François Thual

  • En bref François Thual se confie : le parcours passionné d'un pionner de la géopolitique.

    Le livre L'un des plus grands géopolitologues français. Une vie consacrée à décrypter la complexité du monde, des Etats-Unis à l'Asie en passant par l'Europe centrale et le Moyen-Orient. Un regard acéré et des analyses prémonitoires qui ont conduit l'auteur de La Planète émiettée à anticiper, avec dix ans d'avance, le conflit du Kosovo, le réveil du chiisme et les conflits entre arabité et islam. L'itinéraire d'un homme engagé, de la franc-maçonnerie à l'Union centriste, de la conversion à l'orthodoxie au secrétariat d'Etat à l'émigration et au cabinet du président du Sénat.
    Dialoguant à bâtons rompus avec la journaliste Emilie Chapuis, François Thual reconsidère le chemin accompli, livre une synthèse passionnée de ses principaux travaux et s'interroge sur l'état du monde à l'aube du XXIe siècle. Un monde instable et fragmenté, tiraillé entre identités et territoires, travaillé par la " plasticité géographique " du fait religieux et la " querelle des ancêtres sans visage " qui alimente les tensions communautaires. Car les conflits basés sur l'identité sont à la fois conceptuels et émotionnels. Leur paroxysme est atteint lorsqu'un groupe juge que sa survie matérielle, psychologique et culturelle est menacée. La peur de disparaître peut ainsi pousser à la destruction de l'autre, ce que François Thual appelle le " syndrome de Caïn ".
    Les analyses essentielles d'un contemporain capital.

  • Contrôler et contrer est le dernier tome d'une trilogie géopolitique inaugurée par Les conflits identitaires et poursuivie par Le désir de territoire. L'auteur s'attache ici à la compréhension des formes d'expression et des causes de la conflictualité, considérée comme la matière première du savoir et de la méthode géopolitiques et montre que toute démarche et toute posture géopolitique semble pouvoir être classée ou rangée sous l'une des deux rubriques génériques intitulées "Contrôler et contrer". Par un voyage dans l'histoire et dans la géographie qui ne devrait pas laisser au lecteur le temps de s'ennuyer une minute, à l'appui de situations géopolitiques précises et illustrées par des cartes, François Thual fait la démonstration que la géopolitique obéit à l'irrépressible et constant besoin d'acquérir des États ; il nous plonge dans les causes profondes des conflits d'hier et d'aujourd'hui, et éclaire la scène internationale actuelle à l'aune des constantes de la géopolitique. Tous ceux qui souhaitent passer derrière le rideau de l'actualité médiatique et immédiate, qu'ils soient étudiants en histoire et géographie, en relations internationales, en sciences politiques, chercheurs, diplomates, militaires, trouveront donc ici de quoi alimenter leurs réflexions sur l'histoire et sur les conflits actuels. François THUAL est chargé de cours à l'École des Hautes Études et directeur d'études au Collège Interarmées de Défense. Il a signé de nombreux ouvrages de géopolitique, et a largement contribué depuis plus d'une décennie, au retour de la réflexion géopolitique en France.

  • Sur le plan démographique, le peuple juif est minuscule au sein de la population mondiale.
    Et pourtant, il est au coeur de nombre de problématiques géopolitiques actuelles. Cet ouvrage analyse les configurations territoriales successives que le monde juif a prises depuis deux siècles. A partir de l'effondrement de la Pologne au XVIIIe siècle, l'espace juif va se mondialiser pour fuir les persécutions et la misère. Paradoxalement, c'est l'antisémitisme qui dessinera une nouvelle carte des polarisations, dépolarisations et repolarisations des communautés disséminées à travers le monde.
    Au XXe siècle, la Shoah, la création de l'Etat d'Israël et l'expulsion des juifs des pays arabo-musulmans aboutiront à la bipolarisation actuelle du " fait juif ", principalement entre le pôle israélien et le pôle nord-américain. Cette situation n'est pas exempte d'interrogations. Il y a environ 14 millions de juifs pour 7 milliards d'êtres humains, soit un poids démographique en diminution au sein de l'humanité.
    Quel sera l'avenir alors que le présent est marqué par une assimilation rampante au sein de la diaspora ? Un état des lieux synthétique de la situation des communautés juives dans le monde contemporain. Les problèmes du judaïsme revus à l'échelle mondiale.

  • L'Amérique latine, dans ses luttes pour l'indépendance, s'est fractionnée en une vingtaine d'états, lesquels n'ont cessé depuis cette époque de s'affronter plus ou moins violemment, pour fixer leur frontière et agrandir leur territoire.
    Selon quelle logique géopolitique ces crises et ces guerres qui ont fait presque deux millions de morts se sont-elle déployées ? Tel est l'objet de ce livre qui attire l'attention sur un aspect méconnu de l'Amérique latine : la construction territoriale et le choc des nationalismes. Dans une seconde partie, l'auteur s'intéresse à la troisième époque de l'Amérique latine, marquée par une volonté de regroupements économiques et politiques régionaux (Mercosur, Pacte Andin, Groupe de trois, etc.
    ). Cette volonté de construire pacifiquement le continent sud-américain triomphera-t-elle définitivement des rivalités passées ? Telle est la question que doivent se poser les amis de l'Amérique latine, à la veille de son entrée dans le XXIe siècle, qui sera celui du troisième centenaire de sa naissance politique.

  • Succédant à l'affrontement planétaire entre l'Est et l'Ouest, le nouveau désordre mondial s'impose dans un foisonnement de conflits menés au nom de la nation, de l'ethnie ou de la religion.
    Parmi toutes ces tensions, il y a lieu d'isoler une forme de conflits particulièrement violents car particulièrement structurés intellectuellement et émotionnellement : les conflits identitaires. Ces conflits identitaires sont pour l'auteur une source de désorganisation massive des relations internationales en cette fin de siècle.
    Tous les conflits qui voient s'affronter des nations, des ethnies ou des groupes religieux ne sont pas pour autant des conflits identitaires. Il y a conflit identitaire seulement lorsqu'un groupe est persuadé à tort ou à raison qu'il est menacé de disparaître soit sur le plan physique, soit sur le plan politique.
    Après avoir étudié leur surgissement dans les anciens pays communistes, François Thual s'efforce de montrer l'universalité de ces conflits présents sous des formes différentes sur l'ensemble de la planète. La dernière partie de l'ouvrage s'emploie à synthétiser les problématiques de l'identitaire et leur possible évolution. Le spectre d'une retribalisation de la planète avec le risque de « réensauvagement » de la société internationale est la conclusion qu'il ne faut hélas pas écarter de ce retour de l'identitaire en cette fin de XXe siècle.

  • La mondialisation de l'économie et le développement fulgurant des multimédias ont rendu la connaissance de la scène internationale incontournable. Etudier les relations internationales aujourd'hui n'est plus un luxe, ni une distraction, et encore moins un mode de culture. La vie professionnelle, la vie des citoyens est aujourd'hui scandée par les événements internationaux de façon continue.
    C'est ainsi que l'on assiste au retour de la géopolitique. Il est devenu nécessaire de comprendre pour ne pas subir, mais aussi pour essayer de prévoir.
    La méthode géopolitique, puisque la géopolitique n'est pour l'auteur que méthode, technique d'investigation, technique de lecture des faits, est au coeur de ce livre. Il pourrait en fait se résumer à un slogan ou plutôt à une formule : chaque fois qu'il y a tension, conflit, guerre, négociation, crise, il faut se poser les questions suivantes : Qui veut quoi ? Avec qui ? Comment ? Et pourquoi ?
    Identifier les acteurs, analyser leurs motivations, décrire leurs intentions, repérer les alliances en gestations, ou, au contraire, les alliances en voie de déconstruction, que ce soit au niveau local, régional, continental ou international, tel est bien l'horizon méthodologique de la géopolitique que nous enseigne l'auteur dans cet ouvrage.

  • L'Abrégé de géopolitique du Golfe a pour ambition de fournir les clefs de référence du passé, du présent et du futur géopolitique des Etats riverains du Golfe. Qu'il s'agisse de problèmes frontaliers, de tensions entre des régimes différents, d'ambitions régionales ou d'interfaces des grandes puissances, la moindre des vibrations dans la zone du Golfe pourrait demain causer un séisme géopolitique majeur pour la planète.
    Vus de loin, les pays du Golfe paraissent se ressembler ; or chacun d'entre eux a une histoire territoriale et identitaire spécifique. Instrumentalisé par les rivalités des grandes puissances depuis 150 ans, projeté au coeur de la modernité par l'exploitation des hydrocarbures, le monde du Golfe est en réalité un monde complexe.
    L'auteur a choisi, plutôt qu'une description linéaire des cycles géopolitiques du golfe, de présenter l'ouvrage sous forme de dictionnaire. Ainsi le lecteur, qu'il soit voyageur, chercheur, étudiant ou homme d'affaires, pourra avoir accès directement à l'objet de ses préoccupations et pourra comprendre d'autant mieux les différentes logiques des acteurs du Golfe.

  • Les événements internationaux ne cessent d'occuper les médias et la profusion médiatique favorise la photographie de l'événement au détriment de l'éclairage des dynamiques géopolitiques. Pourtant l'actualité est l'expression d'intentions, de postures, et de processus géopolitiques dans lesquels interfèrent l'histoire, la géographie et les sciences politiques.
    Alors que l'actualité fournie au Public n'est souvent qu'une matière événementielle brute, le présent ouvrage s'est au contraire ingénié à extraire du contexte mondial une grille de compréhension globale du monde et de ses dynamiques.
    Reprenant le contenu, sans détours et sans masques, d'analyses géopolitiques destinées aux sénateurs français, Repères internationaux offre un tour d'horizon concret de la géopolitique mondiale, et permet de comprendre, grâce à des notes synthétiques, les stratégies et alliances des nations.
    /> L'ouvrage pourra aussi bien être utilisé pour la préparation d'un oral de concours que par le lecteur décidé à appréhender, à travers les stratégies de pouvoir d'aujourd'hui, le monde de demain.

    Secrétaire général adjoint du Groupe de l'Union des Centristes au Sénat, François Thual enseigne dans le cadre d'un DESS de géopolitique à Paris XIII, et est chargé de conférences à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Il a entrepris depuis plusieurs années une réflexion de refondation de la géopolitique et signe ici son quatorzième ouvrage.

  • Trop souvent réduit à sa thématique de la réincarnation ou à sa métaphysique new age, le bouddhisme est avant tout une religion qui a participé directement à l'Histoire, et donc à sa violence. En ce sens, c'est aussi un fondement idéologique à l'origine de multiples conflits l'opposant aux autres religions et un ferment pour les nationalismes asiatiques. Le récent scandale provoqué par les visites du Premier Ministre japonais dans les temples renfermant les restes des Kamikazes et des criminels de guerre n'en est qu'un exemple récent. Cet ouvrage constitue un apport fondamental à la connaissance du bouddhisme, facteur géopolitique essentiel du monde contemporain.

  • Voyage à travers des ethnogénèses dont le point commun a été la double prégnance byzantine et ottomane, « Le Douaire de Byzance, territoires et Identités de l'Orthodoxie » montre comment la circulation des représentations religieuses a été un élément fondamental des refontes identitaires qui ont abouti à des territorialisations étatiques.
    Du monde balkanique où les constructions identitaires et étatiques sont anciennes mais demeurent instables du fait de l'affrontement de nationalismes concurrents, jusqu'au monde russe, en passant par les minorités chrétiennes arabes ou par le monde caucasien, François Thual invite le lecteur à plonger dans un héritage religieux commun qui dessine une sorte de Commonwealth byzantin, à analyser en profondeur l'identitaire dans ses relations avec le territoire, au coeur d'un même espace civilisationnel.
    Qu'il soit étudiant, chercheur, passionné de géopolitique ou attiré par le monde orthodoxe, le lecteur trouvera dans cet ouvrage, non seulement une véritable typologie géopolitique de l'Orthodoxie, mais également une méthode de compréhension des processus ethno-confessionnels dans la formation de l'Etat-nation.

  • Depuis des millénaires, les peuples convoitent et conquièrent des territoires, s'affrontant ainsi les uns aux autres. Quels sont les mécanismes d'expression et les mobiles profonds du désir de territoire ? Pour répondre à cette question François Thual dresse une archéologie de la formation des dispositifs territoriaux, impériaux et identitaires, à travers l'Histoire. La conflictualité est éclairée à l'aune des grandes dynamiques géopolitiques de convoitise : panismes -pangermanisme, panturquisme. -, grandismes - Grande Serbie, Grande Albanie., mythes d'un âge d'or territorial, colonisation interne et dialectique centre-périphérie, recherche du désenclavement et poussée vers les mers ; la soif de territoires prend ici toutes formes d'expressions géographiques et le lecteur voyage de la mer Noire au Sahara français en passant par les montagnes-refuge en Orient. La religion trouve sa place dans les dispositifs géopolitiques et leur remise en cause : l'Islam jadis utilisé comme levier identitaire par l'Allemagne et la Russie pour détruire l'Empire des Indes anglaises, la territorialisation des hérésies en Islam, la fracture romano-orthodoxe, le bouddhisme moteur du nationalisme en Asie... Mais au-delà même des mécanismes d'expression du désir de territoire, les ressorts quasi-psychologiques du désir territorial sont dévoilés : les crises mimétiques permettent dcomprendre pourquoi des Balkans si pauvres économiquement sont depuis toujours un haut lieu de conflit ; la claustrophobie géopolitique anime le sentiment d'enclavement - Amérique latine, Asie Centrale.-, tandis que le complexe d'obsidionalité explique le sentiment d'encerclement de l'Inde ou de la Serbie, ou le mythe du serpent vert en Grèce ; les projets échoués, les pertes territoriales, les généalogies rendues conformes aux convoitises territoriales, les frustations identitaires apparaissent tout à coup comme constituant un inconscient inavoué qui détermine et dirige les dynamiques géopolitiques. À mesure qu'il voyage à la rencontre d'une géopolitique théorisée mais toujours illustrée par de nombreux exemples, le lecteur découvre que le savoir géopolitique se raccroche à la psychologie humaine..

  • Un constat simple : il existait une cinquantaine d'Etats en 1945 ; on en compte presque deux cents aujourd'hui.
    A quoi correspond cette prolifération ? Quelles sont les forces qui agissent derrière l'émiettement de la planète ? Que laisse présager cette balkanisation généralisée ? Ce phénomène est-il un facteur de paix grâce à la multiplication des impuissances, ou un facteur de conflits à cause des possibilités accrues d'affrontement ? Pour François Thual, la pulvérisation géopolitique à l'oeuvre dans de nombreuses régions du monde est une façon nouvelle de dominer, à laquelle les grandes puissances ont recours pour s'assurer le contrôle des " petits peuples ", crispés sur leur narcissisme identitaire et leur aspiration à l'indépendance.
    Mais qu'il forme le stade achevé de la mondialisation, ou, au contraire, qu'il prélude à de vraies régressions identitaires, l'émiettement de la planète constitue à coup sûr un des phénomènes géopolitiques majeurs du XXIe siècle commençant.

  • Les religions ne se caractérisent pas seulement par leurs doctrines et leurs cultes, mais aussi par leur inscription territoriale qu'elles ont effectuées avec ou sans l'aide des pouvoirs politiques. La territorialisation du religieux fonde la possibilité d'une approche géopolitique, permettant de comprendre la dynamique d'expansion des religions. Dans le cas du monothéisme (juif, chrétien et musulman), la géographie religieuse repose sur un paradoxe. Nées de la croyance en un dieu unique, leur extension géographique à travers les siècles a donné lieu à une multiplicité de formes d'organisation et de conception qui n'ont cessé de s'affronter entre elles. Au Dieu un de la Révélation a répondu le Dieu fragmenté des organisations humaines.
    En rejoignant d'autres champs des Sciences humaines, comme la sociologie ou la psychologie, la géopolitique des religions permet de mieux saisir le rôle du religieux dans les luttes des identités collectives, qui demeure un des moteurs de la conflictualité des sociétés humaines.

    Pour son trentième ouvrage, François Thual retrouve ses préoccupations sur le rôle de l'identité dans les conflits contemporains. Le religieux n'est pas pour lui le centre ou le moteur de l'Histoire, mais, a contrario, ignorer son fonctionnement et ses impacts serait se priver d'autant d'une grille de lecture des conflits et des crises identitaires contemporaines.

  • La région du Caucase est devenue une nouvelle poudrière potentielle aux portes de la Russie. C'est aujourd'hui une zone à très haut risque après les Balkans.

    SOMMAIRE :
    Le Caucase, carrefour ou impasse ?
    Première partie : UNE LONGUE PRÉSENCE RUSSE : Un kaléidoscope d'identités - Carrefour de civilisations - Des hommes, des modes de vie - De la conquête des Tsars au réveil des peuples - Guerre civiles et indépendances provisoires - Les soviétisations successives - L'échec final du socialisme Deuxième partie : UNE DÉCENNIE DE BRUIT ET DE FUREUR : La reconfiguration du Caucase post-soviétique - Le temps des oléoducs - Le retour de la géopolitique - La Géorgie malade de ses diversités - L'Arménie entre expansion territoriale et dépression démographique - L'Azerbaïdjan entre occupation et affirmation - Le Caucase rebelle Troisième partie : AU SEUIL DU XXIe SIÈCLE : Un siècle mal commencé ?
    Mémento caucasien

  • L'essentiel de géopolitique pour comprendre la formation territoriale des États d'Amérique Latine et leurs problèmes contemporains, les problématiques de désenclavement vers les océans, l'origine sociale et identitaire des guérillas, la transformation démographique et mégapolistique, le jeu des États-Unis et les oppositions à celui-ci, l'importance du pétrole sud-américain, la mondialisation du Brésil.

    Auteur de très nombreux livres de géopolitique, spécialiste des questions identitaires et religieuses, François Thual, soucieux une nouvelle fois de dépasser le clivage entre sociologie et géopolitique, étudie sur le théâtre de l'Amérique latine le lien entre les forces sociales et les forces identitaires et souligne l'importance toute particulière des oligarchies et de leurs stratégies géopolitiques. Une analyse synthétique rare pour comprendre un monde vers lequel l'Europe est de plus en plus appelée à revenir.

empty