Guillaume Duteurtre

  • En Afrique de l'Ouest, l'élevage agro-pastoral est resté jusqu'à récemment en marge de l'industrialisation des filières laitières. De grandes laiteries se sont implantées dans les capitales, mais sans investir de manière ambitieuse dans la collecte de lait local, et en utilisant surtout du lait en poudre importé. Pourtant, à côté de ces grandes industries, de nombreuses laiteries de petite taille s'appuient au contraire sur la collecte du lait local. En raison des nouveaux débouchés qu'elles représentent, ces minilaiteries ont été promues à partir de la fin des années 1990 par de nombreux projets de développements de l'élevage. Qu'en est-il aujourd'hui de ces petites entreprises laitières ? Sont-elles condamnées à disparaître face à la concurrence des grandes firmes internationales ? Ou bien participent-elles au contraire à l'essor d'une agroindustrie rurale créatrice d'emplois, voire d'un nouvel « entrepreneuriat social » ?

    Le présent ouvrage présente un diagnostic des minilaiteries dans quatre pays de la zone : le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il analyse les forces et les faiblesses de ces entreprises qui ont mis au point des procédés de transformation originaux et créé de nouvelles filières commerciales.

    Cet ouvrage s'interroge finalement sur la diversité des mutations actuelles, et sur la pluralité des modèles de développement. Cet ouvrage est le fruit d'une collaboration de 19 experts de la sousrégion. Il bénéficie des acquis de plusieurs projets de recherche et de développement du Cirad, du Gret et de nombreux autres partenaires. Il a été coordonné par 3 spécialistes du secteur.

  • De 1974 à 2014, l'Afrique intertropicale a connu une croissance inédite des effectifs des herbivores domestiques. Les effectifs bovins ont été multipliés par plus de 2, ceux des petits ruminants par plus de 3. Aujourd'hui, la région regroupe environ 20 % des bovins et des ovins, 33 % des caprins et 81 % des dromadaires élevés sur la planète. Soit un cheptel de près de 900 millions de têtes.

    L'ouvrage est axé sur la dynamique des élevages des ruminants et des équidés en Afrique intertropicale. Il décrit les différents systèmes d'élevage rencontrés en zones aride et subhumide et les ressources alimentaires disponibles ; il aborde les impacts locaux et globaux des élevages des herbivores sur l'environnement. Le rôle socio-économique majeur des activités autour des animaux et de leurs produits, et la demande croissante en viande et lait des consommateurs sont soulignés. Une organisation efficace des filières bétail-viande est raportée, alors que des contraintes à la mise en place d'une industrie laitière persistent.

    Pour de nombreuses familles vivant proches du seuil de pauvreté, l'élevage est un facteur de réduction de la vulnérabilité. Divers services qui permettraient un développement durable des élevages sont décrits. Cependant, les modes de financements et les suivis des impacts socio-économiques et environnementaux devront évoluer.

    L'ouvrage apporte informations, points-clés de compréhension et de méthodes pour les étudiants, les agents de développement et les décideurs confrontés aux questions de développement de ces élevages d'herbivores dans les zones tropicales, notamment en Afrique, en Asie et au Brésil.

  • Cet ouvrage montre combien l'élevage joue un rôle central dans la vie des paysans du Sud. Mais la richesse des éleveurs ne se réduit pas à la quantité d'animaux dont ils disposent. Les éleveurs sont amenés à arbitrer entre plusieurs objectifs d'utilisation du troupeau : alimentation de la famille, revenus monétaires, projets d'équipement, transmission du patrimoine, participation à la vie de la communauté. Et ils ont recours à de nombreuses organisations sociales pour atteindre ces objectifs et gérer les incertitudes. Pour être efficaces, les politiques d'appui à l'élevage doivent tenir compte de cette complexité stratégique et organisationnelle. S'appuyant sur une approche pluridisciplinaire du concept de pauvreté, l'ouvrage réfute les analyses du « niveau de pauvreté » en termes exclusivement monétaires. Mobilisant des outils et théories issus de la zootechnie, de l'économie, de la géographie et de la sociologie, il présente un large éventail d'observations de terrain réalisées en Afrique, au Maghreb, en Amérique du Sud et en Inde. Ces regards croisés permettent in fine de définir la pauvreté en élevage comme l'incapacité des éleveurs à réaliser leurs projets.

empty