Atrabile

  • Sans pour autant nier leurs indéniables apports à l'existence de l'homme de goût, il faut bien admettre que la pornographie et la théorie mathématique des graphes orientés pèchent de manière réitérée en ce qui concerne la qualité narrative. Si à ce triste constat on ajoute celui de la difficulté d'accéder à une connaissance définitive des mécanismes des transports amoureux, on n'a guère d'autre choix que de s'avouer fortement dépité face à ces innombrables entraves inondant le sentier de la félicité universelle.
    C'est ainsi acculé qu'Ibn al Rabin a produit ce livre où l'on apprendra - grâce à une kyrielle de flèches implacables, de schémas rigoureux et de positions scabreuses - que la possibilité d'une répartition uniforme du malheur sentimental repose parfois uniquement sur le nombre d'individus présents dans le cheptel. Enfin, entre autres. Ibn Al Rabin a fricoté avec l'OUBAPO, décroché un doctorat en mathématique, fait de la guitare sur un vélo, adapté le meilleur de la bible avec des feutres, et même convaincu d'autres auteurs de faire des bandes dessinées avec lui (Les Miettes avec Frederik Peeters, Dormez-vous ? avec Baladi).
    Bref, des Ibn Al Rabin, il n'y en a pas deux, et peut-être, peut-être, que c'est tant mieux.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Douce nuit

    Alex Baladi

    La mort, un moment difficile qui n'arrive qu'une fois dans la vie. Sauf pour Benny. Et donc : Benny est mort. Quelle déception. Benny est hyper déçu par la mort : comment aurait-il pu imaginer que la mort, c'était un truc aussi nul ? En attendant le tunnel - celui avec la lumière au bout - Benny entend des voix, car on discute au-dessus de sa tombe. Benny est désormais une icône de la révolution - mais qu'est-ce qu'une révolution, quand elle devient un argument commercial, ou le sujet d'un blockbuster ? Et peut-on attaquer le système depuis l'intérieur ? se demande un étrange trio en conciliabule dans le cimetière.
    En parallèle, on suit Morgane Néville, l'écrivaine de science-fiction (et avatar de l'auteur ? ), qui poursuit un Benny apparemment toujours bien vivant... Benny, c'est le jouet le plus fou que s'offre ponctuellement Baladi, ce grand bidouilleur de forme, qui trouve dans ce personnage un peu pathétique un magnifique vaisseau pour aborder bien des sujets. Ici : la page blanche, la culture populaire, la récupération des idéaux, et bien d'autres choses, dont, encore et toujours, la quête de l'amour.
    Le monde se divise en deux : ceux qui lisent Benny, et ceux qui ne le lisent pas ; ceux qui savent, et les autres... les pauvres ! Bah, tant pis pour eux...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Voix douce

    Baladi

    Pauvre Benny, livré à lui-même dans un monde où il n'y a plus... que lui ? Alors que Benny émerge d'un étrange sarcophage, il doit faire face à la plus terrible des vérités : il est l'unique survivant, le dernier homme sur Terre. Logique imparable :
    Si Benny est le dernier homme sur terre, il doit bien y avoir une dernière femme...
    Non ? Benny semble prendre la situation pas trop mal, ne se laisse pas abattre et rapidement s'organise, se régale (seul) de mets succulents, et s'enivre (seul) avec les meilleurs crus disponibles. Mais cher Benny, cela vaut-il la peine s'il n'y a personne pour partager tout ça ? L'âme soeur finira-t-elle par montrer le bout de son nez ?
    Plus confus que jamais, mais toujours aussi obsédé, Benny, néanmoins bien patient, alors que les mois et les années s'écoulent, et s'écoulent... Passé, présent, futur, Benny semble bien condamné à répéter les mêmes et inexorables erreurs jusqu'à la chute qui, ici, en rappellera d'autres - tout en ouvrant la porte sur de nouveaux mystères. Les non-aventures de Benny, c'est un peu la comtesse de Ségur explosée au MDMA - non, en fait ça n'a rien à voir.

  • Oeuvres vives

    Alex Baladi

    Re-voilà donc Benny, personnage pathétique et réceptacle des angoisses du monde que Baladi se plaît à malmener depuis plusieurs livres déjà (et ce n'est pas fini). On avait laissé Benny en bien mauvais état à la fin de Manoeuvres. Après avoir été prisonnier de ses pulsions, voilà Benny prisonnier de son corps, incapable de bouger ni de communiquer, de quelque manière que ce soit. Malgré cette posture pour le moins difficile, qui rappellera sans doute quelque chose à certains cinéphiles aguerris, Benny continue sa quête de l'être aimé, une quête qui l'emmènera loin dans les tréfonds de son esprit. Et comme dans tous les voyages, Benny fera de belles rencontres, dont le Fils de Dieu ou encore le Roi de la Pop. et c'est peut-être aussi là que Benny rencontrera enfin l'être aimé. Mais réduit à l'état de conscience pure et plus paumé que jamais, Benny saura-t-il discerner le rêve de la réalité ?

  • Vives voix

    Baladi

    Tombé en catatonie, Benny semble au bout du bout du rouleau. Après des années de bonheur avec l'être aimé, le voilà seul, abandonné. Ô Benny, les signes avantcoureurs étaient là : ces appels qui restent sans réponse, ces absences qui s'allongent.
    Benny en souffre ; pour les amoureux comme pour les chiens, le temps se multiplie par sept. Mais voilà Benny désormais seul, véritable portrait du désespoir amoureux. Un. deux. deux et demi. Impossible de sortir de ce lit ! Et si la solution, pour s'en tirer, c'était la colère ? La même qui gronde dans la rue et qui fait dresser des barrières. Alors, à cause d'un geste dont il ne mesure pas la conséquence (un lancer de brique qui va coûter la vie à sept flics) voilà Benny propulsé icône d'une révolution en cours. La répression est sanglante, tout autant que la révolte, et bientôt ce sont les corps de centaines de Benny Adam qui jonchent le sol. « À partir de là tout est à recommencer, la page est blanche, les cases sont vides. » Sur les 200 pages de Vives Voix, Baladi joue, expérimente et s'amuse, et surtout, dans un tour de passe-passe bluffant, mélange radiographie du désespoir amoureux, commentaire social et réflexion politique. Sacré Benny, sacré Baladi.

  • Le peuple d'Israël était dépourvu de roi. Ils en réclamèrent un au Seigneur, afin d'accroitre l'efficience du dépecage d'incirconcis lors des guerres. Le Seigneur accepta, tout en les prévenant du funeste destin qui leur pendait au nez. Et effectivement, Saül, premier roi d'Israël, n'eut pas un parcours des plus pépères. David, son successeur, qui l'a épargné lorsque Saül déféquait à sa merci, un brin plus. Encore des feutres, encore du sacré, encore du bruit et de la fureur, mais avec cette fois un peu de scatologie.

  • Angle mort

    Baladi

    Benny, petit bonhomme gauche à la silhouette suggestive, erre dans la ville en se demandant de quoi se sustenter. Mais c'est bien l a recherche de l'être aimé qui occupe ses pensées... Empli d'amour jusqu'à en déborder, Benny souhaiterait tellement trouver l'âme soeur. Cette quête sentimentale l'a mènera à faire de bien étranges rencontres et le plongera dans des situations parfois extrêmes... Mais l'amour n'est bien évidemment pas toujours là où on le croit...
    C'est un Baladi plus libre que jamais que l'on retrouve ici, dans un récit surprenant qui ne part dans tous les sens que pour mieux retomber sur ses pattes. Une oeuvre phare dans une bibliographie pour le moi ns fournie.

  • Mort disco

    Baladi

    Benny, ami de la vie mais ennemi de lui-même, est dans l'embarras. La femme dont il partageait la vie l'a quitté, à moins que ce ne soit le contraire. D'une manière ou d'une autre, cette solitude nouvelle le rend triste. Il broie du noir durant de blanches nuits. Il est capable du pire, pas du meilleur. Après Angle mort, Benny est de retour pour de nouvelles non-aventures érotico-dépressives. Préparez vos mouchoirs.

  • Nuit rapide

    Alex Baladi

    Quoi, Benny est mort et sort de sa tombe, mû par son éternelle quête de l'amour absolu? Eh oui, car Nuit rapide n'est pas une suite directe d'oeuvres vives, et Baladi a choisi, histoire de s'amuser, de sauter quelques chapitres (qui paraîtront plus tard) des non-aventures de l'ami Benny. Mais même revenu d'entre les morts, sous la forme d'un zombie en pleine décomposition et bien peu ragoûtant, Benny n'a toujours qu'une et une seule idée en tête: trouver l'Amour. Un récit court, et hum, choc, qui prouve par l'exemple que l'Amour peut être plus fort que la Mort.

empty