Jean-François Gayraud

  • Qu'est-ce qu'une mafia ? Qu'est-ce qui la différencie d'une simple association criminelle ? Pourquoi sa puissance et son action s'avèrent-elles plus redoutables aujourd'hui ? Que sait-on vraiment de l'histoire récente de la mafia italienne, de la mafia albanaise, des triades chinoises ou des Yakuza japonais ? Quels sont désormais les points chauds de leur influence, quels sont leurs objectifs, quelles sont leurs armes nouvelles ? L'un des meilleurs spécialistes français des nouvelles formes de criminalité fait le point. Une référence pour comprendre à la fois le fonctionnement interne d'une mafia et ses dangers réels aujourd'hui. " Un étonnant voyage initiatique. " Le Monde. " Une oeuvre majeure. " Revue internationale de criminologie.

  • Trafic de drogues, d'armes et d'êtres humains, contrebande, contrefaçon, fraude financière, crime écologique, mafia, guérilla passée au narcotrafic, bande criminelle de quartiers, corruption... Comment prévenir et juguler ces fléaux qui menacent la sécurité des citoyens, des États, de l'Europe ?
    Francois Farcy et Jean-Francois Gayraud montrent pourquoi et comment le renseignement est indispensable pour combattre efficacement des criminalités protéiformes et toujours plus transnationales. Une approche nouvelle exigeant la remise en cause radicale de tactiques usées, lentes et stérilisantes.
    Pour la première fois, un ouvrage offre une étude rigoureuse et novatrice pour analyser et combattre les nouvelles criminalités nourries par la mondialisation.

  • "Financiarisé, mondialisé et dérégulé à l'excès, le capitalisme n'est-il pas devenu criminogène, tant il offre désormais d'opportunités et d'incitations aux déviances frauduleuses ? C'est ce qu'indique la dimension criminelle qu'ont prise certaines crises financières, au Japon, en Albanie, en Espagne ou encore au Mexique et en Colombie. C'est ce qu'implique l'extension du trading de haute fréquence, qui permet de négocier à la nanoseconde des milliers d'ordres de Bourse. Et c'est enfin ce qu'induit le blanchiment d'argent sale à travers les narcobanques. Éclairant toujours plus profondément la géoéconomie et la géopolitique du crime organisé, Jean-François Gayraud montre ici que, sur les marchés financiers, le crime est parfois si systématique qu'il en devient systémique dans ses effets. De curieuses coopérations et hybridations se nouent ainsi entre criminels en col blanc, gangsters traditionnels et hommes politiques corrompus.
    Il s'interroge aussi sur le devenir de la finance : portée par sa seule volonté de puissance, par delà le bien et le mal, n'est-elle pas en train de s'affranchir de la souveraineté des États ? Dès lors, face à des puissances financières aux arcanes si sombres, quelle liberté reste-t-il ?"

  • Dans le monde post-Guerre froide, l'hybridation est devenue la règle et non plus l'exception, générant des entités inclassables : guérillas marxistes vivant du trafic de cocaïne ; gangsters salafisés ; sectes religieuses vouées au terrorisme ; financiers à la fois spéculateurs et criminels ; paramilitaires mutant en cartels de la drogue... Tous les entrepreneurs du crime tendent aujourd'hui à changer d'ampleur et de forme.
    L'ère de l'hybridation a commencé... Et le terrorisme trouve ainsi des nouvelles sources de financement. Des corps hétérogènes et inconciliables font désormais symbiose. Hier, acteurs « politiques » (terrorisme, guérillas, milices, mouvements de libération) et criminels de « droit commun » (bandes, gangs, cartels, mafias) vivaient séparés dans les espaces et selon les logiques de la Guerre froide : ils fusionnent aujourd'hui sur la même scène violente et prédatrice.
    Jean-François Gayraud livre une analyse lucide et sans concession de ces hybrides qui bousculent toutes les certitudes héritées du XXe siècle.

    « La figure du «prédateur» mondialisé appelle la figure nouvelle du petit criminel global qui se présente souvent sous l'aspect plus «noble» du terroriste. Cet «hybride» prend de multiples aspects que Jean-François Gayraud décline dans une casuistique savoureuse ».
    Jacques de Saint Victor (préface)

  • Et si la crise financière dont nous subissons encore les effets était bel et bien une vaste fraude ?Voici un "autre récit" du krach. En tout cas, pas celui proposé en général par les économistes ou les financiers.Décryptant les mécanismes ayant permis une succession d'actes criminels, reprenant les événements pièce par pièce et les replaçant dans une histoire plus longue, Jean-François Gayraud va ainsi au-delà de la stigmatisation de quelques boucs émissaires ou de la dénonciation de certains excès. Des politiques aveugles et dogmatiques de dérégulation des marchés ont ouverts la voie à des comportements criminels de grande ampleur au point de déclencher la crise des "subprimes". Dès lors, pour lui, il est impossible d'envisager un vrai assainissement, une reconstruction durable de la finance si ce diagnostic criminel n'est pas fait.Après la globalisation des phénomènes mafieux et la pénétration du monde du spectacle, Jean-François Gayraud poursuit son exploration des criminalités organisées qui gangrènent les sociétés contemporaines.Un document sans appel !

  • Un pamphlet où le haut fonctionnaire de la police nationale dénonce la guerre menée par la finance contre les Etats et les peuples. Selon lui, cette guerre prospère grâce à la frontière toujours plus floue entre le légal et l'illégal, s'appuyant sur la migration des capitaux et des responsabilités, des dettes et des hommes.

  • La criminalité n'est plus aussi bien définie que l'était celle de l'après-guerre.
    Elle revêt de multiples formes et adopte un caractère global et mondial. Jean-François Gayraud et François Thual proposent donc une approche pluridisciplinaire pour étudier ce nouveau phénomène. Plus qu'une simple économie parallèle, dans certains pays, les manifestations criminelles sont une menace réelle pour les Etats et la démocratie, comme au Mexique, par exemple. Les auteurs exposent toutes les facettes actuelles de cette menace, mais se projettent également dans l'avenir.
    Pourquoi la grande criminalité internationale a-t-elle augmenté de façon vertigineuse ? Quelles sont les luttes de territoire entre organisations ? Comment l'argent sale pèse-t-il sur le capitalisme, etc. ?

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

empty