Solitaires Intempestifs

  • Mes chers amis, nous venons au-devant de vous ce soir, parce que nous avons connu cet égarement. Comme vous nous croyions résoudre le réchauffement climatique en achetant des parasols. Ou nous consoler d'un deuil en avalant une pizza. Comme vous, nous nous sommes mépris sur la cause de nos maux ; comme vous nous avons ignoré la cause des causes.

    Et puis nous avons vu la lumière. Nous avons cessé de croire.

    Mesdames messieurs, bienvenue dans La Bonne Nouvelle.

    Façon talk-show live-tweeté, confessions intimes, conférences powerpointées, sketchs et karaoké, trois hommes et trois femmes bien nés, bons élèves, winners du capitalisme mondialisé ou supertechnocrates, racontent leur désamour d'un système auquel ils ont dédié leurs plus belles années. Qu'est-ce qui les a tant séduits dans le capitalisme ? Qu'est-ce qui les a fait changer ?

    Création en 2016, dans la mise en scène de Benoît Lambert.

  • En tout cas t'aurais détesté qu'un prof vienne te faire un sermon là-dessus. Tu l'aurais traité de bourgeois et tu te serais bouché les oreilles.
    T'aurais détesté qu'un adulte vienne t'expliquer la vie. T'aurais détesté qu'on te prenne pour un crétin marabouté par Internet.

    Stéphane est professeur d'histoire. Supposé bien connaître les jeunes, il est diversement sollicité au sujet du soupçon de radicalisation qui plane sur eux. Au cours de trois face-à-face - avec un adolescent, un journaliste et un auteur dramatique -, il tente sans succès de répondre aux attentes des uns et des autres. Piégé par ce sujet toxique, son besoin de fuir devient vital.

    Création du 06 au 18 juin 2017 au Théâtre Paris-Villette, dans une mise en scène de Valérie Grail.

  • Liberté, égalité, fraternité : notre devise n'est-elle pas la plus belle, la mieux rythmée, mais surtout la plus audacieuse, la plus moderne, celle qui montre la voie à l'humanité ?
    Missionné par la République auprès des « jeunes » pour redonner sens à la légende nationale, un homme s'exerce à faire résonner son discours. Guidé par une coach hyper motivée, il s'interroge : Quel est le « socle moral » de notre République ? Justement en ces temps de crise civique, où en est-on ? La liberté, est-ce faire ce que l'on veut ? À quoi sert l'égalité ? Et la fraternité dans tout ça ?
    Cette joute oratoire portée sur le discours politique nous rappelle surtout qu'en démocratie, c'est par la dispute que le sens se construit.

empty