Littérature traduite

  • Tous les 4 ans, à chaque élection présidentielle américaine, le National Intelligence Council (NIC), le cerveau prospectif de la CIA, fournit un rapport au nouvel élu de la Maison Blanche sur le monde des 20 prochaines années.
    Un monde contesté, telle est ligne principale de ce rapport. La pandémie de Covid 19 a ébranlé la confiance entre gouvernants et gouvernés. Les gens descendront de plus en plus dans les rues. Ce ne sont pas seulement les pouvoirs forts ou dégradés qui seront remis en cause mais aussi les démocraties.
    L'une des tendances les plus certaines au cours des 20 prochaines années sera un changement démographique majeur : la croissance de la population mondiale ralentira et le monde vieillira. La pression migratoire, accentuée par le stress hydrique et le manque d'eau, mettra économies et sociétés à rude épreuve.
    En 2050 : la moitié des urbains vivra dans les pays pauvres.
    La fracture numérique risque de fragmenter les populations et les pays. La finance, la santé, le logement seront de plus en plus connectés. L'intelligence artificielle (IA) jouera donc un rôle majeur et les pays qui exploiteront les gains de productivité liés à L'IA verront s'élargir leurs possibilités économiques. Les acteurs non étatiques (superstars de la technologie, ONG, groupes religieux) seront en mesure de concurrencer voire de contourner les États.
    Sur le plan international, le pouvoir s'élargira à de nouveaux pays mais les USA et la Chine exerceront la plus grande dynamique en imposant des choix tranchés aux autres acteurs. La dégradation climatique provoquera une activité renforcée des grands ouragans et une augmentation de 2, 50 °c pour le jour le plus chaud de l'année.
    Tout n'est pas pessimiste selon ce rapport. Dans les scénarios d'avenir (il y en au moins 5 majeurs) dressés par le NIC : une coalition mondiale menée par l'Europe et la Chine mettra en oeuvre des changement majeurs contre la lutte climatique et une renaissance démocratique est possible.
    Le monde en 2040 selon la CIA est préfacé par Piotr Smolar, spécialiste des relations internationales, grand reporter au Monde.

  • « Là, là-bas, des centaines. Les bras tendus, ils crachent, hoquettent, s'ébrouent comme une meute suppliante. Ils se noient sous mes yeux et je n'ai qu'une question en tête : comment les sauver tous ? »   La cinquantaine, l'opticien de Lampedusa est un homme ordinaire. Avec sa femme, il tient l'unique magasin d'optique de l'île. Ils aiment les sardines grillées, les apéros en terrasse et les sorties en bateau sur les eaux calmes autour de leur petite île paradisiaque.
    Il nous ressemble. Il est consciencieux, s'inquiète pour l'avenir de ses deux fils, la survie de son petit commerce. Ce n'est pas un héros. Et son histoire n'est pas un conte de fées mais une tragédie : la découverte d'hommes, de femmes, d'enfants se débattant dans l'eau, les visages happés par les vagues, parce qu'ils fuient leur pays, les persécutions et la tyrannie.
      L'opticien de Lampedusa raconte le destin de celui qui ne voulait pas voir. Cette parabole nous parle de l'éveil d'une conscience. Au plus près de la réalité, d'une plume lumineuse et concise, Emma-Jane Kirby écrit une ode à l'humanité.
     

  • 1890. Vincent Van Gogh est assassiné à Auvers-sur-Oise par un mystérieux dealer de bleu, " l'Homme-aux-Couleurs ". Toulouse-Lautrec mène l'enquête. Il enrôle son ami Lucien Lessard, peintre-boulanger de la butte Montmartre. Mais Lucien n'a qu'une obsession : brosser le portrait de Juliette, muse magnétique, qui vient de lui offrir un tube de bleu très rare ...
    De sa plume débridée, trempée à l'ultramarine, Christopher Moore signe une fabuleuse comédie qui revisite l'histoire et le Paris de l'impressionnisme. Renoir, Pissarro, Toulouse-Lautrec, Monet, Manet, les frères Van Gogh, Gauguin sont victimes d'un piège qui n'est peut-être que celui de l'inspiration. Comment savoir ? Surtout lorsque la muse sort du cadre pour asséner de façon peu académiques ses considérations sur l'art et la manière.
    Sacré Bleu dynamite tous les codes, du roman noir au rose, du livre d'art à la saga. Voici le premier roman bleu.
    " Sacré Bleu est un roman rare : drôle et intelligent ! " John Wilwow, The Washington Post " Sacré Bleu est un ouvrage captivant, à la fois histoire d'amour et roman policier, qui réinvente toute l'histoire de l'art. " Entertainment Today

  • Évitez de dire à votre épouse des inexactitudes terminologiques, autrement dit des mensonges. Elles ont une intuition formidable pour déceler tout arrangement, même mineur, avec la réalité.
    Ne dites pas à votre femme que vous l'aimez tendrement pour ensuite la traiter comme une moins que rien. Elle préférera les actes d'amour aux paroles creuses.

    Aucun doute là-dessus : les femmes ont plus d'influence sur la vie maritale que les hommes. Par conséquent, s'il y a des tensions dans votre couple, ne rejetez pas la faute sur votre époux. Demandez-vous honnêtement si vous faites de votre mieux.
    En voiture, abstenez-vous de faire des remarques à votre mari sur sa conduite. Cela ne fera que l'irriter et pourrait même causer un accident grave.

    Véritables guides de Self-Help avant l'heure, ces deux petits ouvrages se trouvaient sur toutes les tables de nuit des jeunes mariés dans les années trente. De la vie de couple à l'éducation des enfants en passant par la gestion des finances et la manière de s'habiller, aucun sujet n'est laissé au hasard.
    Si quelques conseils restent d'une surprenante actualité, d'autres sont hilarants par leur sexisme suranné.
    Mais en les combinant pour passer outre les distinctions de genres, ils peuvent tout-à-fait se lire comme un petit manuel de bonne conduite du couple et feront de très bons cadeaux de mariage décalés.

  • Évitez de dire à votre épouse des inexactitudes terminologiques, autrement dit des mensonges. Elles ont une intuition formidable pour déceler tout arrangement, même mineur, avec la réalité.
    Ne dites pas à votre femme que vous l'aimez tendrement pour ensuite la traiter comme une moins que rien. Elle préférera les actes d'amour aux paroles creuses.

    Aucun doute là-dessus : les femmes ont plus d'influence sur la vie maritale que les hommes. Par conséquent, s'il y a des tensions dans votre couple, ne rejetez pas la faute sur votre époux. Demandez-vous honnêtement si vous faites de votre mieux.
    En voiture, abstenez-vous de faire des remarques à votre mari sur sa conduite. Cela ne fera que l'irriter et pourrait même causer un accident grave.

    Véritables guides de Self-Help avant l'heure, ces deux petits ouvrages se trouvaient sur toutes les tables de nuit des jeunes mariés dans les années trente. De la vie de couple à l'éducation des enfants en passant par la gestion des finances et la manière de s'habiller, aucun sujet n'est laissé au hasard.
    Si quelques conseils restent d'une surprenante actualité, d'autres sont hilarants par leur sexisme suranné.
    Mais en les combinant pour passer outre les distinctions de genres, ils peuvent tout-à-fait se lire comme un petit manuel de bonne conduite du couple et feront de très bons cadeaux de mariage décalés.

  • De la tendresse

    Pape François

    Dans ce petit ouvrage, nous proposons de réunir deux discours du pape François sur la tendresse et la miséricorde qu'il nous appelle à redécouvrir urgemment.
    En avril 2017, le leader spirituel donnait sa première TED conférence (Technology, Entertainment & Design : conférences à but non lucratif accessibles sur Internet et destinées à promouvoir des idées qui valent la peine d'être diffusées). Dans ce message plein d'espoir et résolument tourné vers le futur, le pape 2.0 nous éclaire sur le monde d'aujourd'hui et appelle à ce que l'égalité, la solidarité et la tendresse prévalent.
    En effet, l'Amour est source de créativité. « La révolution de la tendresse » à laquelle le pape François nous propose de participer est une révolution totale d'écoute, d'attention, d'adaptation à l'Autre. C'est en se mettant au niveau de l'Autre que l'on parle le langage concret de l'Amour, comme un parent s'adapte au langage de l'enfant.
    Dans le second discours, le pape nous montre en quoi la communication et la miséricorde peuvent être fécondes. La communication a le pouvoir de créer des ponts, de favoriser la rencontre et l'inclusion. Elle doit nous aider à sortir des cercles vicieux de la violence, de la haine et de la vengeance. Pour guérir les relations déchirées, il ne faut pas briser le lien. Mais au contraire, c'est en avançant sur le chemin difficile et courageux de la miséricorde et de la réconciliation que l'on construira une société meilleure, c'est-à-dire non pas un espace dans lequel des étrangers rivalisent et cherchent à se dominer, mais plutôt une maison dont la porte sera toujours ouverte.
    Comme dans le petit livre À la jeunesse que nous avions publié en 2016, le pape François manifeste son engagement politique pour l'ouverture et la communication. Ce qu'il faut également retenir de cet engagement, c'est son inscription dans notre époque contemporaine. Loin de renier les nouvelles technologies, le pape les valorise et les utilise sans omettre de rappeler que ce n'est pas la technologie qui décide de l'authenticité de notre relation aux autres.

  • Lorsque Marcia Coulihan voit débarquer Lonesome Rhodes dans la petite radio locale de Fox, Wyoming, où elle assure l'intérim, elle saisit vite son intelligence derrière le personnage de péquenot naïf qu'il incarne à la perfection. Dès sa première chronique, Rhodes déchaîne l'enthousiasme des auditeurs.
    S'inspirant du village d'Arkansas dont il affirme être originaire, il met en scène les personnages truculents de « sa famille » le cousin Abernathy, la tante Lucybelle sans oublier « son pépé » Bascom pour s'adresser directement à l'Amérique ordinaire, entre deux extraits de folk et d'énormes éclats de rire : « c'qui nous faut c'est un peu plus de bons sentiments chrétiens et rudement moins de ce tourneboulis de notre époque. » Son destin bascule quand il fait campagne contre le shérif local. Le Time dépêche un chroniqueur et Lonesome, accompagné de Marcia, s'envole vers Chicago où il conquiert une audience nationale grâce son émission quotidienne « Votre voyageur de l'Arkansas ».
    Galvanisé par le succès, Lonesome se mêle de tout, donne, entre deux histoires drôles, son avis sur les maux, réels ou imaginaires, dont souffre le pays. Il s'érige en porte-parole d'une Amérique modeste, conservatrice et rurale, mais pétrie de bon sens. Comme le souligne Marcia : « En ce siècle d'angoisses atomiques, l'Amérique en revenait à la sagesse des bons vieux adages qui avaient fait sa grandeur. » L'argent afflue, les publicitaires se battent pour gérer son image, placer des produits dans son émission, des millions d'anonymes envoient des dons à sa fondation caritative.
    La consécration intervient avec son show TV, grande messe nationale, qui fait trembler les politiques de tous bords. Lonesome Rhodes devient un état dans l'état et profite de son influence pour s'adresser directement aux gouvernants étrangers, comme Winston Churchill.
    Ivre de pouvoir et d'alcool, il se tue accidentellement avant d'avoir eu le temps de déclarer la guerre aux « angliches » et aux « ruskoffs ».

    Adaptée au cinéma par Elia Kazan, Un homme dans la foule est une satire féroce, angoissante, du populisme et de l'influence des médias de masse. Écrit en écho au maccarthysme de l'époque, l'irrésistible ascension de l'incontrôlable et outrancier Lonesome Rhodes ne peut que résonner aujourd'hui.

  • Cette nouvelle biographie de Sally Bedell Smith explore en profondeur la vie privée et la vie publique de la Reine qui aura marqué la seconde moitié du XXème siècle.
    L'auteur, journaliste à Vanity Fair et spécialiste de la monarchie britannique, a eu un accès inédit aux correspondances de la Reine et à ses proches collaborateurs. Elle s'est entretenue avec plus de 250 personnes parmi les amis de la Reine, dont beaucoup ne s'étaient encore jamais exprimés, ainsi que d'anciens chefs d'état, des premières dames des conseillers du Palais et des ambassadeurs. Ils lui ont révélé de nombreux détails et anecdotes permettant de dresser un portrait clair, précis et incisif de la souveraine qui a dû apprendre à concilier sa vie d'épouse, de mère et de grand-mère (et même d'arrière-grand-mère) et son rôle à la tête d'un empire ayant subi une véritable transformation sociale tout au long de son règne.
    Elle montre avec pertinence comment l'obligation d'être toujours neutre pour incarner une force immuable et rassurante a influencé toute la vie d'Elizabeth II, la forçant notamment à dissimuler un sens de l'humour assez développé et visible uniquement par ses proches, dont certains font à l'auteur des révélations amusantes. Nous comprenons mieux à la lecture le statut d'icône de la Reine, que Churchill résumait ainsi : « Si nous subissons une défaite, le Parlement renverse le gouvernement. Si nous remportons une victoire, la foule acclame la Reine. »

  • J'ai vu Hitler

    Dorothy Thompson

    En 1931, Dorothy Thompson, alors directrice du New York Post à Berlin, rencontre Hitler à Munich pour une interview, qu'elle cherchait à obtenir depuis huit ans. Ce dernier est alors devenu une figure incontournable de la vie politique allemande, réunissant 37% de voix au second tour des élections présidentielles. Cependant, Dorothy Thompson, qui s'attendait à rencontrer « le futur dictateur de l'Allemagne », est presque déçue : elle est face à un homme « insignifiant » et « hystérique », dont elle dresse un portrait acerbe et sans concession, émettant de sérieux doutes sur la possibilité qu'il arrive un jour réellement au pouvoir. Cet article lui vaudra d'être la première correspondante étrangère expulsée d'Allemagne par le parti nazi en 1934.
    /> Dorothy Thompson a beau ne pas avoir su prendre la mesure de la menace que représentait Hitler, elle en dresse un portrait extrêmement ironique, tout en soulignant de manière très lucide les aspects de sa personnalité et de sa rhétorique qui font qu'il soulève les foules et touche les Allemands les plus déclassés et les plus en perte de repères.
    Ce texte, qui fut ensuite publié sous forme de livre, trouve une certaine résonnance aujourd'hui. Ainsi, elle propose à son lectorat américain, pour comprendre l'attrait de Hitler auprès du peuple allemand, d'imaginer quelqu'un aux États-Unis : « capable d'unifier tous les fermiers, les cols blancs au chômage, les gens au salaire annuel inférieur à 3000 $ qui viennent de perdre toutes leurs économies à cause de l'effondrement des banques et du marché et qui doivent rembourser les traites de leur frigidaire et de leur radio, les prédicateurs évangéliques, la légion américaine, le D.A.R., le Ku Klux Klan (...) » « Imaginez cela », conclut-elle, « et vous aurez une idée de ce que Hitler représente en Allemagne ».

  • Siyu Cao, c'est d'abord un regard. Un regard bridé certes, mais surtout le regard affuté et souriant d'une talentueuse dessinatrice. En quelques traits de crayon, elle croque des scènes de la vie quotidienne, en Chine comme en France, pour en souligner les différences mais aussi la proximité. Elle nous interroge sur nos préjugés et les représentations que l'on se fait de l'autre, les déconstruit en les accompagnant d'anecdotes personnelles. Par ses petites bandes dessinées humoristiques et émouvantes, dont les vignettes sont aussi concises que des caractères chinois, Siyu Cao nous dévoile les dessous, les travers et les fantaisies de nos cultures. De l'art de la table à celui de la grève, des relations familiales aux traditions, des sentiments à l'amitié, c'est toute la vie qui défile !

  • Grazyna est une intellectuelle journaliste de formation et traductrice. Elle est mariée à Wojciech grand reporter à la Gazeta. C'est un homme simple, passionné, autant stimulé par la paix que par les balles. Au total 53 voyages dans les zones à risques du monde.
    Ils ont une cinquantaine d'années, deux enfants, rêvent de voyages en Inde, au Tibet et partagent un amour fusionnel. Mais voilà Grazyna ne supporte plus la séparation d'avec son mari et les menaces qu'il encourt, elle subit un véritable stress post-traumatique, au point d'être internée pour dépression.
    À travers les yeux de Grazyna, on découvre la vie d'un grand reporter de guerre comme elle n'a jamais été racontée. La Tchétchénie, L'Afghanistan...les périples d'un Ulysse racontés par Pénélope.
    C'est un récit d'une puissance singulière et d'une humanité bouleversante.

  • Le mouvement "chap" ( littéralement "le gars") est un mouvement anarcho-dandy créé en 2000 en Grande Bretagne et qui prône une révolution par le tweed.
    Il défend la joie de vivre, l'humour, l'élégance, les bonnes manières pour conjurer l'esprit de sérieux et l'horreur économique de notre monde actuel.
    À la fois surréaliste et situationniste, descendant des Monty Python et des Max Brothers, les Chaps publient chaque trimestre un magazine et disposent d'un Manifeste qui est un traité de la vie extravagante. Les Chaps ont pour maître à penser Oscar Wilde, Georges Orwell, David Niven, Ils défendent les valeurs qui ont sculpté l'identité et l'insularité de la Grande Bretagne : la poésie, le tweed, les longues moustaches, le chapeau melon, le Martini dry, le monocle, la canne à pommeau, la lenteur.
    Rétifs au salariat et à la dictature financière, ils sont les défenseurs d'une révolution ironique. Chaque année en juillet se déroulent les Olympiades chap de l'extravagance au coeur de Londres, qui réunissent plusieurs milliers de personnes. Au programme : concours du meilleur martini-dry, lancer de sandwiches au concombre, joute de parapluies, concours de claques, pipeathlon, etc.
    Le manifeste chap est donc un éloge de l'oisiveté, de la lecture, du voyage, de l'alcoolisme. À n'en pas douter, le mouvement Chap va faire fureur en France.
    To be or not to be a chap that is the question.

  • À quoi ressemblera le monde en 2030 ?
    Plusieurs grandes tendances apparaissent : la population mondiale atteindra 8,4 milliards d'habitants, l'urbanisation sera croissante, surtout en Afrique, les classes moyennes se développeront. L'éducation et la santé entraîneront une émancipation des individus. Mais ils auront aussi accès à des technologies plus meurtrières et dévastatrices . La dispersion de la puissance entre les nations sera plus marquée. Le pouvoir sur lequel les États-Unis n'exerceront plus leur hégémonie glissera grâce aux technologies de la communication vers les réseaux. La demande en nourriture, eau, énergie augmentera entre 35 et 50 % et de nombreux pays seront confrontés à des pénuries. Enfin, nous vivrons une époque cisaillée par les crises économiques et les conflits.

  • Le 13 avril 1933, dans les derniers mois de la République de Weimar, le procureur munichois Josef Hartinger apprend que quatre hommes - Rudolf Benario, Ernst Goldmann, Arthur Kahn et Edwin Kahn - ont été abattus au cours d'une tentative d'évasion au camp de concentration de Dachau, récemment érigé au nord de Munich. Dès son arrivée sur place et sa rencontre avec le commandant SS Wäckerle, le jeune procureur suspecte une exécution. Un rapport de force s'instaure immédiatement entre les deux hommes. Le combat est forcément inégal : Adolf Hitler est chancelier, Heinrich Himmler, préfet de police. Hartinger n'a d'autres ressources que son intelligence, son courage, et une procédure judicaire vieille de soixante-dix ans, datant de l'ère Bismarck, connue sous le nom de Strafprozessordnung ou « code de procédure pénale ». Il épuisera les trois.
    Après plusieurs mois d'enquête, il finit par réunir des preuves accablantes contre l'administration SS. Mais alors qu'il est sur le point de soumettre son dossier, son supérieur prend peur et refuse de signer, préférant en référer à la chancellerie, qui étouffe l'affaire.
    S'appuyant sur le procès-verbal d'enquête et le témoignage écrit de Hartinger, Timothy W. Ryback reconstitue avec minutie ce thriller juridique glaçant et livre un document édifiant sur les prémices de l'Holocauste.

    « Les premières victimes de Hitler est un ajout significatif à la littérature de l'Holocauste. L'auteur a fait des recherches incroyables et l'accumulation de détails nouveaux donne l'impression au lecteur d'observer la genèse du nazisme au microscope. Ryback donne vie à une histoire si douloureuse qu'il est parfois difficile de poursuivre la lecture - mais pas question de lâcher le livre, car c'est l'Histoire dans toute sa brutalité que nous avons entre les mains ! »  Robert Littell.   

  • Vous vous intéressez à l'oenologie mais détestez les « snobinards du vin » ? Vous souhaitez impressionner vos invités alors que vous êtes complétement fauché et/ou radin ? Vous ne savez pas comment gérer votre gueule de bois ? Vous désirez perdre du poids mais sans diminuer votre consommation d'alcool ? Vous voulez briller en société et rabaisser vos amis un peu prétentieux ? Ce livre est pour vous !

    Avec ces textes et chroniques écrits dans les années 1970 et 1980, Kingsley Amis distille avec un humour très britannique son savoir passionné et subjectif (car « en matière d'alcool, la subjectivé est primordiale ») sur l'art de la boisson. Il donne des recettes de cocktails qu'il a soit inventés (dont le Lucky Jim, tiré de son best-seller éponyme) soit améliorés, des considérations érudites et drôlissimes sur les alcools du monde, des conseils sur les outils indispensables à avoir dans son mini bar, des recommandations sur les plats à associer à différents vins (ou à d'autres alcools, car il ne comprend pas la suprématie du vin dans les dîners mondains). Il propose même en fin d'ouvrage un quizz, demandant par exemple au lecteur de nommer trois types de vin italiens, de dater approximativement l'invention de la vodka ou de citer une liqueur contenant du naartjie, une sorte de mandarine asiatique.
    D'un ton toujours pince-sans-rire, Amis nous permet de nous instruire sans en avoir l'air. Everyday Drinking est un livre résolument « Chap », qui se lit avec plaisir et fera le bonheur de tous les bons vivants, amateurs d'alcools (même de vin) et de bons mots.     

  • Robert Proctor brosse un portrait terrifiant des industriels du tabac qui conspirent pour nier les cancers provoqués par leur produit, tout en ralliant à leur cause des légions de scientifiques et de politiciens. Il relate des histoires inédites de fraude et de tromperie, mais il expose aussi les arguments les plus solides jamais présentés en faveur d'une solution simple mais ambitieuse : l'interdiction de fabriquer et de vendre des cigarettes.

  • Mémoires d'Outre-France

    Gavin Bowd

    Comment faire vivre un amour franco-britannique ? Comment résister à la fin d'une civilisation ? Voilà deux questions, inextricablement liées, qui taraudent l'esprit d'un Écossais fatalement épris de la France, pays dit des Lumières universalistes.
    Dès son adolescence d'une difficulté exaltante dans les années 80, sur fond de deuxième Guerre froide et de Dame de Fer, l'auteur se débat avec ses démons staliniens et une fascination croissante pour un pays : celui du rêve et du romantisme (et de l'amour et du sexe). Dans ce récit de voyage intime, littéraire et politique, entre Royaume désuni et France déchirée, en passant par un bloc soviétique en pleine décomposition, on croise des épisodes et des personnages « symptomatiques » : individus dits « ordinaires », hommes et femmes politiques, intellectuels d'envergure, dont Michel Houellebecq, qui, en tant que muse, collaborateur et objet d'étude et de traduction, l'accompagnera sur ce chemin de calvaire.
    De Fêtes de l'Humanité en tours des ruines post-communistes en atrocités islamistes, ce Candide écossais se heurte aux bouleversements de son réel. Rien n'arrêtera plus sa promenade vers la porte de Brandebourg. La Haçienda, boîte de nuit célébrissime d'inspiration situationniste à Manchester, se voit convertie en appartements de luxe. Le siège à la Place Colonel Fabien accueille des défilés de Prada. À Bobigny, la cité Karl Marx tombe sous des bulldozers frappés du slogan « Avenir, déconstruction ». Entre-temps, ces deux pays conservent leurs petits côtés d'utopie : les jeunes Français se ruent vers la Tamise ; les vieux Britanniques se jettent sur le Bergerac. Et le seul Albert Camus que nous méritons, c'est à dire Houellebecq, sous l'emprise d'une fée verte, évoque une guerre civile pour éliminer l'islam de France. Ce qui commence à se dessiner. En outre, son pays joue avec le Brexit et la fin de sa propre existence Dans ces Mémoires d'Outre-France, notre auteur, un Chateaubriand bolchevique et britannique, nous semble nostalgique. De sa jeunesse perdue ? Du communisme ? De deux pays au bord de la disparition ? 

  • Des grands textes de civilisation (Le Caire, Buchenwald) à ceux sur la crise économique et la société américaine en passant par des discours plus méconnus, insolites, voire surprenants (sur la cyber-criminalité ou la musique country).

    Préfaces de Roger Cohen, éditorialiste au New-York Times (prix Pulitzer), d'Adrien Jaulmes, grand reporter au Figaro (prix Albert-Londres) et de Corine Lesnes, correspondante du Monde à la Maison-Blanche.

  • pour la première fois sont publiés dans un même volume les carnets du congo et du goût des voyages de joseph conrad qui constituent d'un côté la véritable matrice de cour des ténèbres et, de l'autre, la dernière réflexion d'un écrivain sur ses choix de vie.
    cette nouvelle traduction de textes, en partie inédits en français, et l'originalité de cette présentation permettent de comprendre le cheminement créatif de l'oeuvre de conrad et d'en saisir l'unité autour de la géographie. se dessine alors l'itinéraire d'un enfant amoureux des cartes, passionné par les récits des navigateurs, qui, à son tour, deviendra capitaine au long cours puis écrivain : ultime métamorphose d'un homme dont la seule terre promise fut la littérature.
    car la vie de conrad fut une succession de renoncements - à son pays natal, la pologne, à un destin d'explorateur, à une carrière de marin et même à ses amours - pour se construire un territoire exclusif, celui de l'écriture, qu'il arpenta jusqu'aux limites extrêmes du possible, de ses propres forces et de son propre entendement. " j'irai là! " répétait-il en désignant à la fois l'afrique mais aussi le coeur des ténèbres de la condition humaine.
    voici donc, réunis dans un même livre, l'acte de naissance et le testament ironique d'un aventurier, d'un marin et d'un écrivain.

  • Merveilles d'Angkor. Cette civilisation de pierres, enfouie par la forêt, sous les banians et les fromagers. Mais quelle était la vie des habitants d'Angkor au moment de son apogée, quand elle était un phare de la civilisation asiatique ?

    Un marchand chinois Tchéou Ta Kouan, lors d'une de ses pérégrinations, s'y est rendu et a décrit précisément les moeurs de ses habitants, les processions autour des temples, le rite de la royauté, les bains dans les vastes bassins, l'art de la céramique... C'est le seul document écrit qui permette aux Occidentaux de comprendre la vie quotidienne des habitants d'Angkor à l'époque classique. Découvert et traduit par Paul Pelliot, membre de l École française de l'Extrême-Orient, sinologue et explorateur, ce texte majeur n'a jamais été publié en poche dans une édition grand public, et il est connu seulement des spécialistes. Il est préfacé par François Bizot ...ethnologue, auteur du saisissant Portail, livre dans lequel il racontait sa capture par les khmers rouges et sa détention dans un camp. Aujourd'hui les temples d'Angkor attirent chaque année des millions de touristes, et sont l'équivalent pour l'Asie du Sud-Est des pyramides d'Égypte.

  • Le 10 juin 2014, l'État islamique de l'Irak et du Levant (l'EILL), dirigé par le sunnite Abu Bakr al Baghdaoui, prend la capitale nord de l'Irak, Mossoul. 1300 insurgés défont 350000 soldats de l'armée irakienne. C'est l'une des plus grandes débâcles militaires de tous les temps. Une date cruciale qui marque la fin d'un processus de libération commencé avec la mort de Saddam Hussein en 2003.
    Cet événement est un véritable choc pour l'Occident qui n'a rien vu venir :
    La plupart des observateurs avaient dû quitter la région et la « guerre contre la terreur » s'était focalisée essentiellement sur Al Qaeda, trop longtemps considérée comme une organisation unique et structurée et non comme la « base » d'où ont émergé une pluralité de groupes armés. Résultat : l'Etat islamique de l'Irak et du Levant contrôle maintenant le nord et l'ouest de l'Irak et le nord et l'est de la Syrie. Soit un état de la taille de l'Angleterre ou du Michigan.
    Patrick Cockburn, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient retrace la montée en puissance de ce Djihad similaire à l'avènement du fascisme dans les années 1930. Il montre que ce mouvement, à ses origines peu important et affaibli par l'intervention américaine en 2001, s'est nourri de la politique de l'Occident. Au lendemain du 11 septembre notamment, les alliances avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan n'ont jamais été remises en causes alors que ces deux pays sont aujourd'hui les principaux bailleurs de fonds du Djihad.
    Parallèlement, la vente d'armes aux rebelles syriens aujourd'hui dominés par des combattants sunnites - qui ont peu à peu relégué au second plan les autres mouvements de résistance à Bachar el Assad - ont contribué à renforcer le mouvement.
    Loin de tout manichéisme, fort de son expérience sur le terrain, Cockburn nous livre une analyse extrêmement fine de la situation au Moyen Orient. Démontrant une à une les idées reçues véhiculées notamment par la presse internationale, il expose de manière claire la superposition de différents niveaux de conflits dans cette région. C'est désormais le principal Enjeu stratégique pour les grandes puissances et une terre de rivalités historiques entre différents courants religieux, notamment chiites et sunnites.
    Il explique aussi comment ces conflits, parallèlement à la montée du wahhabisme dans la communauté sunnite affectent les 1, 6 milliards de musulmans dans le monde, un quart de la population du globe. Un bouleversement qui redistribue toutes les cartes entre Orient et Occident.

  • Le lièvre de la Fontaine après une sévère dépression décide de prendre sa revanche sur la tortue.
    Un homme devient la risée d'Internet pour avoir rendu au fabricant le robot sexuel tombé amoureux de lui.
    Un petit garçon gagne 100 000 $ grâce à un paquet de céréales et met en péril l'équilibre familial.
    Merveilleux conteur, B.J. Novak démontre avec éclat combien l'ordinaire peut devenir extraordinaire : les situations, les objets, les rêves. Il passe les obsessions de l'époque au tamis de l'imaginaire et de l'humour pour n'en conserver que la folle essence.
    Il décrit aussi au scalpel les pensées étranges qui traversent ses personnages, qu'ils soient critique gastronomique, adepte des rencontres en ligne ou fan de Kate Moss. Il y a du La Bruyère dans ce Woody Allen pop !
    Voici soixante-deux histoires qui nous emportent en un tour de main. Des pépites de drôlerie, d'intelligence et d'émotion.

empty