Entreprise, économie & droit

  • Brillant programmeur à la vision politique acérée, pour les pionniers du web, Aaron Swartz est un génie, pour les progressistes un sauveur, pour les autorités américaines, l'homme à broyer. Internet, miroir aux alouettes dans lequel l'humanité se noiera, doit rester un outil de contrôle des populations. Il faut arrêter Aaron.
    Pris en tenaille sur Lee Street, il tombe de vélo, se retrouve couché sur le capot, mains dans le dos, ferré comme un criminel. Le gouvernement dégaine l'arme nucléaire : trente-cinq ans de prison, un million d'amende, l'interdiction de toucher à un ordinateur à vie. Aaron refuse toute négociation, veut un procès, laver son honneur et exposer l'injustice. Il est retrouvé pendu dans sa chambre à Brooklyn, à quelques semaines de l'ouverture de son procès, le 11 janvier 2013.

  • Procureure de la République de Seine Saint-Denis, Fabienne Klein-Donati nous ouvre les portes d'ordinaire cloisonnées du plus grand parquet de France après celui de Paris.
    Parce qu'ils dirigent l'enquête judiciaire, au nom de la société, les procureurs sont confrontés chaque jour dans le 93 à une masse de faits et d'affaires sans équivalent sur le territoire.
    Tous les sujets sont prioritaires : la lutte contre les stupéfiants, les marchands de sommeil, la violence ordinaire, les mineurs, les agressions sexuelles. Les magistrats du parquet interviennent en urgentistes sur un ressort trop longtemps laissé à l'abandon.
    Ce livre est une plongée au coeur de leur métier et un témoignage saisissant sur les phénomènes criminels dont ils se saisissent.

  • Dernier grand représentant des flics de la " vieille école ", Marcel Guillaume fut le policier le plus célèbre de l'entre-deux guerres.
    Il inspira à Georges Simenon le personnage du commissaire Maigret. Inédites sous forme de livre, les Grandes enquêtes du commissaire Guillaume constituent des mémoires passionnants. En fin psychologue, dans un style haletant, il raconte sa traque de la bande à Bonnot, les crimes passionnels et crapuleux de son temps, sonde l'âme mystérieuse de Landru -le seul meurtrier qui parvint à lui faire baisser les yeux-, confesse Violette Nozières et l'assassin fou du Président Doumer, dévoile les secrets de l'affaire Stavisky.
    Le commissaire Marcel Guillaume n'hésite pas à faire part de ses états d'âme, doutes et convictions. Il invite le lecteur à participer à ses enquêtes et apporte un soin particulier à décrire l'ambiance des interrogatoires dans son bureau du 326, quai des Orfèvres. Une atmosphère digne des meilleurs Maigret !

  • Robert Proctor brosse un portrait terrifiant des industriels du tabac qui conspirent pour nier les cancers provoqués par leur produit, tout en ralliant à leur cause des légions de scientifiques et de politiciens. Il relate des histoires inédites de fraude et de tromperie, mais il expose aussi les arguments les plus solides jamais présentés en faveur d'une solution simple mais ambitieuse : l'interdiction de fabriquer et de vendre des cigarettes.

  • Nous connaissons tous cette photo qui a fait le tour du monde : le 13 septembre 1980, à Paris, rue Pergolèse, dans le XVIe arrondissement, trois policiers, armes à la main, arrêtent Nathalie Ménigon et Jean Marc Rouillan. Parmi ces policiers, Jean Pierre Pochon. Agé d'une trentaine d'années, il dirige alors la cellule des RG qui a infiltré Action directe, organisationd'extrême gauche qui s'attaque aux symbole de l'état et du capitalisme.. «Il existe en France, écrivait alors le Nouvel Observateur, une superbrigade antiterroriste. Jusqu'au 13 septembre C'était un secret... ». En Mai 1981, François Mitterrand amnistie l'ensemble des membres d'Action Directe. Le 13 mars 1982, Gabriel Chahine est tué chez lui, dans le vingtième arrondissement de deux décharges de fusil . Qui est Gabriel Chahine ? Officiellement, un peintre et un réalisateur de films d'origine égyptienne et de nationalité libanaise. En réalité, l'informateur de la police sur les activités d'Action Directe. Chahine a été donné par la police à Action Directe qui l'a liquidé. C'est en mémoire de cet homme que Jean-Pierre Pochon qui se présente comme son « accompagnateur et ami » a écrit le récit de la traque et de l'arrestation d'Action Directe. Ce livre ne ressemble en rien à des mémoires de flics. C'est un roman policier par son rythme, sa précision, ses courses-poursuites, la qualité de ses atmosphères. Mais aussi par ses qualités narratives. C'est le roman d'une époque : les années 80. Face à face des terroristes et des flics. Ils ont le même âge, ne se haïssent pas, essaient de se comprendre. Au tout début, la Police ne sait rien sur Action directe. Grâce au personnage de Gabriel Chahine, sorte de héros de la nuit sorti d'un roman de Romain Gary, la police va découvrir cette étrangenébuleuse extrémiste. Il y dans ce livre des moments d'anthologie comme cette opération dans une villa en Normandie ou des prétendus représentants de Carlos, en réalité des policiers, rencontrent Action directe représentée par une jeune fille sage, lisant un roman de Stendhal, Joëlle Aubron. Ce livre est un document d'époque passionnant, un récit sur l'ambiguïté, la manipulation, un témoignage fascinant sur les méthodes de renseignement et d'action des terroristes ; Jean-Pierre Pochon a gravi tous les échelons de la police nationale. Il a été directeur de la police nationale. Il est désormais libéré de son devoir de réserve et c'est pourquoi il peut s'exprimer aussi librement.

empty