Arts et spectacles

  • Helge Reumann est un artiste aussi discret que précieux et qui n'a pourtant pas démérité durant les deux décennies passées : présent chez nous dans la revue Bile noire et essaimant des pages chez divers éditeurs, du Rouergue à UDA, en passant par L'Association ou le Dernier Cri, sans oublier l'incroyable Elvis Road, concocté avec son complice d'alors Xavier Robel, magnifique leporello de 9 m de long. On désespérait de ne pouvoir concrétiser une collaboration plus conséquente avec cet auteur unique, nous voilà enfin comblés avec cet imposant Black Medicine Book. à travers ses travaux les plus récents (peintures, moulages et dessins), c'est tout l'univers de Reumann qui se déploie ici, un monde plein de tension et de violence, à la fois physique quand des hordes de loubards attaquent, armés de battes cloutées ou d'armes blanches, mais aussi plus sourde - cette violence qui agit en uniformisant le monde, en le transformant en un désert géant, une Terre aride et froide, dénuée de sentiments, et livrée à la loi du plus fort. Et puis il y a cette violence mentale aussi, celle qui lave les cerveaux et annihile le libre arbitre, qui créé les fanatismes et engendre encore plus de violence... S'il y a souvent de l'humour, il y a peu d'espoir dans les images de Reumann, et les hordes de fous anonymes qui traversent ces paysages aussi colorés que désolés semblent nous souffler que si l'enfer existe, il est peuplé de démons à visage humain. Introduction de Charles Burns, préface de Christian Rosset.

  • Pages propices à la découverte des possibilités de ce médium.

  • Ici, ça n'a pas commencé par le verbe. Ici, comme souvent, ça a commencé par une rencontre. Celle d'Aurélie William Levaux et Isabelle Pralong, lors de la première édition de Pierre Feuille Ciseaux, au Saline royale d'Arc et Senans, en 2009.
    L'une privilégie le dessin sur tissu et la broderie, l'autre affectionne la peinture sur bois. (.) L'idée d'une collaboration, d'un travail «ensemble», s'impose presque comme une évidence. L'intérêt sera bien sûr de confronter deux visions, deux techniques, deux sensibilités, mais également d'aller un pas plus loin, d'échanger, de partager, de mélanger, de brouiller les pistes, jusqu'au moment où l'on n'est plus très sûr de savoir qui a fait quoi.
    Et le verbe? C'est celui de Peter Handke, plus précisément celui d'une de ses premières pièces, Prédiction. Cette oeuvre, qui fait partie de ses pièces «parlées», est composée d'une suite d'augures, de prédictions, récitées par quatre acteurs. (.) Ces prédictions, au pouvoir évocateur riche et fascinant, Aurélie William Levaux et Isabelle Pralong vont en choisir certaines et se les réapproprier, les illustrant parfois presque au pied de la lettre, mais la plupart du temps allant chercher plus loin, dans l'évocation, dans la résonnance, voire même bien au-delà, donnant ainsi une autre vie au texte de Peter Handke. En y enlevant la voix, mais en le confrontant à l'image, aux images, en provoquant cette rencontre, on se retrouve alors face à quelque chose d'autre. Quelque chose de fragile, de différent - et de précieux.
    (extrait de la préface du livre).

empty