• Homme de lettres et compagnon du mouvement surréaliste, Roger Caillois s'intéresse très tôt au monde minéral dont les formes évoquent pour lui des figures de l'imaginaire. Dès les années 1950, il commence à collectionner des minéraux du monde entier, des « pierres curieuses, qui attirent l'attention par quelque anomalie de leur forme ou par quelque bizarrerie significative de dessin ou de couleur ». Toutes possèdent « une ressemblance inattendue, improbable et pourtant naturelle, qui provoque la fascination ». Agates, pyrites, quartz, jaspe... elles sont autant de fragments de l'univers, d'un monde où rêve et poésie dessinent des analogies avec le monde végétal et animal mais aussi avec celui des hommes. Cet ouvrage présente les 150 plus belles pierres de la collection de minéraux que Roger Caillois a léguée au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, ainsi que la réédition des célèbres textes Pierres, L'Écriture des pierres et Agates pardoxales. Pour la première fois sera dévoilée une collection exceptionnelle créée par l'un des plus grands poètes du XXe siècle.

  • L'homme et le sacré, paru à la veille de la guerre, est un des premiers ouvrages à inaugurer une nouvelle sociologie française.
    Roger caillos ne rompt cependant pas avec la tradition : il part des conquêtes de l'école durkheimienne, et en particulier des recherches de marcel mauss, qu'il confronte avec celles des maîtres de la sociologie allemande, anglaise et américaine.
    L'homme et le sacré est à la fois un livre de sociologie et de philosophie, une étude originale et hautement personnelle sur le sacré " qui donne la vie et la ravit, est la source d'où elle coule, l'estuaire où elle se perd.
    "

  • Il y a longtemps déjà que les philosophes ont été frappés par l'interdépendance des jeux et de la culture. Roger Caillois fait, pour la première fois, un recensement des sortes de jeux auxquels s'adonnent les hommes. À partir de ce recensement, il élabore une théorie de la civilisation et propose une nouvelle interprétation des différentes cultures, des sociétés primitives aux sociétés contemporaines.

  • " c'est en effet dans le mythe que l'on saisit le mieux, à vif, la collusion des postulations les plus secrètes, les plus virulentes du psychisme individuel et des pressions les plus impératives et les plus troublantes de l'existence sociale.
    Il n'en faut pas plus pour lui accorder une situation éminente et pour inciter à ordonner par rapport à lui quelques-uns de ces problèmes essentiels qui touchent à la fois au monde de la connaissance et à celui de l'action ".
    R.c.

  • Ponce pilate

    Roger Caillois

    Imaginons que Ponce Pilate ait décidé de faire libérer Jésus. Ainsi le Sauveur est sauvé par le courage inattendu d'un fonctionnaire romain, connu pourtant pour sa prudence, sinon pour sa faiblesse. De sorte que Jésus vit jusqu'à un âge avancé, qu'il n'y a pas de christianisme et que presque aucun des événements des deux derniers millénaires ne se produit.
    Pilate n'a d'estime que pour la sagesse. Il se méfie des religions. Mais est-il sage de compter sur la sagesse pour transformer le monde?

  • Oeuvres

    Roger Caillois

    Roger Caillois se distinguait par une haine violente du végétal et de la chlorophylle et, en contrepartie, avait développé une véritable passion pour le minéral - ce qui lui valait le surnom de " M. Caillou ". Il ne s'agit pas seulement d'une séduction esthétique : dans sa recherche de " sciences diagonales ", les pierres occupent un carrefour stratégique. Présentes avant l'espèce humaine et destinées à lui survivre, elles appartiennent à un temps inhumain, celui de la pure énigme du monde. Cette " énigme " le frappe dès la petite enfance. Il tentera de la percer par des voies originales, qui doivent autant au surréalisme qu'à sa révolte contre le mouvement. " Je ne suis pas un rationaliste, je cherche la cohérence ", disait-il. Ce qui signifiait, chez lui, chercher un rapport de cohérence entre un principe et les autres, s'attacher à la symétrie comme à l'inversion, établir des corrélations entre des sphères de la pensée qui n'étaient pas destinées à communiquer.
    Roger Caillois fera ainsi entrer en résonance, par l'enchaînement de ses travaux, l'imaginaire, le mythe, le sacré, le rêve, le fantastique, la poésie, le roman, les insectes, la sociologie, l'anthropologie, par des voies obliques qui sont celles de son génie si particulier.
    Le choix opéré pour établir ce volume procède de la manière suivante : la volonté de conserver toutes les thématiques abordées par Caillois a conduit à retenir l'état le plus achevé de sa pensée. Caillois, en effet, recueillait ses articles en publications, quitte à reprendre le motif plus tard et sous une forme plus élaborée. Il a donc été nécessaire de " casser " certains recueils pour éviter un sentiment de répétition. Les grands textes " classiques " figurent, eux, dans leur intégralité.

  • Le fleuve Alphée

    Roger Caillois

    Selon la fable grecque, le fleuve alphée, à la fin de son cours, se jette dans la mer, traverse la méditerranée et redevient fleuve dans l'îlot d'ortygie, en face de syracuse.
    L'auteur apprit à lire très tard. mais, dès qu'il est livré à la lecture, il se précipite " à sensibilité perdue " dans l'océan des livres, dans la houle mouvante de la culture. c'est, dans sa vie, une très longue parenthèse. toutefois, il conserve ou entretient comme autant d'antidotes des talismans disparates : objets insolites, images déroutantes, la condition végétale, les contrées écartées, les minéraux.
    Ce sont, issues de l'enfance, adhérences et fibrilles d'une tumeur salutaire. un beau jour, elles lui permettent de sortir, autant que faire se peut, de la bulle isolante, à la fois étanche et transparente, oú l'espèce humaine, la plus tardive et la plus ingénieuse, se calfeutre et règne avec toujours plus de succès.
    Comme le fleuve alphée, il regagne alors une terre ferme. là il connaît, sinon la sérénité, du moins ce qu'il nomme les " embellies de l'âme ", qui lui procurent la contemplation des pierres :
    " pierres, archives suprêmes, qui ne portez aucun texte et qui ne donnez rien à lire.
    " le fleuve rescapé du naufrage n'aspire plus qu'à atteindre la source symétrique, celle qui éponge.

  • Cet ouvrage, méconnu, de Roger Caillois, servi par une incroyable érudition, présente un propos original sur la guerre, et fait tomber quelques idées reçues, notamment sur l'humanisme pacifiant, l'égalité et les droits de l'homme.
    La guerre, d'abord limitée, réglée par l'honneurs, et le fait d'une caste guerrière, devient, avec l'apparition de l'État moderne et de la démocratie, le fondement et la préoccupation principale de la vie politique. Pour Caillois, la guerre remplit aussi dans la société mécanisée la même fonction que la fête dans la société primitive : elle exerce la même fascination et « constitue la seule manifestation du sacré que le monde contemporain ait su produire, à la mesure des moyens et des ressources gigantesques dont il dispose ».
    Bellone, écrit au début des années 1950, n'est pas seulement une dénonciation de la « guerre totale » et du nazisme, mais montre la pente qui conduit de la démocratie au totalitarisme.

    En couverture : Jean-Louis-Ernest Meissonier, Allégorie du Siège de Paris, huile sur toile, 1870, Paris, Musée d'Orsay. © RMN (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski.

  • Comme aux ophiolâtres, aux grammatosophistes, comme à Dürer et à Hugo, il m'arrive d'imaginer, mais sans jamais le déclarer atroce, le soleil antérieur d'où se répercutent les ondes des ténèbres essentielles. Un prince veuf en porta, dit-on, l'image sur son luth semé d'étoiles. Je suis assuré qu'en ce monde symétrique existe quelque part, qui équilibre le foyer de la lumière, une aveuglante opacité, le Castel de Sombre de la chronique infernale.
    Dans l'obscurité, si intense soit-elle, je perçois seulement la réverbération moribonde d'un noir sauvage, insoutenable. De chute en chute, il se dégrade jusqu'à blanchir en une clarté fade, auprès de qui les ténèbres sont l'éclat.
    Après sa longue traversée de la mer (des livres), le fleuve Alphée retourne vers sa source.
    Dès les premières expériences poétiques, la nuit était là, présente dans un petit bout de tissu rose que le poète décrit comme nocturne, selon le protocole des recherches expérimentales surréalistes datées du 11 février 1933. A l'autre bout de la nuit, une des dernières agates que le poète était en train d'explorer au moment où la mort le surprend, superpose de manière inattendue le grenu au feutre duveté du velours, comme un lointain écho de cet attrait poétique pour la nuit. De la pierre au poète, d'une nuit à l'autre, Roger Caillois se demande si le vivant et l'inorganique ne sont pas régis par une loi unique, par une grammaire similaire qui ne cesse de se dérober au coeur de la nuit.
    Texte établi et présenté par Stéphane Massonnet.

  • Noé ; et autres textes

    Roger Caillois

    • Folio
    • 3 Septembre 2009

    Tout le monde connaît l'histoire de Noé et Déluge qui dura quarante jours, ravagea le monde et extermina hommes et animaux, à l'exception de ceux qui purent monter dans l'arche.
    Mais qui sait comment et pourquoi Noé est devenu un alcoolique exhibitionniste ?

  • êtres de crépuscule

    Roger Caillois

    Nous n'avons jamais appartenu à l'aurore. Nous sommes frileux et de vol lourd, rapides à nous dissimuler dans les trous des murailles et ne guettant jamais que de petites proies. Nous sommes la chauve-souris sinistre et prudente des crépuscules, l'oiseau d'expérience et de sagesse, qui sort après la rumeur du jour et craint jusqu'aux ténèbres qu'il annonce. Il nous convient de nous appeler nous-mêmes crépusculaires.
    Êtres de crépuscule, récit bref d'une longue mélancolie, au sortir de la guerre, est encore teinté de l'amitié avec Georges Bataille et des années Acéphale. Le texte (de cette langue qui rappelle les plus beaux vers des poètes italiens du début du XXe siècle justement qualifiés de crépusculaires), miroir de l'Histoire, d'une époque consumée, d'un temps regretté est un vertige littéraire où «la pensée se terrifie en s'insurgeant contre elle-même».

  • Quelle aubaine pour les vivants qu'une planète terraquée ! Composée d'eau pour leur soif et d'humus à plantes vivrières, à racines et à fruits, sans compter l'air qu'ils respirent, mais du même coup, et plus spécialement pour l'homme, fournie de bassins, de fleuves navigables et d'un sol spacieux, solide, pour y bâtir de simples abris comme des édifices sophistiqués à l'extrême, propres à y conserver, à y développer presque indéfiniment le savoir, la puissance ou la beauté. Des hangars ouverts à toutes les richesses et qui en multiplient le présage.
    Grand amateur et théoricien du fantastique, Caillois ne l'a pourtant que peu pratiqué. Ses rares récits fantastiques: Ponce Pilate, La lumière des songes, ou les trois nouvelles réunies ici par lui-même en 1978 : D'après Saturne, Arc-en-ciel pour la Melencolia et La sécheresse n'en sont que plus précieux.

  • Les textes de Roger Caillois sur l'art, réunis ici, permettent de suivre l'évolution de son goût et de sa pensée, depuis ses premières études, proches du surréalisme, jusqu'à sa controverse avec André Malraux sur le Musée imaginaire. De L'Escamoteur de Jérôme Bosch, aux oeuvres fantastiques de Dalí, de la confrontation de Dürer et d'une agate, du rapport entre Hélion et les « vanités », de « l'orgueil cosmique » de Picasso, en passant par des études sur Carzou, Fenosa, Milshtein, Alechinsky, Ubac, Zao Wou-ki, Roger Caillois nous montre comment la signification et la fonction de l'art ont changé. C'est toujours la pensée, le jeu de l'esprit que Caillois cherche à pénétrer.

  • Il ne s'agit assurément que d'un immeuble vétuste, promis à une destruction prochaine. Mais cette présence n'en semble pas moins de mauvaise augure. En outre, la maison sinistre présente aussi le pan coupé fatidique, le tranchant insolite qui ne paraît habitable que par des êtres plats, sans matière, comme dans la nouvelle de Fargue.

    Édition nouvelle de ce récit fantastique de Caillois, qui nous entraîne dans une exploration d'un XVème arrondissement aujourd'hui disparu, à la poursuite des fantômes qui hantent les immeubles étroits, en forme de pointe à l'angle des rues.

  • Un personnage d'abord horripilant. D'une malice permanente, affichée, ostentatoire ; ne tendant aucun piège, puisque annonçant la chausse-trape. Ne disant jamais ce qu'il pensait, mais disant toutefois assez exactement le contraire, comme pour prévenir l'intelligence de l'interlocuteur, l'obliger â un détour supplémentaire (à un retour sur soi), au besoin le faire trébucher. Un goût continu du paradoxe. C'est peu dire : de la bascule, de la symétrie, de la permutation.
    Les portraits - ou tombeaux - de ces trois écrivains révèlent des facettes plus intimes que celles éclairées par l'habituelle critique universitaire et jettent une lumière nouvelle sur le rapport de Caillois à l'écriture : Marcel Mauss, père de l'anthropologie française qui dirigea sa thèse dans les années trente, Paul Valéry, poète mais surtout auteur de 257 cahiers de son journal intime, et Jean Paulhan, animateur de la NRF à sa meilleure période. Derrière ces trois analyses brille un singulier autoportrait de Caillois tel qu'il se rêve.

  • Cet ouvrage est une étude des principaux problèmes posés par la littérature : la littérature dans la société, la littérature devant la morale, la littérature et le langage. Il est né d'une réflexion sur l'évolution des Lettres depuis le romantisme, sur l'état de paroxysme où elles se plaisent, sur la sorte de fureur destructrice où elles se consument présentement. Mais cette enquête (ou, si l'on veut, ce réquisitoire) n'est pas seulement une mise en cause - esthétique, morale et sociologique - de la littérature contemporaine, elle s'ouvre à la fin en une manière de traité des fins dernières de la littérature.

  • Approches de l'imaginaire rassemble certaines études écrites par Roger Caillois entre 1935 et 1950 et non réunies jusqu'´r présent en volume. L'ouvrage reprend également trois essais épuisés et devenus introuvables : Proccs intellectuel de l'art, Puissances du roman et Description du marxisme.
    Il est divisé en quatre parties : 'L'équivoque surréaliste', 'Paradoxe d'une sociologie active', 'Sciences infaillibles : sciences suspectes', 'Puissances du roman', qui apportent souvent d'autres témoignages sur les mouvements auxquels l'auteur a participé, notamment le groupe surréaliste dont il fut membre de 1932 ´r 1935 et le Collcge de Sociologie qu'il fonda en 1937 avec Georges Bataille. Ces études reliées par des arguments qui en précisent situation et signification s'efforcent, chacune ´r sa manicre, de définir la logique de l'imaginaire. Elles racontent une sorte d'éducation intellectuelle toujours orientée vers un meme but : défricher l'univers sensible afin 'd'y déceler des corrélations, des réseaux, des carrefours, des régularités, en un mot quelques-unes des réverbérations mystérieuses dont se trouve marqué ou illuminé l'épiderme du monde, depuis les dessins des pierres dans la maticre inerte jusqu'aux images des poctes dans le jeu apparemment libre de l'imagination'.
    Cases d'un échiquier (1970) constituait par anticipation le second tome de ces Approches de l'imaginaire. Il correspond ´r la période 1950-1965. Obliques (1975) a rassemblé les dernicres analyses de Roger Caillois, décédé en 1978.

  • Voici cinq oeuvres dispersées dans le temps (de 1944 à 1977), mais dont l'évidente unité est celle de l'obscure préparation d'une 'poétique généralisée', parallèle de l''esthétique généralisée' dont Roger Caillois a avancé l'idée en établissant une continuité entre 'la turbulence encore secrète' de l'univers inerte et le monde de l'autre turbulence que représente l'imaginaire humain, et particulièrement la poésie.
    Dans Approches de l'imaginaire, l'auteur avait examiné le phénomène poétique comme un cas particulier de l'imaginaire. Ici, il soumet la poésie française contemporaine à une analyse critique, il en incrimine parfois les postulats dans Les Impostures de la poésie et dans Aventure de la poésie moderne. En même temps, lui qui avait adhéré au surréalisme 'pour en finir avec la littérature', il avoue dans ces essais déjà anciens sa méfiance à l'égard de 'l'inspiration absolue et incontrôlée', de l'image 'in-imaginable'.
    Toutefois, sans se déjuger, il insiste désormais sur l'importance de 'l'image juste', 'efficace', dans l'Art poétique et Reconnaissance à Saint-John-Perse. Exactitude et surprise, désarroi suivi de fascination, énigme posée en défi et bientôt accueillie comme signe d'intelligence, 'occasion de tressaillir et d'admirer' : ces vertus de l'image tiennent à une propriété essentielle de l'univers, que cerne, à partir d'une leçon faite au Collège de France, le Résumé sur la poésie.

empty