M Authier

  • Houellebecq politique

    Christian Authier

    • Flammarion
    • 16 Mars 2022

    Dans la lignée du Houellebecq économiste de Bernard Maris, Christian Authier propose un Houellebecq politique en s'appuyant sur ses romans, depuis Extension du domaine de la lutte jusqu'à son dernier, Anéantir, mais aussi sur les entretiens de celui qu'on a cru voir dériver de la gauche antilibérale à la droite néoréac.Mais qui est donc le Houellebecq politique? Est-il de droite? De gauche? Néoréac? Islamophobe? Pourfendeur de Mai 68 et de la libération des moeurs? Apologue d'une sexualité débridée? Souverainiste? Décliniste? Conservateur? Dénonciateur implacable du libéralisme économique et de la mondialisation?

  • L'ouverture des hostilités Nouv.

    L'ouverture des hostilités

    ,

    • Presses de la cite
    • 19 Mai 2022

    Toulouse, 1993. Alors qu'une guerre fratricide déchire la Yougoslavie, Frédéric Berthet, tranquille professeur de lettres à la fac du Mirail, et l'un de ses étudiants, d'origine croate, sont mêlés malgré eux aux ramifications inattendues du conflit sur le sol français. Hypothétiques trafics, dossiers secrets, morts suspectes : les services du renseignement sont de la partie, mais la DST et la DGSE ne poursuivent pas les mêmes objectifs. Hommes de l'ombre et de pouvoir, agents traitants, policiers, espions, barbouzes s'affrontent au gré de règlements de comptes aussi surprenants que violents.

    Dans une Ville rose à la couleur rouge sang, au coeur de ce Sud-Ouest dont le passé détient peut-être une part de l'énigme, une guerre se déroule, invisible aux yeux du commun des mortels. Et si, derrière cette enquête qui prend l'allure d'une course-poursuite et d'une course contre la montre, se jouait l'ouverture des hostilités d'un conflit encore plus décisif ?

  • Petit éloge amoureux de Toulouse

    Christian Authier

    • Privat
    • 9 Septembre 2021

    Une nouvelle collection chez Privat, « Petit éloge amoureux... », qui célébrera des villes, des capitales, des régions, des pays, des lieux de culture et de mémoire, des lieux de voyage et de rencontre, des lieux de transmission et de mutation, des lieux où la vie passe et s'éteint avant de renaître, des mythologies dont la permanence défie le temps quitte à s'adapter aux modes, des espaces où le passé et le présent s'entremêlent et où le futur s'esquisse parfois à travers la confrontation entre la modernité et la tradition.
    Toulouse, La Librairie, L'Occitanie, La Salle de cinéma, Le Café ou Le Train constitueront les premiers rendez-vous lancés à des lecteurs curieux de découvrir ou de redécouvrir des sujets familiers, ancrés dans la mémoire et l'imaginaire collectifs, au gré de nouvelles approches.
    Nulle prétention scientifique ou universitaire dans ces libres évocations confiées à des auteurs, écrivains connus dont la singularité et la sensibilité proposeront, mieux qu'un guide ou un dictionnaire, une vision à la fois locale et globale, forcément intime et par là même un peu universelle. Et c'est Toulouse qui marque le début de cette collection, avec l'un de ses meilleurs ambassadeurs.

  • Demi-siecle

    Christian Authier

    • Flammarion
    • 5 Mai 2021

    Pour Patrick, journaliste dans un grand hebdomadaire parisien, cela ne va pas très fort. À 48 ans, il se rend plus souvent à des enterrements qu'à des mariages. Les années ont filé à la vitesse de la lumière. Un divorce, une carrière de romancier avortée, un fils bientôt bachelier : le bilan n 'est pas encombrant. La civilisation du papier à laquelle il appartient cède la place au numérique et aux algorithmes. Une solitude à couper au couteau semble avoir vitrifié les êtres. Heureusement, la compagnie de quelques camarades, des films vus et revus, des bonheurs simples l'empêchent de verser dans la mélancolie et le cynisme.
    En attendant, quelque part dans Paris, une autre âme seule, blessée avec discrétion, se sent elle aussi à l'étroit dans l'époque. Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer et prendre l'air du large. Pour le meilleur ?

  • Omniprésent dans les médias et le champ politique, mais aussi dans le langage ordinaire, le terme "bobo" n'est pas neutre. Son usage et ses variantes ("boboïsation", "boboïsé") tendent à simplifier, et donc aussi à masquer, l'hétérogénéité des populations et la complexité des processus affectant les espaces urbains qu'ils prétendent décrire. En réduisant les " bobos " à des caricatures, on juge des caractères, des intentions et des volontés, en oubliant que les représentations et les pratiques des individus et des groupes sociaux prennent place dans des trajectoires singulières et un monde hiérarchisé.
    Ainsi, scientifiquement parlant, "les bobos n'existent pas", et les notions de "boboïsation" ou de "boboïsé" ne conviennent pas pour saisir et caractériser la diversité des logiques et des mécanismes, voire, parfois, les contradictions à l'oeuvre dans les phénomènes de "gentrification", marqués par le " retour en ville " des catégories moyennes et supérieures, l'effacement des plus pauvres et le renouvellement des activités et des paysages urbains.
    C'est ce que montre cet ouvrage, qui propose un regard historique et sociologique sur le mot "bobo" et ses usages, dans les univers médiatiques, politiques et culturels, comme dans les discours des populations impliquées.

  • Toulouse insolite

    ,

    • Cairn
    • 10 Septembre 2019

    Jean Dieuzaide et son oeuvre ne peuvent être réduits à Toulouse, ville à laquelle il a consacré tant de photos, car son art, son regard, ses motifs touchent à l'universel. Cependant, à l'instar d'un Claude Nougaro, le nom de l'artiste restera à jamais lié à celui de Toulouse où il créa en 1974 la galerie municipale du Château d'Eau, premier lieu d'exposition en France consacré à la photographie. Surtout, il sublima en noir et blanc la ville dite rose. Ce Toulouse insolite nous le rappelle, si besoin était. Insolite ? Oui, forcément parce que rien n'est banal et tout devient singulier à travers l'oeil de Jean Dieuzaide. L'un des bonheurs que réservent les clichés réunis ici est de nous faire partager un temps à la fois si loin et si proche. Des siècles semblent parfois séparer une photographie d'une autre et pourtant le même homme (1921-2003) en est l'auteur. Il y a des reflets, des ombres, des fantômes, des ruines dans Toulouse insolite mais c'est néanmoins la lumière, la joie, l'innocence, l'émerveillement qui l'emportent.

  • Des heures heureuses

    Christian Authier

    • Flammarion
    • 2 Mai 2018

    « Parce que c'était lui, parce que c'était moi » : Thomas, vingt-six ans, pourrait dire cela à propos de Robert Berthet, vibrionnant quinquagénaire agent en vins naturels, qui vient de l'embaucher comme assistant. À rebours du salariat classique et des aspirations de son jeune âge, Thomas découvre l'univers du « vin naturel », bio ou bio-dynamique en même temps qu'un monde de fêtes, de dégustations et de frasques. Dans leur ville de province et sur leur route à travers l'Hexagone, ils vont croiser une ribambelle de personnages truculents et improbables. Des heures heureuses les attendent, mais bien plus encore.
    Dans ce roman empreint de clins d'oeil à la littérature, Christian Authier nous offre une plongée savoureuse dans l'univers du vin naturel où se noue, au fil des ivresses et des humeurs vagabondes, une amitié filiale entre deux hommes en rupture avec leur époque.

  • Pour la sociologie urbaine

    ,

    • Pu de lyon
    • 28 Mars 2019

    Présentateur et traducteur à la fin des années 1970, avec Isaac Joseph, de plusieurs textes majeurs de l'École de Chicago, auteur au début des années 1990 d'un manuel de sociologie urbaine qui aujourd'hui encore constitue une référence, mais aussi infatigable chercheur, à l'origine de très nombreux travaux et écrits de premier plan sur les processus de ségrégation, les logiques de peuplement, les manières d'habiter ou encore les sociabilités urbaines, Yves Grafmeyer est une figure marquante de la sociologie urbaine française des quarante dernières années. Sociologue de la vie urbaine, plus que sociologue de la ville (ou de l'urbain), il est aussi plus large- ment et avant tout un grand sociologue, qui a joué un rôle très important dans la promotion de la discipline en France, dans la structuration et l'animation de la recherche en sciences sociales et dans la formation de plusieurs générations de chercheurs.
    Ce livre qui lui est consacré présente, sous la forme d'entretiens, son parcours, ses travaux et les notions-clés de son oeuvre sociologique, ainsi qu'une sélection de textes particulièrement significatifs de sa production. Il intéressera à la fois les chercheurs et étudiants en sociologie, et plus généralement tous les curieux des questions urbaines.

  • Sociologie urbaine (4e édition)

    ,

    • Armand colin
    • 8 Avril 2015

    La ville est aujourd'hui à la fois territoire et unité de vie collective, milieu et enjeu, cadre physique et noeud de relations entre les êtres sociaux. Ce livre montre comment les concepts et les méthodes de la sociologie peuvent être mobilisés pour l'étude de la vie urbaine.
    Cette dernière est saisie dans les tensions qui la traversent : tensions entre distance et proximité, entre localisation et mobilité, entre diversité et intégration, entre lignes de force qui commandent le devenir des villes et la gestion collective.
    Comment s'organisent de nos jours les coexistences en milieu urbain et la mise en cohérence des actions publiques ? À l'heure où les ancrages territoriaux des citadins se diversifient et où les espaces sociaux se fragmentent, dans quelle mesure la ville fait-elle encore société ? Cette 4e édition actualisée apporte toutes les réponses nécessaires.

  • Où décide-t-on d'habiter ? Comment s'opère le choix du logement du quartier, du statut d'occupation ? A ces questions de base répondent ici des chercheurs de différentes disciplines (sociologie, géographie, économie, démographie...), travaillant dans des contextes nationaux divers.
    Les réponses apportées, tout en soulignant le poids fort des contraintes (économiques, sociales, contextuelles...), montrent l'existence d'options mouvantes incertaines, justifiant une analyse approfondie.

  • Des Poneys sauvages au Taxi mauve, son roman le plus célèbre dont Yves Boisset tirera un film nominé à Cannes, Michel Déon (1919-2016) a laissé une OEuvre dans nos bibliothèques idéales. Une OEuvre où la marque personnelle de l'écrivain, son sens du rythme et son regard sur l'Histoire retiennent à jamais ses livres de tomber dans l'oubli. Grand voyageur, personnage désenchanté et polémique, il incarne un certain esprit français. À travers cet ouvrage, Christian Authier nous invite à visiter « les mondes » de Michel Déon, lui qui vécut comme un héros de roman, entre France, Grèce et Irlande à travers tout le xxe siècle, endossant tour à tour les rôles de secrétaire de rédaction à l'Action française, correspondant de presse, éditeur, homme de lettres et académicien.

  • Les liens défaits

    Christian Authier

    • J'ai lu
    • 30 Janvier 2010

    Pourquoi un homme se coupe-t-il de la réalité, au point de se jeter dans la spirale vertigineuse de la dépression, laissant derrière lui les débris de son existence ? Christophe avait pourtant tout pour réussir : une femme amoureuse, un fils, une vie professionnelle réussie.
    Et un ami à l'affection indéfectible... Le narrateur, en retraçant l'histoire tragique de cet homme déçu par son époque, brosse le portrait d'une génération désabusée, celle de l'après-Mai 68.

  • Du domicile à la ville ; vivre en quartier ancien

    Jean-Yves Authier

    • Economica
    • 29 Août 2002

    Comment se caractérisent aujourd'hui les manières d'habiter et les façons de vivre en ville des citadins ? Comment les gens des villes habitent-ils leur logement ? Quels usages font-ils de leur quartier ? Comment distribuent-ils leurs activités sociales dans les différents lieux de la ville dans laquelle ils résident ? Pour saisir les dimensions résidentielles des modes de vie urbains contemporains, les auteurs de cet ouvrage ont exploré, à l'aide d'une enquête par questionnaire approfondi, les manières d'habiter et les façons de vivre en ville d'un large échantillon d'individus et de ménages résidant dans différents quartiers anciens centraux, situés à Lyon, à Montpellier, à Montreuil, à Paris et à Versailles.
    Les résultats qu'ils présentent ici éclairent de nombreux aspects des comportements de ces citadins à l'égard du logement, du quartier et de la ville, et contredisent bien des idées reçues sur les " nouveaux " modes de spatialisation des pratiques et des relations sociales.

  • " Anéantir la totalité de l'appareil d'Etat avec son armée, sa police, ses geôliers et ses juges, avec ses curés et ses bureaucrates, voilà la première tâche de la révolution prolétarienne ".
    Ce programme net sans ambages était celui du Parti communiste ouvrier d'Allemagne (KAPD), en ces année de 1918 à 1923, où l'on put croire que ce pays allait suivre l'exemple russe de 1917 et assurer ainsi le triomphe de la révolution mondiale. Ses militants, qualifiés de " gauchistes " par Lénine, avalent leurs conceptions propres (antiparlementaristes et antisyndicalistes) qui les séparaient tant des bolcheviks autoritaires spartakistes indécis, et, plus tard, de la PC officiel, bien vite inféodée à Moscou.
    Les auteurs des textes et discours ici reproduits sont pour la plupart tombés dans l'oubli. A l'exception peut-être du psychologue Otto Rühle ; des futurs "nationaux-bolcheviks " Laufenberg et Wolffhieim, dirigeants de la révolution de 1918 à Hambourg ; du poète hollandais Gorter ; de l'astronome, théoricien des conseils ouvriers, Anton Pannekoek ; ou enfin de Franz Pfemfert, directeur du journal expressionniste Die Aktion.

  • La courtisane est une figure puissante de l'imaginaire et des sensibilités du 19e siècle. Elle a en effet joué un rôle non négligeable tant sur les plans économique, social que culturel : économique car cette femme indépendante est une "petite entreprise" à elle toute seule et pose le problème des maisons closes, des "insoumises" et de leur statut; social car elle joue le rôle de précurseur dans des domaines aussi importants que le corps, l'hygiène, la maladie, la maternité, la mode vestimentaire, etc.; culturel par sa représentation médiatique voire la politique et par là même le juridique (certaines de ces courtisanes étaient en effet fichées par la police qui n'avait aucun mal à se procurer leurs photographies qui circulaient dans tout Paris).
    Aussi bien présente dans la littérature (Balzac, Proust) que dans les arts de la scène (théâtre avec Dumas fils, opéra avec Offenbach), elle a donné lieu à une mythification, des clichés, voire des stéréotypes physiques et moraux. Qu'en est-il réellement?
    Quel rôle ont donc tenu ces femmes dans le Paris du 19e siècle? Ont-elles été des femmes d'influence? Des pionnières dans le domaine de la liberté et des droits de la femme? De nombreux témoignages de courtisanes ponctués d'anecdotes nous permettent de répondre à ces questions en illustrant le propos de l'auteur sur un mythe qui fascine encore dans notre société moderne.
     

  • La promotion de la santé au prisme du genre ; guide théorique et pratique

    , ,

    • Ecole des hautes etudes en sante publique
    • 16 Mai 2019

    Le mouvement en faveur de la promotion de la santé s'est développé au moment où se concrétisait le concept de genre en sciences sociales. Ces deux grandes idées sont nées des mobilisations collectives des années I960 contre la pauvreté et pour l'égalité. Malgré l'évidence de ce que l'on nomme aujourd'hui une "convergence des luttes", la santé et sa promotion n'ont pas fait du genre un thème majeur et le genre a peu investi le champ de la santé publique.

    Ce guide théorique et pratique vient combler ce vide. Né d'une recherche-action en situation de formation, il montre que promotion de la santé et genre sont intrinsèquement liés sur les plans théorique, militant et professionnel et souligne l'importance de la prise en compte du genre comme déterminant d'inégalités de santé. L'objectif est double : sensibiliser les professionnel le s de santé du secteur public et associatif aux stéréotypes qu'ils peuvent véhiculer et aux conséquences sur la prise en charge des usagers et mettre à disposition des professionnel le s un ensemble de recommandations.

    Cet ouvrage s'adresse aux professionnel le s du soin et de l'intervention sociale dans les champs de la santé, aux étudiant e s, enseignant e s et chercheur e s en sciences sociales, ainsi qu'aux associations en promotion de la santé, afin d'améliorer la formation et les pratiques professionnelles.

    Avec une préface de Nathalie Bajos.

  • L'espion catalan

    Jean-Pierre Authier

    • T.d.o
    • 13 Juin 2019

    Rouage discret mais essentiel de la diploma­tie comme de la stratégie militaire, Louis sans Terre, espion catalan, travaille contre le Roi de France et pour celui d'Aragon. Enfin... Louis sans Terre, une fleur de lys tatouée sous le pied, est aussi lié au Roi de France ... Sa position n'est pas simple. Et puis le Roussillon est l'objet de nom­breuses convoitises, le Pape espère l'extermination des Cathares et Asseline est très belle...
    Dans ce récit truculent, Jean-Pierre Authier livre un aspect méconnu de l'histoire de la Catalogne à la fin du XIIIe siècle, à travers le prisme original d'un auxiliaire aussi secret que précieux des grands de ce monde : l'espion.

  • Deuxièmes séances

    Authier-C

    • Stock
    • 4 Novembre 2009

    Nous sommes de ceux pour qui le cinéma a été plus qu'un passe-temps et même plus qu'une passion. Ce « nous » désigne des êtres pour lesquels la vie en vingt-quatre images seconde est au moins aussi précieuse que la « vraie ». Le cinéma nous a offert des modèles, des coups de feu dans la Sierra, des bains improvisés dans la fontaine de Trevi, des courses-poursuites sur le mont Rushmore, des exploits de samouraïs, des petits déjeuners chez Tiffany. Puis, vient un jour où l'on croit avoir tout vu. On se sent un peu orphelin quand Hitchcock, Welles, Hawks, Wilder, Kurosawa, Fellini, Tati, Huston, Kubrick et les autres n'ont plus d'images inédites à nous offrir. On guette le dernier Scorsese ou le dernier Eastwood. Parfois, Allen ou Tarantino suffisent à notre bonheur.
    Alors il a fallu fréquenter les clandestins, les mal-aimés, les films du « second rayon », ceux traités en trois lignes dans les journaux du mercredi. J'en ai tiré une panoplie cinématographique faite d'oeuvres absentes des palmarès ou des recensions officielles et pourtant produites au coeur de l'industrie hollywoodienne, pour l'essentiel d'entre elles ces vingt dernières années, quelquefois par des cinéastes qui deviendront célèbres comme Michael Mann, Steven Soderbergh ou les frères Coen. Ces films sont nos contemporains, mais à part quelques fanatiques, personne ne les a vus ni aimés. Alors, offrez une dernière séance à Duos d'un jour, La Peur au ventre, Susie et les Baker Boys, Terrain d'entente et les autres. Goûtez-les sans préjugés, vous ne le regretterez pas. Et faites passer.

  • Une si douce fureur

    Christian Authier

    • J'ai lu
    • 4 Septembre 2010

    " Il est de certains êtres comme de certains pays, on n'en revient pas.
    Longtemps après les avoir quittés, leurs paysages et leur langue nous habitent encore. Plus surprenant est l'enracinement dans notre mémoire de personnes à peine croisées, entraperçues, dont les mots et les gestes ont cependant modifié en profondeur notre existence. Les destins peuvent basculer à cause d'une chiquenaude. "

  • Une Belle époque

    Christian Authier

    • J'ai lu
    • 18 Août 2012

    Communication, propagande au théâtre, convoi humanitaire... Tout est bon pour servir les ambitions du candidat qui se mesure à des intérêts et à des pouvoirs qui le dépassent. L'époque est légère mais tourmentée et le cynisme finit par avoir raison de l'amour et des illusions de jeunesse.

  • À l'ère de la mondialisation, la ville contemporaine se reconfigure. Les rapports que les citadins entretiennent à l'espace et au monde social se transforment : les mobilités urbaines s'accélèrent ; les relations sociales se développent en réseaux déterritorialisés. Pour autant, les formes d'ancrage local et les pratiques de proximité ont-elles disparu ? Le quartier existe-t-il encore aujourd'hui ? Quelles recompositions observe-t-on dans les rapports au quartier - et à la ville - des citadins ? La notion de quartier est-elle encore utile à la compréhension des phénomènes sociaux et urbains ? Telles sont les questions traitées dans cet ouvrage qui interroge la construction de la notion de quartier dans les sciences sociales, son utilisation dans les politiques urbaines et sa consistance dans les pratiques des habitants et les identités citadines. Réunissant des contributions théoriques et des études empiriques réalisées dans différents contextes urbains, en France et à l'étranger, cet ouvrage constitue à la fois un outil de réflexion et un bilan critique des travaux sur le quartier, et sur les « effets de quartier ».

  • Enterrement de vie de garcon

    Christian Authier

    • J'ai lu
    • 24 Août 2009

    " Les années Mitterrand s'achevaient et, avec elles, je ne pouvais m'empêcher de voir un adieu à ma jeunesse, donc à fric, et une manière d'enterrer ma vie de garçon.
    " Lorsque le narrateur, encore lycéen, rencontre Eric, naît une amitié qui ne sera rompue que par la mort de l'ami, sept ans plus tard. Avec lui disparaît un âge d'or, une époque d'insouciance dont il est peut-être impossible de faire le deuil... En déroulant avec une élégance rare le fil rouge de l'amitié, Christian Authier nous offre un grand roman initiatique.

empty