Quae

  • La biodiversité joue de nombreux rôles, à la fois source et produit du bon fonctionnement des écosystèmes dont dépendent les services écosystémiques. Dans un contexte de pressions toujours croissantes sur les milieux naturels, les études sur les valeurs de la biodiversité et les services écosystémiques aident à mieux comprendre les interactions entre nature et sociétés, à anticiper les bouleversements à venir et à concevoir des mesures de gestion appropriées.

    Cet ouvrage découle d'un séminaire qui a mobilisé plus de 40 scientifiques issus d'une grande diversité de disciplines : écologie, philosophie, géographie, droit, économie, génétique, anthropologie, sciences politiques. Il a fidèlement conservé la libre expression de perspectives parfois divergentes afin de restituer la dimension dynamique et vivante des processus d'avancée des connaissances.

    Trois thèmes y sont abordés : la question des valeurs de la nature en général, les relations entre biodiversité et bien-être humain à travers les services écosystémiques, et enfin les différentes formes d'opérationnalisation de ce concept.

    Nous espérons qu'à sa mesure, il participera à alimenter le nécessaire débat de société sur notre rapport à la nature.

  • La disparition des abeilles reste encore inexpliquée sur bien des aspects. L'originalité de cet ouvrage est d'établir le lien entre paysages et bonne santé des abeilles. Il montre notamment que les modifications paysagères impactent les traits d'histoire de vie de l'abeille (alimentation, état de santé de la colonie, comportement). Il aborde la disponibilité des ressources en pollen et en nectar pour les abeilles en fonction des paysages, du type de zones géographiques, de la végétation et des pratiques agricoles et apicoles.lI sera utile à tous ceux qui veulent comprendre les causes du déclin des abeilles.

  • Porté par les industries agroalimentaires, le système alimentaire dominant actuellement n'est pas durable. Les études et les expertises se multiplient pour en montrer les limites en termes d'usage des ressources, de distanciation, de santé, d'équité, d'emploi etc... Face à ces constats, des acteurs publics ou privés se mobilisent et l'on voit émerger des initiatives où les "gouvernements urbains" apparaissent comme de plus en plus actifs et puissants.

    Ecrit par un collectif de chercheurs, cet ouvrage décrit les cadres conceptuels existants pour une démarche d'analyse des politiques alimentaires urbaines, au croisement des concepts de système alimentaire et de ville durable. Il constitue une base de travail pour identifier des questions de recherche, en relation avec les initiatives des gouvernements locaux urbains, au Nord et au Sud. Il est issu des travaux menés au sein d'Agropolis International dans le cadre du programme Surfood (Sustainable urban food systems) ainsi que d'une recherche-action menée en appui à Montpellier Méditerranée Métropole pour la construction de sa politique agroécologique et alimentaire.

    Les auteurs s'adressent aux scientifiques et aux experts qui analysent et accompagnent les politiques alimentaires urbaines. Les experts de politiques locales dans leur globalité trouveront également un intérêt à la lecture de l'ouvrage.

  • A l'heure de la mondialisation, de la mobilité et de la diffusion, la mise en relation d'espaces géographiques de natures différentes devient de plus en plus fréquente.
    Elle s'opère par le biais d'interfaces, objets géographiques nouveaux, dont le rôle est d'assurer principalement l'échange et la régulation des flux entre des systèmes distincts et contigus alors mis en contact. Ces interfaces sont, en avant-garde, le siège des crises, des tensions, voire des ruptures entre les éléments, avec d'un côté les hommes et leurs biens (vulnérabilité), et de l'autre la forêt, l'eau, le climat, les événements naturels (incendie, inondations, tempêtes), la maladie...
    Face à ce constat, la société doit être capable de s'adapter, d'anticiper plutôt que subir les événements qui l'entourent. C'est la raison pour laquelle une meilleure connaissance de leur fonctionnement s'impose.

  • La prise en compte de l'hétérogénéité intra-parcellaire dans la conduite des cultures est désormais possible grâce au développement technologique, permettant ainsi de mieux concilier performance agronomique et respect de l'environnement. Cet ouvrage collectif rapporte des travaux à l'Inra dans ce domaine : méthodes de mesure automatisées des propriétés des sols (géophysique, cartographie pédologique) et des cultures (télédétection, vision, capteurs de rendement), outils mathématiques décrivant les structures spatiales, intégration de ces informations dans des modèles agronomiques pour le diagnostic et l'aide à la décision, notamment vis-à-vis de la fertilisation azotée.

  • Dans un contexte où la décentralisation est devenue un enjeu majeur des politiques nationales et européennes, le développement régional multiplie ses domaines d'applications : territoires, pôles d'excellence rurale, réseaux d'acteurs et innovation, gestion durable des espaces naturels, produits de qualité, etc.
    Cette diversité a été analysée et valorisée en lien étroit avec les acteurs des territoires ruraux, par le programme transversal PSDR ("Pour et sur le développement régional") que l'Inra a conduit depuis 1994 dans cinq régions françaises. Ce livre présente la synthèse des recherches réalisées, les résultats obtenus et l'analyse des liens ou tensions entre les dynamiques territoriales et d'autres leviers de développement. Au-delà des chercheurs français et étrangers, ce livre s'adresse aux acteurs privés et publics des territoires, des collectivités territoriales et du développement rural.

  • La fourniture d'eau potable est une problématique locale "par nature". Elle s'est construite en France sur un très dense maillage territorial à base communale. Plusieurs milliers de services publics font de nous les héritiers d'un vaste effort d'équipement et d'organisation engagé au XIXe siècle.

    Mais ces services doivent désormais relever un nouveau défi : non plus celui de la généralisation de la desserte à domicile, mais celui, multidimensionnel, de la "sécurité en eau" - accès à une ressource suffisante et de qualité, capacité à la protéger ainsi qu'à maintenir durablement un patrimoine technique en bon état de fonctionnement et un prix de l'eau abordable.

    Ce défi a conduit de nombreux acteurs à promouvoir et mettre en oeuvre une rationalisation des territoires de l'eau potable. Ce processus de longue haleine, ancré dans les histoires hydro-politiques locales, a été porté par des coalitions d'acteurs (services de l'État, des départements...) à même d'activer toute une panoplie d'instruments d'action publique et de donner naissance à de nouveaux "arrangements territoriaux". Cette histoire arrive aujourd'hui à un tournant. Les récentes réformes territoriales vont en effet accélérer cette recomposition autour des pôles urbains et de grandes intercommunalités. Elles devront trouver les moyens de consolider la sécurité en eau tout en conjuguant rationalisation et proximité.

    Issu d'une recherche pluridisciplinaire, cet ouvrage apporte un éclairage original sur cette rationalisation : ses promesses, ses acteurs, ses réalisations et ses limites. Il s'adresse aussi bien aux acteurs du monde de l'eau, professionnels, universitaires, étudiants ou associations, qu'aux spécialistes de l'action publique territoriale.

  • Le double mouvement de globalisation et de localisation des phénomènes sociodémographiques a donné une acuité inédite à la question des échelles en sciences humaines et sociales, renouvelant les questions d'articulation entre les niveaux micro et macro.

    Dans le même temps, le décloisonnement des pratiques scientifiques n'a cessé d'encourager les chercheurs à revoir et à partager leurs échelles d'observation et d'analyse. Changer d'échelle, qu'elle soit spatiale, temporelle ou catégorielle, c'est adopter une autre optique sur un même objet de recherche mais cela ne se fait pas sans risques.

    Encore trop souvent reléguée à une dimension technique, il s'agit pourtant d'une question des plus fécondes pour sans cesse réinterroger collectivement les dynamiques des sociétés contemporaines.

    Les auteurs de cet ouvrage - géographes, sociologues, anthropologues, démographes - relèvent ces défis épistémologiques et méthodologiques à partir de leurs pratiques de recherche sur des terrains aussi variés que l'Afrique de l'Ouest et du Nord, le Moyen-Orient, l'Asie du Sud-Est, la Mélanésie ou encore l'Europe.

  • Face à un monde et à un climat de plus en plus changeants et incertains, savoir s'adapter pour durer est devenu une nécessité pour les éleveurs d'herbivores. Quelles sont les principales sources de flexibilité leur permettant de réagir et d'anticiper ? Comment transforment-ils leurs exploitations ? Pour répondre à ces deux questions, les auteurs étudient les exploitations d'élevage « en mouvement » plutôt qu'en « régime de croisière », c'est-à-dire des exploitations qui intègrent dans leur fonctionnement l'occurrence d'aléas et qui doivent désormais évoluer dans un environnement émettant des signaux de plus en plus complexes à interpréter. Ainsi plaident-ils pour le renouvellement des modalités d'évaluation des exploitations, et de nouvelles méthodes d'analyse et de conception de conduites d'élevage innovantes.

  • Cet ouvrage montre combien l'élevage joue un rôle central dans la vie des paysans du Sud. Mais la richesse des éleveurs ne se réduit pas à la quantité d'animaux dont ils disposent. Les éleveurs sont amenés à arbitrer entre plusieurs objectifs d'utilisation du troupeau : alimentation de la famille, revenus monétaires, projets d'équipement, transmission du patrimoine, participation à la vie de la communauté. Et ils ont recours à de nombreuses organisations sociales pour atteindre ces objectifs et gérer les incertitudes. Pour être efficaces, les politiques d'appui à l'élevage doivent tenir compte de cette complexité stratégique et organisationnelle. S'appuyant sur une approche pluridisciplinaire du concept de pauvreté, l'ouvrage réfute les analyses du « niveau de pauvreté » en termes exclusivement monétaires. Mobilisant des outils et théories issus de la zootechnie, de l'économie, de la géographie et de la sociologie, il présente un large éventail d'observations de terrain réalisées en Afrique, au Maghreb, en Amérique du Sud et en Inde. Ces regards croisés permettent in fine de définir la pauvreté en élevage comme l'incapacité des éleveurs à réaliser leurs projets.

  • La Convention européenne du paysage définit le paysage comme " une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l'action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ".
    Cette définition marque bien les contours d'un concept mobilisateur sur la question du cadre de vie et de son évolution. Ainsi, le paysage est à maints égards une construction politique, culturelle et économique des rapports qu'entretiennent les sociétés humaines à l'espace. Qu'est-ce qui fonde l'organisation sociale de l'espace ? Quels sont les mécanismes à l'origine de son évolution ? Qu'est-ce qui rassemble les individus, malgré la divergence de leurs intérêts ? Existe-t-il un système de valeurs qui les guide vers une meilleure occupation de l'espace tant rural qu'urbain ? Selon quels critères ? L'approche économique du paysage s'est développée ces dernières années pour répondre à ces questions et à bien d'autres.
    Cet ouvrage collectif, qui réunit les résultats récents de la recherche, présente différents développements de l'analyse économique en relation avec les problématiques du paysage. Il s'adresse aussi bien aux chercheurs, enseignants et étudiants qu'aux acteurs de l'aménagement et de la gestion des paysages.

  • Comment la recherche agronomique peut-elle aider à formuler des problèmes de décision ? Comment concevoir des modèles qui intègrent une représentation du processus de décision, développer des outils en anticipant leurs usages et les changements qu'ils induiront ? Comment articuler une démarche d'intervention avec la production de connaissances scientifiques ? Comment analyser et rendre compte des apprentissages dans des situations d'action collective ? Cet ouvrage illustre à quel point tout processus de décision relève d'une activité de conception. Des études de cas liées aux pratiques agricoles et à la gestion de ressources illustrent le propos. Cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui souhaitent approfondir leur réflexion sur les démarches de conception, enrichir leurs méthodes pour construire des outils utilisables et éclairer leurs modes d'implication dans l'action collective.

  • L'ouvrage est dédié à la situation des pêches côtières bretonnes au début des années 2000.Il aborde la question de la régulation de l'accès aux ressources halieutiques. Il examine l'exploitation des principaux stocks et les caractéristiques de la flotte de pêche. Les performances économiques des navires sont analysées, et l'impact de l'augmentation du coût du carburant au début de la décennie est mis en évidence. La pêche de loisir est traitée à travers les résultats d'un sondage national permettant de dégager les caractéristiques des plaisanciers pratiquant cette activité en Bretagne.

  • La « transférabilité » des connaissances scientifiques devient une question de société lorsque la science est appelée à participer à des décisions stratégiques. C'est le cas pour les problèmes environnementaux, mais plus largement dans toutes les situations où la décision dépend, au moins partiellement, de l'interprétation d'une connaissance scientifique. À travers les contributions d'anthropologues, ergonomes, agronomes, écologues, géographes, archéologues, mathématiciens et épistémologues, cet ouvrage pointe les difficultés inhérentes au « transfert » des connaissances entre disciplines scientifiques et entre scientifiques et autres acteurs sociaux.Un ouvrage destiné aux chercheurs, enseignants et étudiants s'intéressant aux rapports étroits entre science et action, mais aussi aux décideurs collaborant avec des scientifiques.

  • À partir de résultats de différents programmes de recherche sur les sites et sols contaminés par des métaux, cet ouvrage analyse le devenir de ces contaminants dans les sols agricoles, les effets et les risques relatifs aux plantes cultivées ou poussant spontanément en zone péri-industrielle, les effets sur les organismes et notamment sur la mésofaune des sols. Enfin, la question de l'adaptation de végétaux aux milieux fortement chargés en métaux est abordée au travers de quelques travaux visant à la maîtrise du choix d'espèces qui peuvent recouvrir les surfaces polluées et réduire ainsi les risques de transfert.

  • En posant la question des « nouvelles ruralités », cet ouvrage étudie les dynamiques de tous ordres qui jouent sur les rapports entre villes et campagnes. Il présente tout d'abord un état des lieux des espaces ruraux et leurs tendances d'évolution. Puis il propose quatre scénarios de devenirs possibles des ruralités à l'horizon 2030 qui conduisent à une réflexion sur l'agriculture. En conclusion, cette prospective met en évidence que la diversité rurale perdurera tout en se modifiant, et qu'il s'agira d'être attentif à cette « géodiversité » des territoires, selon la formule d'Armand Frémont, et de l'intégrer dans les enjeux de recherche. Cet ouvrage intéressera aussi bien les acteurs de l'agriculture et de la recherche agronomique que ceux de l'aménagement du territoire, des collectivités territoriales, ainsi que les étudiants, les enseignants et chercheurs dans ces domaines.

  • Ce guide méthodologique, réalisé pour le compte du ministère chargé de l'Écologie a pour objectif d'améliorer la qualité des études hydrologiques, d'assurer une certaine homogénéité dans le mode de détermination des crues de référence à l'échelle du territoire national, et d'exploiter au mieux les informations hydrologiques disponibles sur les événements passés. Il dresse un inventaire des différentes méthodes probabilistes de prédétermination des crues avec une série d'exemples d'application et une partie bibliographique. Il est destiné aux services de l'État chargés de l'instruction des PPR, et aux bureaux d'études et étudiants concernés par le risque inondation.

  • Cet ouvrage rassemble les travaux menés principalement en Europe pour comprendre le fonctionnement des politiques de protection et de gestion du paysage dans des cas concrets et diversifiés. Il aborde successivement les enjeux de l'action paysagère, les relations entre paysage et espace public dans le contexte urbain, les conceptions mobilisées pour élaborer et mettre en oeuvre des politiques et, enfin, les modalités de participation du public. Il est destiné aux acteurs impliqués dans la mise en oeuvre des politiques du paysage, mais aussi aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs intéressés par le transfert des résultats de la recherche au bénéfice de l'action paysagère.

  • Les actions en faveur du développement des territoires ruraux et agricoles, confrontées aux profondes mutations de ces espaces, ne font aujourd'hui plus consensus. Ces changements conduisent à la mise en oeuvre de nouvelles pratiques, fondées sur de nouvelles connaissances et de nouvelles formes de coordination entre acteurs.

    Issu des travaux réalisés dans le cadre du programme PSDR 3, cet ouvrage expose tout d'abord des démarches de recherche en partenariat au service du développement des territoires, avant de présenter des méthodes et outils co-construits avec les acteurs locaux (tels que diagnostics et dispositifs de formation, démarches participatives dans le cadre de processus de planification), dans différents secteurs agricoles ou forestiers, puis au niveau territorial.

    Le livre analyse les enjeux sectoriels et territoriaux à travers des cas d'étude concrets. Quelques exemples sont révélateurs du caractère exemplaire et reproductible des démarches présentées : évaluation du potentiel d'une filière protéagineuse en Bourgogne ; démarche d'intelligence territoriale de la filière lait en Normandie ; méthode d'analyse conjointe de la politique forestière et de la planification foncière dans une zone sous influence urbaine en Gascogne ; outils de modélisation SIG en vue de l'insertion d'unités de méthanisation en Bretagne. Ces expériences, ainsi que d'autres présentées dans l'ouvrage, peuvent constituer autant de points d'appui, voire de références pour les acteurs des territoires.

    Chercheurs et praticiens trouveront dans ce livre les bases méthodologiques et des exemples d'outils tout à fait pertinents pour repenser le développement territorial.

    Les actions en faveur du développement des territoires ruraux et agricoles, confrontées aux profondes mutations de ces espaces, ne font aujourd'hui plus consensus. Ces changements conduisent à la mise en oeuvre de nouvelles pratiques, fondées sur de nouvelles connaissances et de nouvelles formes de coordination entre acteurs. Chercheurs et praticiens trouveront dans ce livre les bases méthodologiques et des exemples d'outils pertinents pour repenser le développement territorial.

  • La sociologie de l'action publique s'est considérablement développée depuis les années 1990. Les outils de l'analyse des politiques publiques ont contribué à renouveler nos regards sur la régulation des sociétés, les rapports entre gouvernants et gouvernés, le lien entre savoir et pouvoir ; ces outils peuvent être utilement mobilisés pour étudier les politiques publiques de santé. Après une présentation des grandes approches de cette discipline, cet ouvrage revient sur les récentes transformations des modes d'action publique tout en présentant des cas d'études pertinents pour réfléchir aujourd'hui à l'action publique dans le champ de la santé. En quoi une lecture par les instruments peut venir compléter les analyses par les jeux d'acteurs ? Que nous disent les approches cognitives ou organisationnelles de la construction des politiques de santé ? La littérature sur la gouvernance est-elle une bonne clé d'entrée pour analyser le gouvernement des risques sanitaires ? De même, les nouveaux débats sur l'ouverture des arènes politiques permettent-ils de mieux comprendre l'incertitude et la complexité qui marquent les contextes de l'action publique ?

    Cet ouvrage s'adresse aux étudiants inscrits dans le champ de la santé publique, aux élèves des campus de médecine, des écoles agronomiques et vétérinaires, intéressés par les questions de santé publique. Seront également concernés par les questionnements rassemblés dans ce volume l'ensemble des professionnels de la santé (gestionnaires et administrateurs de la santé publique, personnel du monde associatif, élus), les personnes en formation continue, les étudiants en formation initiale.

  • La représentation des campagnes dans l'espace public est ambivalente. L'adjectif rural qualifie-t-il un espace de production agricole, un univers bucolique, des territoires "périphériques" ? A distance de visions uniformisées ou de l'urgence médiatique, cet ouvrage met en lumière différentes facettes des dynamiques des espaces ruraux et périurbains. Ces dynamiques apparaissent complètement intégrées aux enjeux économiques et sociaux contemporains, que ce soit en termes de démographie et de modes de vie, d'activités économiques, ou bien de politiques publiques.
    Est abordée, plus particulièrement, l'importance de la fonction des bourgs, de la gestion du foncier et de son articulation aux questions environnementales, ou encore de l'architecture institutionnelle des territoires. Cette contribution collective fournit des éléments de réflexion sur les dynamiques économiques et sociales des espaces ruraux et périurbains, et s'adresse aux responsables professionnels et politiques ainsi qu'aux chargés d'étude et d'enseignement.
    Elle s'inscrit dans la poursuite des questionnements et connaissances proposés dans Politiques agricoles et territoires (éditions Quae, 2009) et Repenser l'économie rurale (éditions Quae, 2014).

empty