro un " par le Ministère de l'Education nationale ces prochaines années.

  • La surprise

    ,

    • Dadoclem
    • 28 Octobre 2014

    Que souhaiter encore lorsque la vie nous a tout donné ? Famille, richesse, pouvoir... Rien ne manque à l'appel. Et pourtant, un richissime homme d'affaires va découvrir que la vie lui réserve encore une surprise : la révélation d'un fantastique pouvoir qui change totalement le cours de sa vie. Est-ce un don hors du commun ? Une potion magique, une force surnaturelle ? Ce pouvoir est bien plus que cela... Et il est à la portée de tous, quelque part dans les pages de ce livre. Librement inspiré d'un épisode savoureux de la vie d'Esope, le pèrede toutes les fables.

  • Stendhal a su exprimer ce que nombre de voyageurs ressentent en entrant dans Florence, tombant amoureux comme lui d'une beauté singulière, qui tient à la nature dans laquelle elle plonge - un ciel d'un bleu intense, des collines qui délimitent l'horizon de tous côtés, où se mélangent le vert sombre des cyprès et le vert argenté des oliviers - qui tient à la magnificence des édifices, aux pierres robustes de ces maisons-tours médiévales, pointant ici et là au-dessus des toits, aux rondeurs des multiples dômes, à la douceur des marbres des façades. "J'étais déjà dans une sorte d'extase, par l'idée d'être à Florence, et le voisinnage des grands hommes dont je venais de voir les tombeaux. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, je la voyais de près, je la touchais pour ainsi dire. J'étais arrivé à ce point d'émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les beaux-arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j'avais un battement de coeur, ce qu'on appelle des nerfs, à Berlin; la vie était épuisée chez moi ;je marchais avec la crainte de tomber. Je me suis assis sur l'un des bancs de la place de Santa Croce ; j'ai relu avec délices ces vers de Foscolo, que j'avais dans mon portefeuille ; je n'en voyais point les défauts : j'avais besoin de la voix d'un ami partageant mon émotion : [...] Io quando il monumento Vidi [...]"

  • Dans ce manuel convergent une profonde révision du passé et du présent de la psychologie et une ébauche des développements à venir. De sorte que l'on révise les antécédents, la naissance, le développement et l'état actuel de la discipline, examinant de nouveau les paradigmes, les cadres théoriques et les modalités de recherche les plus remarquables. Voici une révision historiographique de la psychologie sociale qui apparaît ici dans sa diversité.

  • "SADE reste le loup du coin du bois littéraire, où se promènent de conserve les gens de goût et de raison. Issu du siècle des Lumières, le tendre marquis s'adresse pourtant aux femmes, dévoilant le grotesque du pouvoir masculin. Marie-Paule Farina ose, avec une grande érudition, comprendre et défendre le "rire de Sade", proche de celui de Rabelais. - Son interprétation joyeuse incite à relire le philosophe pornographe, suggérant aux contemporains une revigorante sadothérapie, égratignant au passage quelques commentateurs érudits, qui, au contraire du subtil Flaubert, n'imaginaient pas rire avec SADE."

  • Pourquoi veut-on que les poussières ne soient que d'infimes fragments de choses et de vies défaites, ce que l'oubli dépose sur des meubles abstraits, des livres sans regards et des miroirs éteints ?

    Destin de toute matière ne sont-elles pas aussi la preuve évidente d'une dynamique élémentaire, vivantes parcelles capables d'élan, de turbulence, de fougue ? Enfant, souvent je les vis jaillir en trombe des écailles d'une terre espérant la pluie. Tourbillon diabolique, aimanté à la fois par le ciel et par le lointain, elles traversaient, en quelques secondes, ce paysage qu'épuisait la tyrannie des soleils, avant de disparaître, fascinante vision trop vite devenue mémoire.

    Plus tard, une fois de plus sur le versant de ce qui s'anime et anime, elles m'ont aidé à concevoir la fabuleuse activité de la grande Fabrique de l'Être qui d'invisibles particules tombant dans le vide fait la pierre et le miel, fait la terre et le feu, et même le corps et l'âme des humains qui peuplent le monde. C'était dans Lucrèce, je crois, dont le latin m'éclairait sur les secrètes combinaisons d'atomes, devenus, dans son rêve et le mien, minuscules grains de soleil dansant dans la lumière.

    Aujourd'hui les poussières reviennent dans mes poèmes. Elles pardonnent, sans se forcer, à un passant de l'Infini, «d'épousseter le grand silence / qui s'installe entre les étoiles » ; elles oublient ce que, dans l'or d'un paysage, au seuil de ce recueil, elles ont doucement révélé, avec la complicité d'un bouffon, au vieux Roi arménien, anobli par l'exil : la fragilité des royaumes, la facticité de sa gloire.

    R. F.

  • "Trempant sa plume dans les Correspondances de Flaubert, la philosophe Marie-Paule Farina brosse le portrait tout en nuances d'un Flaubert truculent, amateur de Sade, passionné et tendre, bien loin de ""l'ermite de Croisset"" que les dictionnaires aiment à simplifier. Cet ouvrage fait suite au Rire de Sade, pour une sadothérapie joyeuse, publié en 2019. ""Voir les choses en farce"", une boutade qui révèle un écrivain rebelle, dans la tradition de Rabelais, de Montaigne... et de Sade. Marie-Paule Farina signe ici son second ouvrage dans la collection ""Éthiques de la création"", dans un style ébouriffé où l'érudition se mire aux plumes de l'irrévérence. - "

  • Après Le rire de Sade - essai pour une sadothérapie joyeuse (2019) et Flaubert, les luxures de plume (2020), Marie-Paule FARINA parachève une trilogie intime sous le titre amusé et tendre de Rousseau, un ours dans le salon des Lumières. Rousseau, en écrivain moderne, met en musique ses émotions : confessions, jugement, rêveries... Pas de perruque ni de poudre pour masquer un philosophe engagé dans l'aventure humaine, Marie-Paule FARINA retricote avec humour la généalogie spirituelle qui relie l'auteur de La Nouvelle Héloïse à ses provocants « frères d'esprit », Sade et Flaubert et porte, par le dialogue qu'elle entretient avec ces « hommes de lettres », un regard acéré sur notre actuelle « cancel culture ». Jean-Jacques, Donatien et Gustave, sont ici réunis dans une escapade décapante, une trilogie féministe originale qui éclaire, à sa façon, les chemins parfois tortueux des Lumières.

  • Fête du corps et surtout fête des mots, l'oeuvre de Sade continue de nous atteindre par les mélanges qu'elle effectue. Philosophie? Pornographie? Farce? Comme madame de Saint-Ange dans son boudoir, Sade pourrait s'écrier: "Je suis un animal amphibie, j'aime tout, je m'amuse de tout, je veux réunir tous les genres. " Fidèle à ce souci sadien de totalité, cet essai suit le parcours biographique, littéraire et philosophique d'un homme enfermé sous tous les régimes, victime de tous les despotismes et qui sut par son rire et sa plume effrayer les soutiens des "bonnes causes vertueuses", qui se reconnaissent à leur désir de faire "table rase" de toute la complexité et de la folie du monde. Vous croyez connaître Sade? Détrompez-vous!

  • Sade passe pour un des auteurs les plus misogynes de l'histoire de la littérature française et le sadisme pour une cruelle perversion sexuelle. Les femmes y apparaissent particulièrement soumises et humiliées. Mais qu'en est-il de la relation que Sade entretenait réellement avec les femmes ?
    C'est ce qu'a voulu savoir M-P. Farina, en travaillant sur sa biographie et surtout son journal et sa correspondance. Elle nous révèle un homme inattendu. Sade se montre le plus souvent affectueux et tendre envers sa propre femme Renée-Pélagie, mais aussi envers ses différentes amies, dont Millie Rousset, une spirituelle jeune provençale. Il arrive à Sade de se fâcher contre « ses » femmes qui le poussent à bout, mais dans l'ensemble, c'est plutôt lui qui souffre de leur cruauté.
    « À coup sûr, écrit M-P.Farina, c'est dans sa correspondance et son journal, plus que dans les rapports de police, que nous pouvons suivre à la trace toutes les femmes qui ont compté pour Sade. » Un portrait de Sade étonnant, plus victime que bourreau, plus tendre que sadique.

  • Cent yeux de l'amour (Amore ha cent'occhi). Traduit de l'italien... par Léon Dieu Date de l'édition originale : 1883 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

empty