Sciences sociales / Société

  • " on s'est toujours émerveillé devant ces enfants qui ont su triompher d'épreuves immenses et se faire une vie d'homme, malgré tout.
    Le malheur n'est jamais pur, pas plus que le bonheur.
    Un mot permet d'organiser notre manière de comprendre le mystère de ceux qui s'en sont sortis. c'est celui de résilience, qui désigne la capacité à réussir, à vivre, à se développer en dépit de l'adversité.
    En comprenant cela, nous changerons notre regard sur le malheur et, malgré la souffrance, nous chercherons la merveille. " b. c.

  • "Pourquoi une femme qui a vécu des difficultés avec sa belle-mère ne peut-elle entamer avec sa bru une relation dénuée de conflits ? Pourquoi deux femmes, instruites par l'expérience commune de la maternité et se prévalant de l'amour qu'elles ressentent, ne peuvent-elles faire preuve, sinon de solidarité ou de complicité, du moins d'une certaine tolérance ? Pourquoi une mère qui, toute sa vie, a dispensé affection et amour à son fils ne peut-elle supporter la femme qui aime son fils et qu'il a choisi d'aimer ? Pourquoi une femme qui apprécie, investit et aime un homme supporte-t-elle mal la mère avec laquelle cet homme a fabriqué sa perception de l'amour ? Pourquoi de telles dissensions depuis toujours et où que ce soit dans le monde ? Et qu'en est-il des belles-mères et de leurs gendres ? Et des beaux-pères et de leurs gendres et de leurs brus ? Et puis, que dire des brus et des belles-mères qui s'entendent ? Sans compter que ces personnages, avec leurs humeurs, leurs tocades, leurs comportements parfois déroutants, partagent, parfois, sinon le plus souvent, la condition de grands-parents.
    Quelle est leur place ? Quel est leur rôle auprès de leurs petits-enfants ? Que doit-il être?" - Aldo Naouri.

  • - Comment les émotions se vivent-elles et sont-elles régulées dans un couple ? Dans les relations entre parents et enfants ? Entre frères et soeurs ? Ou encore quand la famille éclate ou se recompose ? Comment l'attachement évolue-t-il quand les enfants grandissent et s'engagent, à leur tour, dans une vie de couple ? Que deviennent les liens d'attachement et les émotions qui les accompagnent, quand les parents vieillissent et deviennent grands-parents ?
    - Et si, à l'opposé de cet espace figé que l'on a longtemps décrit, la famille était ce lieu complexe où chacun de nous apprend que ce sont les émotions qui nous lient les uns aux autres pour le meilleur, parfois pour le pire, mais toujours pour la vie ?
    - Une perspective originale et éclairante pour mieux comprendre comment les émotions se vivent, se partagent et se régulent dans un espace familial de plus en plus mouvant.

  • Quelle part les parents ont-ils dans le développement de leur enfant? Dans quelle mesure sont-ils responsables de la personne qu'il devient ? De l'histoire qui le suivra tout au long de sa vie ? De l'avenir qu'il fera sien ? Aujourd'hui, les parents ne sont plus ceux qui détiennent pouvoir et autorité ; ils sont devenus ceux à qui on demande des comptes, sur tout et surtout sur leurs enfants. Au terme de plus de trente ans de responsabilisation forte, voire de culpabilisation excessive, les parents ont-ils vraiment à jouer seuls ce rôle, à assumer cette fonction écrasante ? Que sait-on de ce qu'ils transmettent et ne transmettent pas ? Des traces conscientes et inconscientes qu'ils laissent à leurs enfants ? Et peut-on, enfin, redéfinir, de manière plus précise, plus modérée, plus juste aussi, leur mission essentielle ?

  • Alcool et drogues à l'adolescence : quels sont les risques de les consommer ? ce qui compte dans la consommation abusive, ce n'est pas tant le produit que le fait que ce comportement témoigne de difficultés affectives, relationnelles et/ou sociales, qui risquent de conduire l'adolescent à la dépendance.
    Pourquoi et comment un jeune est-il amené à expérimenter des pratiques illicites ? quand faut-il s'inquiéter ? quel rôle les parents doivent-ils avoir ? banaliser ou dramatiser ? comment prévenir ? comment traiter ? solidement étayé, ce livre propose des éléments de réponse pour repérer et comprendre les comportements d'abus et d'addiction. il s'adresse aussi bien aux parents qu'aux enseignants, aux professionnels de la santé et, de façon plus générale, à tous ceux qui sont concernés par les problèmes de l'adolescence.
    Un livre utile pour agir et mettre en place les bonnes stratégies de prévention et de soin.

  • A 2 ans, d'ordinaire, un enfant assemble deux mots.
    A 4 ans, il sait parler. Certains, pourtant, restent silencieux. Et lorsqu'ils s'aventurent à parler, leur usage de la langue est un peu étrange. C'est ainsi que Rachid n'ouvre la bouche que pour dicter des noms d'objets, mais ne peut exprimer ce qu'il veut. Kim, elle, nomme ce qu'on lui montre, mais communique surtout par gestes. Ni l'un ni l'autre ne sont autistes ou aphasiques. Reste qu'ils n'ont pas trouvé comment accéder au langage.
    C'est ce chemin que Laurent Danon-Boileau s'efforce de découvrir avec eux au cours de rencontres hebdomadaires, grâce à sa pratique de psychanalyste d'enfants et à ses connaissances de linguiste. Et c'est ce travail, patient et ténu, qu'il raconte ici.

  • La société occidentale, longtemps et ouvertement marquée par le masculin, n'est-elle pas en train de se féminiser ? n'assistons-nous pas à un véritable retour du féminin refoulé par les trois grandes religions monothéistes ? s'agit-il d'une revanche de la femme dans une civilisation qui a magnifié le rôle de l'homme et l'a condamnée à un rôle subalterne ? masculin et féminin sont-ils condamnés à s'opposer ? ne peut-on plutôt imaginer une union harmonieuse des contraires, celle que les mystères des cultes antiques ritualisaient dans les expériences de transe et que nous pouvons peut-être espérer réaliser grâce à la pratique de la danse ? en conjuguant les apports de la mythologie, de l'art et de la psychanalyse, france schott-billmann essaie ici de répondre à ces interrogations et d'éclairer les mystères.

  • Et si l'on tentait une psychanalyse de la France ? Car si l'on entend dire partout que les Français sont pessimistes, gros consommateurs de psychotropes et paralysés par le manque de confiance en soi, jusqu'à aujourd'hui, peu ont tenté d'expliquer une telle situation.
    Jean-Claude Liaudet, avec le regard du psychanalyste, tente ici de comprendre de manière renouvelée cet actuel "malaise dans la civilisation". Un défi auquel il se confronte dans un livre nourri d'histoire, de culture et de politique pour mieux explorer l'inconscient des Français. Où l'on apprend que l'exécution de Louis XVI nous a peut-être laissés dans une infantile nostalgie du père tout-puissant ; que la perte de l'idéal républicain plonge le "sujet France" dans une position dépressive ; que son rapport au conflit balance entre le repli dans la peur et l'explosion aveugle.
    L'auteur voit finalement dans le "mal français" si décrié une bonne névrose : nos façons d'"aller mal" ne sont selon lui que des stratégies inconscientes, utiles pour résister à la paranoïa des seigneurs héritée des temps féodaux, comme à la perversion des acteurs de l'économie libérale d'aujourd'hui.

  • Comment répondre au désir d'apprendre des enfants et des adolescents qui, souffrant d'un lourd handicap ou d'une grave maladie, ne peuvent être accueillis à l'école ? Une solution existe, à condition que l'école vienne à eux, qu'elle aille les " chercher dans la souffrance, le découragement parfois, et malgré la fatigue, malgré la maladie, les conduise où ils voudraient aller, vers une culture, un savoir, des diplômes [...]. C'est ce "malgré" qui est important; il éclaire leur scolarité d'un jour nouveau. Il change les élèves, devenus plus mûrs, plus attentifs, plus décidés à vaincre ; il change les professeurs, tenus d'adapter leur pédagogie à chacun d'eux. Qui dira que ce n'est pas là, de la part des maîtres et des élèves, un bel exemple d'espérance, d'effort et de solidarité ? " (France Quéré.). À partir de nombreux témoignages sont abordés tous les aspects pratiques, les contraintes pédagogiques, les difficultés, mais aussi les émouvantes réussites d'un tel enseignement, pratiqué par Votre école chez vous, de sorte qu'il puisse inspirer d'autres expériences à " enseigner malgré ".

  • Oui, les femmes ne sont pas des hommes comme les autres ! Pourtant aujourd'hui encore, pour réussir, elles sont contraintes de se comporter selon des modèles masculins. C'est pourquoi tant d'entre elles craquent et souffrent.Se réaliser pour une femme est possible ! Mais ce n'est pas facile...Comment s'épanouir dans sa vie privée, familiale et professionnelle ? Comment tout mener de front, assumer ses choix, ses ambitions, sans souffrance ni culpabilité ?Est-ce aux seules femmes de réagit ? Ou à la société de leur donner toute leur place ?Fatma Bouvet de la Maisonneuve nous propose de nouvelles réponses dans ce livre plein de sensibilité et d'énergie, pour que chaque femme puisse être tout à la fois féminine, active et épanouie.

  • ?Qui n'a jamais ressenti une gêne devant un SDF allongé sur le trottoir ? Pourtant, chaque jour ce sont des histoires de vie et de survie qui se jouent dans la rue. Qui sont ceux qui en arrivent là ? Quels sont leurs parcours?? Quels sont les facteurs de risque qui peuvent conduire à l'exclusion ? Comment soigner la souffrance psychique dans de telles situations ? Alain Mercuel, médecin, psychiatre engagé sur le terrain auprès des SDF, nous amène à la rencontre de ces "habitants de nulle part", près de ceux que l'on ne veut pas voir. Un témoignage salutaire pour changer le regard, comprendre les enjeux du soin psychique dans la rue et repenser un lien que l'on peut tisser, même avec les plus cassés, les plus exclus, les plus fragilisés par leurs troubles. Alain Mercuel est psychiatre, chef de service à l'hôpital Sainte-Anne, à Paris. Il dirige une unité d'accès aux soins psychiatriques pour les plus exclus : le SMES (santé mentale et exclusion sociale).

  • Découvrez Tout à fait femme, le livre de Barbara Polla. Comment faire pour exister en tant que femme, ici et aujourd'hui ? Barbara Poila, dans Tout à fait femme, ouvre des portes, suggère des pistes, souvent à rebours du sens commun et invite les femmes à exister hors des chemins battus. A exister par elles-mêmes, et non par les autres. Ni appartenir ni posséder. Résister à la tentation de la protection. Barbara Poila invite encore les femmes à s'engager pour l'autonomie, la créativité, la liberté. Et tant mieux s'il faut payer le loyer ! Oui, la conquête par les femmes d'espaces jusqu'alors strictement masculins a bel et bien eu lieu - grâce aux hommes aussi, d'ailleurs. Pourtant, après des progrès remarquables, nous sommes arrivés à une période de stagnation, voire de régression. Pourquoi ? Et comment faire pour progresser à nouveau ?

empty