Littérature générale

  • La silhouette des montagnes, les dunes, les cristaux de glace : la nature regorge de motifs organisés. Beaucoup sont le résultat d'interactions entre les nombreux composants du système dans lequel ils prennent forme. On parle alors d'auto-organisation, présente aussi dans le vivant. Qu'en est-il de la parole ? Aux côtés de la sélection naturelle, l'auto-organisation ne joue-t-elle pas aussi un rôle essentiel pour expliquer ses structures, son émergence ?

    C'est l'hypothèse qu'explore cet ouvrage, qui fait se rejoindre les acquis de la linguistique, les apports de la biologie et les éclaircissements fournis par la modélisation informatique et robotique.

    Quand les sciences informatiques permettent d'éclairer d'un jour nouveau la nature et l'évolution du langage.

  • Et si la vie, toute vie, n'était qu'un conte, qu'une pièce où nous jouerions un rôleoe Et si, pour de grands rôles comme pour de petits, nous n'étions que des acteurs ? Et si le théâtre, le cinéma, les grands comédiens comme les metteurs en scène pouvaient, par leur art, par leur exemple, nous aider à mieux vivre ? De Raimu à Piccoli, de Bunuel à Bergman et Fellini, du Mahâbhârata au nô, de Shakespeare à Pirandello, voici les nouvelles méditations de Jean-Claude Carrière. Après le succès de Fragilité, un petit bijou pour nous aider à voir un peu plus clair en nous-mêmes, à mieux choisir nos rôles peut-être, bref à mieux jouer notre vie.

  • - Qui était Michel de Montaigne ? L'auteur des Essais affiche son intention de dépeindre un moi universel dans son « humaine condition », autrement dit un moi dissocié des vicissitudes de l'histoire.
    - À rebours du mythe auquel Montaigne a le premier largement contribué, cette biographie politique s'interroge sur l'historicité des Essais et leur inscription dans les pratiques politiques et sociales de la fin de la Renaissance. Conseiller au Parlement de Bordeaux, puis maire et gouverneur, négociateur et ami proche du futur Henri IV, Montaigne a exercé des charges publiques significatives.
    - Ce livre éclaire les contradictions entre les différentes éditions des Essais (de 1572 à 1592), qui correspondent à des moments différents de la vie de Montaigne et à des stratégies politiques différentes. De son amitié avec La Boétie, non dépourvue de calculs, à l'exercice de son mandat de maire, pendant lequel il s'est vu accusé de corruption, en passant par ses manoeuvres d'approche du roi, il montre ainsi un autre Montaigne que celui qui nous est familier, détaché et stoïque : un Montaigne qui ne séparait pas sa vie privée de sa vie publique, engagé dans les tumultes de son époque, dont les prises de parole et les silences obéissaient à des raisons tactiques.

  • - Qu'est-ce que le développement ? Qu'est-ce qui permet la modernité, le progrès, la croissance ?
    - Depuis Adam Smith et Karl Marx, jusqu'à Max Weber et Fernand Braudel, on n'a cessé de s'interroger sur les causes de la « richesse des nations » ou de leur pauvreté. La plupart des penseurs ont privilégié les explications matérielles : capital, travail, ressources naturelles, climat. Et si les mentalités et les comportements constituaient le principal facteur du développement - ou du sous-développement ?
    - Pour évaluer la fécondité de cette hypothèse, Alain Peyrefitte propose de revisiter l'histoire de la chrétienté occidentale, du XVe au XVIIIe siècle. Il montre en particulier que le développement en Europe trouve sa source dans ce qu'il appelle un « éthos de confiance » - disposition d'esprit qui a bousculé des tabous traditionnels et favorisé l'innovation, la mobilité, la compétition, l'initiative rationnelle et responsable.

  • La question de la rivalité des femmes entre elles au travail est un sujet qui a été peu étudié. Est-ce parce qu'il est tabou ou parce que cette « misogynie féminine » permet surtout aux hommes de maintenir leur position privilégiée, au-dessus du « plafond de verre » ?

empty