Langue française

  • Et si l'extrême intelligence créait une sensibilité exacerbée ? et si elle pouvait aussi fragiliser et parfois faire souffrir ?.
    être surdoué est une richesse. mais c'est aussi une différence qui peut susciter un sentiment de décalage, une impression de ne jamais être vraiment à sa place. comment savoir si on est surdoué ? comment alors mieux réussir sa vie ? comment aller au bout de ses ressources ?. ce livre permet de mieux comprendre et de réapprivoiser sa personnalité. pour se sentir mieux avec soi et avec les autres, pour se réaliser enfin

  • « Rêver est une chance, un don offert par la nature ; se souvenir de ses rêves une bénédiction !
    J'ai pris l'habitude de considérer le rêve comme un guide, et d'exposer au plus grand nombre la façon de s'approprier les conseils surgis des ténèbres. Ces rêves ont constitué la matière première de ce livre. On trouvera ici leur description précise, mais aussi les fragments de vie que charrient toujours les rêves.
    On y lira comment on remonte, et toujours avec l'aide du rêveur, du récit aux pensées, et de ces pensées aux conseils pratiques qui permettent au rêve de s'accomplir dans la vie.
    On ne trouvera ici ni dictionnaire des symboles ni de sens univoque de je ne sais quel rêve "typique", mais une méthode et un aiguisement de l'esprit au travail du rêve. Chaque lecteur en sortira plus familier avec les rêves, plus curieux des siens et plus ouvert à la multitude de possibles que nous propose l'existence. » T. N.
    Psychologue hors norme et conteur de génie, Tobie Nathan nous donne ici une méthode rigoureuse pour accéder à nos rêves et des pistes pour les interpréter..
    Tobie Nathan est professeur de psychologie à l'université Paris-VIII. Il est le représentant le plus connu de l'ethnopsychiatrie en France. Il a notamment publié L'influence qui guérit, Psychanalyse païenne, Psychothérapies et Philtre d'amour, qui ont été de très grands succès

  • « Aujourd'hui, sur la planète, 7 milliards d'êtres humains entrent plusieurs fois par jour en relation avec un Dieu qui les aide.
    Ils sont mus par le désir d'offrir à Dieu et aux autres humains leur temps, leurs biens, leur travail et parfois leur corps pour éprouver le bonheur de donner du bonheur.

    Méditer, trouver son chemin de vie personnel, éprouver la joie de se sentir vivant parmi ceux qu'on aime - la spiritualité élargit la fraternité à tous les croyants du monde.

    La psychothérapie de Dieu nous aide à affronter les souffrances de l'existence et à mieux profiter du simple bonheur d'être.

    Il y a certainement une explication psychologique à cette grâce.

    Ce livre est le résultat de cette quête. » B. C.

    Un merveilleux texte, lumineux, tendre et original sur le rôle majeur que joue l'attachement dans le sentiment religieux.

    Un immense sujet, un très grand livre.

  • Tout le monde, une fois dans sa vie, a vécu une rupture amoureuse. Décrite par certains comme un véritable tsunami émotionnel, elle fait partie des événements les plus difficiles à traverser. La souffrance qu'elle induit tout comme son impact sur la santé sont pourtant encore très souvent sous-estimés. S'appuyant sur ces différents constats, Lisa Letessier se propose justement de vous accompagner dans cette période difficile, en vous aidant à faire votre deuil, mais aussi à vous défaire de certains schémas d'attachement négatifs. Grâce à ce livre, vous allez comprendre pourquoi une rupture amoureuse peut faire autant souffrir. Vous allez apprendre à agir grâce à une méthode originale spécifiquement conçue pour vous aider. Au terme des 12 semaines d'exercices que vous aurez pratiqués chez vous, vous pourrez, enfin, recommencer à vivre?!

  • " on s'est toujours émerveillé devant ces enfants qui ont su triompher d'épreuves immenses et se faire une vie d'homme, malgré tout.
    Le malheur n'est jamais pur, pas plus que le bonheur.
    Un mot permet d'organiser notre manière de comprendre le mystère de ceux qui s'en sont sortis. c'est celui de résilience, qui désigne la capacité à réussir, à vivre, à se développer en dépit de l'adversité.
    En comprenant cela, nous changerons notre regard sur le malheur et, malgré la souffrance, nous chercherons la merveille. " b. c.

  • Contradictions, errements, lubies, impasses, sadisations : la psychiatrie, en France et dans le monde, a une histoire qui peut faire peur quand on l'examine de près, car, comme toute discipline médicale, elle a eu du mal à naître.

    Au nom de quoi, par exemple, pendant la Grande Guerre, les Poilus recevaient-ils des décharges électriques pour retourner au front ? Comment les psychiatres allemands ont-ils justifié les expériences qu'ils menaient sur les fous pendant le nazisme ? Comment a-t-on pu penser un jour que la malaria pouvait guérir de la psychose ?

    Entourés par une dizaine d'experts - des psychiatres principalement mais aussi un hépatologue, un ethnologue et un épistémologue -, Boris Cyrulnik et Patrick Lemoine débattent sur le passé de cette discipline qui a peiné à exister, mais surtout proposent de se concentrer sur la seule question qui vaille pour demain : quelle confiance accorder à la psychiatrie ? Quels garde-fous mettre en place ? Et que serait une société sans psychiatrie ?

    Avec Philippe Brenot, Patrick Clervoy, Philippe Courtet, Saïda Douki Dedieu, Serge Erlinger, André Giordan, Jacques Hochmann, Hager Karray, Pierre Lamothe, François Lupu.

  • Maria Callas, « la divine », fut une petite fille dépérissant de carences affectives dans un dépôt d'enfants immigrés de New York. Barbara, meurtrie par un viol paternel et persécutée pendant la guerre, a su chanter sa vie. Georges Brassens, mauvais garçon, dut à son professeur de troisième la découverte de la poésie qui donna une autre issue à sa révolte. Ces cas de résilience sont célèbres. Mais Boris Cyrulnik décrit ici ce que pourrait être chacun d'entre nous. Il nous montre comment ce processus se met en place dès la petite enfance, avec le tricotage des liens affectifs puis l'expression des émotions.

  • Après Le Secret des femmes, Elisa Brune poursuit son enquête sur la sexualité féminine.
    Dans ce livre en forme de reportage, on entendra des voix très variées : des savants de tout poil, des thérapeutes, des éducateurs et une galerie de personnages qui racontent leur expérience personnelle (des sex-toys à la domination-soumission, en passant par le tantrisme, les gigolos, l'échangisme ou les amours plurielles). En quoi ces différentes approches contribuent-elles à l'épanouissement sexuel des femmes ? Ce livre, qui multiplie les points de vue sur la sexualité, vous invite à découvrir qu'une révolution sexuelle est en marche.
    Pour celles et ceux qui le veulent, le plaisir sexuel est une composante majeure de l'équilibre personnel. Cet art est accessible à chacune et à chacun.

  • « Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir.

    Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là. » B. C.

    C'est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l'émotion du survivant se conjugue au talent de l'écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l'évocation intime d'une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l'appel de la vie.

    Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d'entre nous.

    Boris Cyrulnik est neuropsychiatre et directeur d'enseignement à l'université de Toulon. Il est l'auteur d'immenses succès, notamment Un merveilleux malheur, Les Vilains Petits Canards, Parler d'amour au bord du gouffre, De chair et d'âme et Autobiographie d'un épouvantail.

  • Pourquoi et comment tombons-nous amoureux ? A quoi rêvent les foetus ? À qui appartient l'enfant ? La violence est-elle nécessaire ? Pourquoi dit-on des personnes âgées qu'elles retombent en enfance ? À quoi servent les rituels ? Voilà quelques-unes des questions abordées par Boris Cyrulnik dans ce livre qui examine, depuis le stade foetal jusqu'à la vieillesse, les pathologies affectives à l'origine des maux les plus flagrants de nos sociétés : violence, racisme, délinquance, agressions sexuelles, etc.

  • « À cause de la guerre, du fracas de mon enfance, j'ai été, très jeune, atteint par la rage de comprendre. J'ai cru que la psychiatrie, science de l'âme, pouvait expliquer la folie du nazisme.

    J'ai pensé que le diable était un ange devenu fou et qu'il fallait le soigner pour ramener la paix. Cette idée enfantine m'a engagé dans un voyage de cinquante ans, passionnant, logique et insensé à la fois.
    Ce livre en est le journal de bord.

    Pour maîtriser ce monde et ne pas y mourir, il fallait comprendre ; c'était ma seule liberté. La nécessité de rendre cohérent ce chaos affectif, social et intellectuel m'a rendu complètement psychiatre dès mon enfance.

    Cinquante ans d'aventure psychiatrique m'ont donné des moments de bonheur, quelques épreuves difficiles, le sentiment d'avoir été utile et le bilan de quelques méprises. Mon goût pour cette spécialité est un aveu autobiographique.

    L'histoire de ces cinquante années raconte aussi comment j'ai traversé la naissance de la psychiatrie moderne, depuis la criminelle lobotomie, l'humiliante paille dans les hôpitaux, Lacan le précieux, la noble psychanalyse malgré ses dérives dogmatiques, l'utile pharmacologie devenue abusive quand elle a prétendu expliquer tout le psychisme, et l'apaisement que m'a apporté la théorie de l'attachement, dont la résilience, mon chapitre préféré, étudie une nouvelle manière de comprendre et de soulager les souffrances psychiques.

    Ce long chemin m'a conduit à tenter d'expliquer, de soulager et parfois de guérir les souffrances psychiques. Il m'a donné le plaisir de comprendre et le bonheur de soigner les âmes blessées. » B. C.

  • Nous aimerions rester toujours sereins...
    Mais la vie nous bouscule, nos démons intérieurs se réveillent : alors, nous nous angoissons, nous nous désespérons, nous nous éparpillons. Nous souffrons.
    Au travers de 25 histoires et de leurs enseignements, ce livre vous propose d'avancer, à votre rythme et à votre manière, sur le chemin de l'équilibre et de la sérénité.
    « Il y a des jours comme ça où ton âme est sereine : tu te sens doucement bien. Tout est clair et calme en toi. Rien, absolument rien ne te manque. Tout ce dont tu as besoin est là... » Une leçon de sagesse au plus près du quotidien !

  • Comment oser ? oser faire, oser dire, oser être, tout simplement ? tout cela dépend de la confiance que nous avons en nous-même.
    Avec elle, tout est possible. sans elle, tout est souffrance et doute. mais comment se sentir sûr de soi ? que faire pour ne plus chercher sans cesse l'approbation des autres ? comment prendre conscience de sa valeur ? peut-on apprendre à être moins exigeant avec soi-même ? comment se sentir capable de réussir ce qu'on entreprend ? le manque de confiance en soi n'est pas une fatalité. même quand on en souffre depuis l'enfance.
    Dans ce livre, frédéric fanget s'appuie sur ses années de pratique de la psychothérapie, auprès de personnes souffrant de manque de confiance en soi, et sur les travaux scientifiques existant dans ce domaine. il vous propose une véritable thérapie de la confiance en soi, au travers de trois clés que chacun de vous peut mettre en oeuvre, afin de mieux s'aimer, de se débarrasser de ses doutes grâce à l'action, et d'apprendre à mieux vivre avec les autres.

  • "Chacun d'entre nous rêve, et probablement de quatre à cinq fois par nuit. Mais un rêve qui s'évanouit est comme un fruit qu'on n'a pas cueilli. Un rêve qui n'est pas interprété est comme une lettre qui n'a pas été lue.Toi qui rêves, mon frère, ne raconte pas ton rêve à un inconnu; ne laisse pas quelqu'un dont tu ignores les intentions énoncer des vérités sur toi à partir de ton rêve. Car le rêve se réalisera à partir de la parole de l'interprète.J'ai voulu écrire ce livre comme un guide d'interprétation des rêves, pour aider chacun d'entre nous dans les moments difficiles qu'il nous arrive de traverser.Ce livre est constitué de ma propre expérience de thérapeute, au cours de laquelle il m'est souvent arrivé, comme à la plupart de mes collègues, d'interpréter des rêves. Formé à la psychanalyse, j'ai toujours été convaincu que le rêve appelait par nature une interprétation. Rêver, c'est toujours et partout recevoir une interprétation!J'ai également cherché, dans ce livre, à croiser les données les plus récentes des disciplines les plus variées comme la neurophysiologie du rêve, la psychophysiologie, l'anthropologie sur le traitement traditionnel du rêve dans différentes cultures, la psychanalyse, mais aussi la mythologie" T.N.Une toute nouvelle interprétation des rêves.

  • Que cherche un patient qui vient voir un thérapeute ? Il s'épanche, il se plaint, il dit vouloir changer.
    Mais comment faire ? C'est la question que se pose tout thérapeute, et aussi chacun de nous, dès qu'il est confronté à une grande douleur, à une perte, dès qu'il en a assez. Comment faire ? Gémir, ruminer, récriminer ? Chercher une écoute, une consolation pour mieux patauger dans nos " problèmes " ? Non, répond François Roustang. Il faut au contraire en finir avec la plainte, sortir de notre moi chéri, que nous cultivons à coups de jérémiades.
    À cette condition, nous pourrons vraiment refondre notre existence pour nous ouvrir enfin au monde et aux autres.

  • " c'est par centaines que je les ai vues se succéder devant moi.
    De tous âges, de toutes origines, de toutes humeurs. elles ont ri, elles ont pleuré, elles se sont parfois tues et elles ont souvent parlé. je n'en ai jamais rencontré qui n'eût avec son enfant, en toutes circonstances et à tous les âges de la vie, de relation passionnelle.
    C'est par l'observation de leurs exploits sans nombre que j'en ai appris le plus sur elles comme sur moi-même. c'est par le recueil de leur parole que j'ai réussi à m'interroger sur les points communs de leurs comportements.
    Ce sont elles qui, se confiant, m'ont amené à me pencher sur le fond de leur condition. " (a. n. ) mais l'amour maternel a aussi son envers : le pouvoir que, par-delà les années, les mères gardent sur leurs filles, influant ainsi sur leur vie tout entière. c'est ce monde des relations mères-filles qu'aldo naouri a choisi d'explorer, livrant ainsi, pas à pas, ses réflexions et ses expériences de praticien.

  • L'anxieux qui vous harcèle de questions inquiètes, le paranoïaque qui prend la moindre de vos remarques comme une offense, l'obsessionnel qui s'absorbe dans les détails au détriment de l'essentiel, le narcissique qui tire toujours la couverture à lui, le dépressif qui vous accable de son inertie, le " type A " pour qui rien ne va jamais assez vite, tous peuvent perturber votre vie quotidienne, au travail, à la maison, en famille...
    Psychiatres et psychologues s'intéressent de plus en plus à ces personnalités difficiles qui non seulement causent beaucoup de soucis à leur entourage, mais aussi se nuisent à elles-mêmes.
    François Lelord et Christophe André se proposent ici, grâce à des conseils tirés de leur expérience de thérapeutes, de vous aider à mieux les comprendre et à mieux les gérer. Et, par là, de vous aider à mieux vous comprendre et à mieux vous gérer vous-même, tant il est vrai que ce ne sont pas toujours les autres qui sont difficiles...

  • " On peut découvrir en soi, et autour de soi, les moyens qui permettent de revenir à la vie et d'aller de l'avant tout en gardant la mémoire de sa blessure. Les chemins de vie se situent sur une crête étroite, entre toutes les formes de vulnérabilité. Etre invulnérable voudrait dire impossible à blesser. La seule protection consiste à éviter les chocs qui détruisent autant qu'à éviter de trop s'en protéger. Chaque âge possède sa force et sa faiblesse et les moments non blessés de l'existence s'expliquent par notre capacité à maîtriser, voire à surmonter, ce qui, en nous, relève, dans un constant remaniement, du biologique, de l'affectif et de l'environnement social et culturel. Le bonheur n'est jamais pur. Pourquoi faut-il que, si souvent, une bouffée de bonheur provoque l'angoisse de le perdre ? Sans souffrance, pourrait-on aimer ? Sans angoisse et sans perte affective, aurait-on besoin de sécurité ? Le monde serait fade et nous n'aurions peut-être pas le goût d'y vivre. " Ce livre fonde une nouvelle biologie de l'attachement. Il explique pourquoi, pour chacun d'entre nous, la vie est une conquête permanente, jamais fixée d'avance. Ni nos gènes ni notre milieu d'origine ne nous interdisent d'évoluer. Tout reste possible. Un message d'espoir, plein de tendresse et d'humanité.

  • Nous avons parfois du mal à nous sentir heureux.
    Oú chercher alors le bonheur ? et surtout, peut-on apprendre à être heureux ?
    Ce livre très concret vous permet de faire le point sur vos aptitudes au bonheur, et vous offre toutes les clés pour bâtir peu à peu une vie plus heureuse. faites-vous confiance : vous pouvez être heureux !.

  • "J'avais six mois quand ma mère s'est rendu compte que je me raidissais dès qu'elle me prenait dans ses bras.
    Quelques semaines plus tard, alors qu'elle me câlinait, je la griffai, comme un animal pris au piège, pour échapper à son emprise. " Le diagnostic tombe comme un couperet: Temple est autiste. Pourtant, des années plus tard, se jouant du verdict des experts, elle entreprenait des études supérieures et menait à bien une carrière internationale comme conceptrice d'équipements agro-alimentaires.
    Si les mots de Temple Grandin nous touchent, c'est parce qu'ils nous montrent l'autisme de l'intérieur, dans ses manifestations les plus intimes; si son témoignage nous étonne, c'est parce qu'il proclame que cet autre monde mental n'est pas si éloigné du nôtre.

  • « Qu'est-ce qui guérit, qu'est-ce qui fait changer ? C'est la nature, disaient les anciens, c'est la force de la vie. Alors la seule question est : comment piéger la vie, comment la faire venir ? » François Roustang pousse plus loin sa description des conditions du changement. Face au mal-être, il propose un cheminement paradoxal : dans le voisinage de nos souffrances extrêmes et que nous croyons intimes, laisser surgir, malgré nos peurs, d'autres ressources en nous, faire confiance à l'expérience du sentir, qu'on vit notamment dans l'hypnose, pour passer de la souffrance à un art de vivre. Voici donc comment, enfin, « laisser la vie multiforme nous conduire ».


  • La biologie des peurs et des phobies. Il y a du nouveau du côté des phobies : comme quelqu'un qui souffrirait d'une allergie, on sait aujourd'hui que la personne phobique est victime d'un dérèglement biologique de son système d'alerte. Ce mécanisme de défense, destiné au départ à la protéger, se déclenche alors trop tôt, trop fort, trop vite et trop longtemps. Son cerveau émotionnel lance sans arrêt de fausses alarmes, que son cerveau rationnel est impuissant à « éteindre » en situation. Cet ouvrage nous explique de façon très vivante et accessible les données les plus récentes de la recherche sur les mécanismes des phobies.
    Comment ne plus être victime de ses phobies ? On n'est pas coupable d'être phobique, mais on est responsable de ce que l'on va faire de cette vulnérabilité : s'y soumettre et se résigner au handicap, ou la surmonter. Christophe André le thérapeute nous donne ici les clés pour vaincre nos peurs.

  • La mort fait peur.
    Elle suscite l'incompréhension, provoque des réactions de fuite, des attitudes de rejet. Comment accompagner ceux qui s'en vont? Comment limiter l'isolement de ceux qui restent? Comment atténuer les complications psychologiques liées au deuil ? Comment rendre à la mort sa juste place ? Marie-Frédérique Bacqué montre en quoi l'apprivoisement de la mort passe, pour chacun d'entre nous, par le rétablissement de la dimension symbolique et sociale de la perte et du deuil.
    La question devient alors celle-ci ; comment une société ayant atteint un certain niveau de développement peut-elle, à l'aube du XXIe siècle, se représenter la mort pour la rendre tolérable ? Faut-il inventer de nouveaux rites, de nouveaux gestes, de nouveaux symboles ? Et si oui, lesquels ?.

empty