• On assiste depuis quelques années à un mouvement plutôt intéressant dans la bande dessinée (mais aussi dans la littérature et au cinéma) qui voit des auteurs délaisser les récits réalistes et l'auto-fiction pour se réapproprier certains thèmes et genres qui avaient été comme confisqués par de grosses «machines» commerciales ou des oeuvres formatées et sans imagination. Ainsi, Sascha Hommer, qui après deux récits ouvertement autobiographiques (Quatre Yeux et ... en Chine, tous deux chez Atrabile) nous revient avec La Forêt des araignées, un livre qui baigne ouvertement dans la fantasy et joue avec les codes et poncifs inhérents au genre.
    C'est bientôt le moment de la chasse pour ceux qui vivent sur les rochers. La chasse les amènera dans la forêt des araignées, à la recherche des Sylvestres, espèce de grosses limaces gluantes qui abritent dans leur mucus les Punkis, principale nourriture du peuple des rochers. Mais la présence des Yeux, démiurges géants et tyranniques, qui ont interdit au petit peuple l'accès à cette réserve de nourriture potentielle, rend la chasse dangereuse. Le seul espoir d'une vie paisible et plus juste serait, comme le prédit la Prophétie, l'avènement du Messager, qui pourrait libérer le peuple des rochers et le porter au-delà de la Grande Muraille, et vers le Royaume des nuages...
    Univers fantasque et fantastique, dessin tout en rondeur, personnages kawaï et sous-texte politique, La Forêt des araignées est donc une oeuvre hybride, un livre d'auteur mais aussi un récit d'aventure, un ouvrage qui vous transporte ailleurs mais qui refuse également de tout prémâcher et ose faire confiance à l'intelligence, et l'imagination, du lecteur.

  • ... en Chine

    Sascha Hommer

    Avec ses 14 millions d'habitants, Chengdu, capitale de la province du Sichuan, est une ville en plein essor, une mégalopole qui s'est développée d'une manière un peu folle, dans tous les sens et toutes les directions. Portée par une forte croissance économique et une certaine propension à la mégalomanie, la ville arbore les tares de ces endroits qui ont grandi trop vite et sans limites : trafic étouffant, pollution, laissés pour compte... Sascha Hommer y a passé plusieurs mois en 2011 et c'est ce temps passé là-bas qui forme la matière première de ... En Chine. Sans jugement, mais avec une certaine candeur et un flegme salvateur, Sascha décrit son quotidien loin de son Allemagne natale, où la quête d'un appartement devient une odyssée absurde et pleine de surprises, et où chaque rencontre, chaque discussion peut potentiellement se transformer en un grand moment d'incompréhension (mutuelle) aux dialogues parfois surréalistes. Pour autant, ...En Chine est moins une critique de la Chine moderne que d'un capitalisme sauvage et ravageur ; porté par un humour pince-sansrire, ...En Chine se lit alors comme un voyage au coeur d'une folie ordinaire et belle et bien universelle.

  • Quatre yeux

    Sascha Hommer

    Les éléments sont bien connus, la configuration éprouvée: le mal être adolescent, le bac qui approche, une histoire d'amour peu réciproque, on trébuche, on chute, et puis après... C'est cette période-là que Sascha Hommer a décidé de raconter dans Quatre Yeux, un récit ouvertement autobiographique. Reprenons: Sascha va bientôt passer son bac, il rencontre Julia dont il va tomber fou amoureux... Et les journées s'écoulent, un peu monotones, rythmées par la glande et la fumette. Alors que les choses s'étiolent entre Julia et Sascha, ce dernier fait des rencontres, expérimente, prend du LSD, des champignons, et, peu à peu, alors qu'une lente et inexorable chute s'amorce, va se retrouver insidieusement accompagné d'un nouveau camarade un peu collant, un chien sans yeux et sans nom, chaque jour plus fort, et qui semble, lentement mais sûrement, prendre de plus en plus de décisions à la place de Sascha, jusqu'à voler sa place, se substituer à lui-même...
    C'est avec beaucoup de douceur et de recul que Sascha Hommer démonte les rouages de l'addiction, et raconte cette période de sa vie pas vraiment rose, et en même temps emplie d'expériences, de découvertes et de ces moments forts qui marquent à jamais. Et l'auteur de garder toujours beaucoup de pudeur dans ce qu'il raconte, refusant de s'enfoncer dans le glauque ou de se complaire dans le malsain, donnant à lire quelque chose qui n'est pas un "témoignage" mais, plus simplement, une histoire, une histoire vraie, et touchante.

  • Après Quatre Yeux (Atrabile) et Insekt (Sarbacane) Sascha Hommer illustre six récits de Brigitte Kronauer, auteure allemande majeure traduite pour la première fois en France. Des récits que l'on pourrait qualifier de poèmes en prose, et qui abordent des souvenirs d'enfance, de sensations et de perceptions. Le trait net et épuré de Sascha Hommer dérange et contraste avec les réflexions mélancoliques de Brigitte Kronauer. Posée comme une goutte de rosée sur une toile d'araignée, l'écrivaine restitue à merveille le sentiment d'humilité et de petitesse que l'on éprouve face à l'univers. Elle rend compte d'une puissance supérieure qui régit la nature, gronde au loin, et qui nous dépasse. Sascha Hommer s'est attaqué avec ce livre à un défi péril-leux : non pas réaliser une simple adaptation, mais transmettre en bande dessinée une écriture du ressenti et de la sensation.
    Dri Chinisin est un livre envoûtant, alliant subtilement dessin et littérature.

  • Réflexions sur l'art, la bande dessinée, la philosophie, l'histoire de la pensée, situations absurdes, répliques cinglantes et personnages barrés font de cette parodie de roman initiatique une oeuvre audacieuse et singulière.

    Gustav et Niffi, un petit garcon et sa grande soeur, sont enfermés au musée. Tous les deux vont donc errer dans les salles, rapidement entrainés dans des lieux inhabituels, à la rencontre de droles de personnages comme des nuages, un cafard géant, mais aussi Charles Manson ou Ernst Junger. Au-delà  de l'humour, cette bande dessinée questionne sur la place de l'art dans notre vie et dans le monde.

empty