Seuil

  • Ce que la science sait est une chose, ce que la science est en est une autre.
    Un physicien, amateur d'histoire et de philosophie des sciences, répond aux questions perspicaces de sa petite-fille en s'attardant sur ce qu'elle est : Pourquoi y a-t-il plusieurs sciences différentes ? Que font vraiment les chercheurs dans leurs laboratoires ? La science pourra-t-elle tout expliquer ? À quoi sert la science ? Quel rapport a-t-elle avec la vie ?
    Car, les écoliers et les collégiens ne le savent pas assez, l'activité scientifique est reliée aux autres pratiques humaines ! L'auteur évoque donc ce que la science a de particulier, comment elle a évolué au cours des siècles, les échanges qu'elle entretient (ou pas) avec la culture littéraire et artistique, ses rapports avec la technique, la politique, voire le sport.
    Ce dialogue, vif et ouvert, à contre courant des idées reçues, nous fait partager les questionnements, les difficultés mais aussi les grands plaisirs que peuvent procurer les sciences.

  • L'atome : tant de questions autour d'une si petite chose !
    C'est que, derrière les connaissances enseignées dès le collège et le lycée - structure, taille, propriétés, etc. - se cachent bien des surprises. Quels rapports entre l'atome et l'électricité, l'atome et la lumière, l'atome et la guerre, voire l'atome et la religion, et même, l'atome et les ornithorynques ? Il fallait l'habileté et l'humour de l'auteur, physicien et grand-père, pour nous inciter à relier joyeusement ces éléments et à secouer une fois encore nos certitudes. Au fil du dialogue, nous apprivoisons électrons et nucléons, bosons et fermions, quarks et gluons et plongeons au coeur même de la matière !

  • Ce livre rhapsodique réunit des essais sur l'histoire, la culture, la philosophie, la littérature, la langue, des sciences modernes. Il s'agit, comme dans une éprouvette de chimiste, de provoquer des réactions entre ces diverses matières de pensée, dans l'espoir de voir se produire des combinaisons inédites et stimulantes.
    La science aujourd'hui est trop complexe quant à son travail propre, trop impliquée dans les rapports sociaux, trop liée aux formes idéologiques dominantes, pour n'être analysée qu'en termes épistémologiques, sociologiques ou historiques séparés. C'est de tous côtés à la fois qu'il s'agit de la comprendre - et, peut-être, de la transformer.
    De la confrontation entre une histoire de la science à venir, une analyse du réel selon la physique, une réflexion sur les rapports de Simone Weil ou de Bergson avec la science, une relecture moderne de Lucrèce, un apologue sur l'ignorance savante, une visite au chat de Schrödinger, une lettre à Marie Curie et une autre à Gustave Flaubert, un éloge des controverses, une lecture critique de la culture scientifique, un divertissement sur la chute des astronomes dans les puits, un scénario de science-friction, etc., on souhaite que se dégage une certaine effervesc(i)ence.

  • Cet ouvrage reprend trois conférences, données au Collège de la Cité des sciences et de l'industrie, sur les conceptions que la science moderne se fait de la matière. Il traite plus particulièrement de l'impact sur ces conceptions des révolutions quantiques et relativistes qu'a connues la physique au 15
    début du XXe siècle. L'accent y est mis sur la nouveauté et l'originalité des idées plutôt que sur les détails de la connaissance des objets ou sur le travail expérimental qui a révélé ces objets et permis d'élaborer ces idées. La visée de l'ouvrage est donc à la fois culturelle évitant tout recours au formalisme et privilégiant les concepts, il s'adresse à un lectorat cultivé mais nullement
    spécialisé , et épistémologique il entend fournir à ce lectorat une vision originale des concepts de la physique moderne, plus claire que les présentations usuelles trop souvent prisonnières de contingences historiques dépassées. La première partie expose les bouleversements apportés par la théorie à notre représentation des objets physiques élémentaires, qui ne peuvent plus être considérés comme des « particules », ni d'ailleurs comme des ondes. La seconde partie traite de la façon dont la relativité einsteinienne, transformant radicalement nos idées sur l'espace et le temps, modifie aussi les notions dynamiques que nous attribuons aux objets physiques, notamment celles de masse et d'énergie. La troisième partie montre comment, dans un cadre quantique et relativiste, les interactions entre objets matériels acquièrent une complexité et une plasticité très supérieures à la description classique en termes de forces. On examine en conclusion les limitations imposées à la physique fondamentale contemporaine par son contexte social et économique.
    Le texte de ces conférences, quoique largement repris à partir de leur enregistrement, garde la trace de cette origine, de façon à conserver, on l'espère, quelque chose de la vivacité qui a animé la présentation orale.

empty