Ecole Des Loisirs

  • " julie, je t'aime, mais tu n'apprendras rien : j'ai dû te le dire 35282 fois depuis qu'on s'est embrassés la première fois.
    Et je voudrais faire l'amour avec toi, j'ai tout le matériel. " après avoir jeté de nombreux brouillons, doriand envoie enfin une lettre à julie. les jours qui viennent seront capitaux, essentiels, vitaux. doriand se pose des dizaine de questions telles que : julie va-t-elle répondre ? julie pense-t-elle comme lui que le moment est venu ? et surtout julie l'aime-t-elle profondément, passionnément, à la folie, ou tout simplement autant qu'il l'aime ? c'est dans ce moment de réflexion particulièrement angoissant que le père de doriand choisit de devenir infréquentable.
    Un père copain, écrivain et célibataire, c'était déjà pénible mais voilà que le dit-père vient d'entamer une psychanalyse avec un certain robert et qu'il se métamorphose. doriand souhaiterait simplement oublier ces changements perturbant et se concentrer sur julie. mais voilà aussi que julie n'est plus la même.

  • camille vient d'avoir dix ans et il n'est toujours pas amoureux.
    une catastrophe. car, dans sa famille, tout le monde est amoureux et marié. camille prend donc une grande décision : dans
    une semaine, il sera amoureux et il se mariera dans la foulée. tout devrait être simple. mais voilà : que se passe-t-il quand on découvre finalement qu'on est amoureux de la même fille que son meilleur ami et que cette fille est... précisément votre meilleure amie oe

  • Sylvain s'en va par amour. L'amour est vraiment une drôle de chose, et cette drôle de chose occupe continuellement l'esprit de Sylvain. Il mange en pensant à Mahalia, il fait semblant de travailler en pensant à Mahalia, il fait la tronche en pensant à Mahalia. Pour guérir, il faudrait qu'il puisse dîner au lit et prendre des bains, avec elle, et l'embrasser, sur la bouche. Sylvain doit partir. C'est logique et c'est une bien sale affaire. Parce que, déjà, il doit tout organiser en vue de son déménagement, et aussi compter avec sa propre crise d'adolescence et ses revers de sentiments. Parce que ses parents vont faire des histoires, lui passer six cents coups de fil angoissants et collants. Parce que la famille est une drôle de chose, un peu comme l'amour. Sylvain va prendre le large, et rien ne pourra l'arrêter. Rien, sauf un Martin. Un frère fan de Skyrock, fouille-merde à ses heures, crétin immature de surcroît, trop sensible pour être léger. Une ancre humaine soudainement paralysée des jambes pour empêcher Sylvain d'utiliser les siennes. A douze ans, Sylvain va découvrir comment les histoires commencent et finissent.

  • Damien fait des choses bizarres.

    Le dernier jour de la colo, il insiste pour faire un pacte de sang avec arthur, alors qu'à priori, arthur est un ami qui ne vaut pas un clou.
    Quand on fait des choses bizarres, en général, il y a une raison.
    Cela fait juste un an que martin est mort. il était le meilleur ami de damien.
    Un an, c'est beaucoup. les parents de damien pensent que c'est suffisant pour oublier un peu, pour ne plus y penser.

    Mais ils se trompent, damien n'oublie pas du tout. pas une minute, pas une seconde.

  • Tout est prêt pour le départ : les 57 paires de chaussures de maman, la cassette de brigitte fontaine pour l'autoradio, et le passeport pour la 4e de gaspard.
    Tout est comme d'habitude : les vacances made in normandie - sa maison de famille, ses éclaircies de 32 secondes, ses cousins préférés, ses guitares sur la plage, ses karaokés au bar du casino. et puis le téléphone sonne. c'est pour annoncer la mort de tante jeanne. tante jeanne et sa piscine marron, tante jeanne qui détestait les couples et adorait les divorces, tante jeanne qui n'avait pas d'enfants.
    Gaspard est en rage. cette tante jeanne qu'on ne connaît même pas va tout flanquer par terre, avec son enterrement pendant les vacances. mais au cours du séjour improvisé dans sa maison, sans elle, il va faire connaissance avec cette vieille dame morte à 96 ans, dont le journal intime est planqué dans un tiroir du buffet. connaissance avec elle et avec beaucoup d'autres choses encore.


  • sofia est morte et florian est à terre.
    il ne parvient pas à se relever, à accepter l'absence. il ne la comprend pas et refuse de vivre avec. une seule issue : revenir sur les lieux de la tragédie, dans l'hôpital psychiatrique oú on avait enfermé sofia. là-bas, florian cherche des traces, des preuves de l'existence de son amie. il rencontre mehdi, un soignant qui s'occupe de lui. mais florian ne veut pas être aidé. mehdi tient bon, l'oblige à entrer en relation avec les autres.
    peu à peu, florian baisse les armes, et un lien invisible se tisse entre les deux garçons. et si la vie reprenait ses droits avec le chiffre deux oe.

  • C'est l'été à lisbonne.
    Comme d'habitude, tifas déchire les tickets des voyageurs sur la ligne de train qui longe le bord de mer.
    Non, pas comme d'habitude. tifas est d'une humeur noire. son ami luis, avec qui il faisait ce boulot depuis des siècles, est parti hier. pour son remplaçant, qui s'appelle miguel, ça ne va pas être de la tarte.
    Plus miguel se montre sympathique, plus il fait d'efforts pour gagner l'amitié de tifas, plus il a de raisons de le regretter.
    Tifas sait qu'il est en train de se comporter en tyran, mais il ne peut pas s'en empêcher. il ne peut pas non plus s'empêcher de mentir.
    Pas question de dire à miguel oú il habite, ni la vérité sur sa famille.
    Ni pourquoi la station praia da saude lui serre le coeur.
    Et encore moins pourquoi il s'apprête à sauter du train.

  • En lui, la vie a décidé de prendre forme un jour de décembre 1863 à Løten, en Norvège.
    À la naissance d'Edvard Munch, trois anges, la maladie, la folie et la mort, se penchent sur son berceau. Des anges noirs, fraternels, torturants, obsessionnels.
    Jamais ils ne le quitteront, après l'avoir privé des êtres chers et lui avoir laissé le chagrin comme seconde peau.
    Pour capturer ses ombres, le jeune Edvard dessine à même le sol, au dos des ordonnances de son père, sur les carreaux de la cuisine.
    Sa vie devient un défi, une chasse mélancolique pour vaincre la souffrance.
    À ses yeux, la peinture se doit d'être vivante. Elle doit s'inventer. Elle doit inventer la vie.
    Il abandonne ses études d'ingénieur, il peint.
    Il affronte l'incompréhension et la violence des critiques, il peint. Il se blesse d'amour et d'alcool.
    Il peint. Rien ne peut l'atteindre tant que son désir de créer, sa réserve de vie, est là, vibrante.
    En lui la vie des morts annonce un nouveau mouvement artistique, l'expressionnisme, et le destin effroyable du siècle



  • Son nom est cathrine, arnaud cathrine.

    ça ne fait pas garçon, comme nom.
    Pourtant, il est un garçon. il aimerait le prouver, d'une manière ou d'une autre. il essaie de boire du café, mais il déteste ça. dommage, il trouvait que ça faisait très garçon. il essaie de péter la gueule à son meilleur copain qui lui a sorti une crasse. ça marche assez bien (une incisive fêlée), mais ce n'est pas trop son genre d'être une brute. un peu plus tard, il essaie d'embrasser une fille.
    C'est une réussite totale, mais qui ne regarde pas les autres. alors les autres continuent à se moquer.
    Un jour, la prof de français note ce sujet de rédaction au tableau : " on vous donne la possibilité de changer une chose dans votre vie. racontez. " devinez ce qu'il choisit.

empty