Chronique Sociale

  • Lorsqu'un proche est hospitalisé il est souvent difficile de répondre aux questions que se posent les enfants.
    Un livret pour accompagner votre enfant à appréhender la visite à l'hôpital mais aussi vous aider à mettre des mots sur ses interrogations.
    Ce livret comporte des explications, des illustrations et diverses activités sur le thème de l'hôpital. En bonus 4 cartes «émotions» à découper.

  • Souvent considéré comme un trouble lié à l'anxiété, le mutisme sélectif se défi nit par l'incapacité que certains enfants éprouvent à parler dans certaines situations. Environ 2 % des enfants en sont affectés. Les signes précurseurs apparaissent en général avant l'âge de 5 ans, mais il arrive fréquemment que cette diffi culté ne soit détectée que lors de la première rentrée scolaire. Bien que le comportement de chaque enfant soit unique, la plupart des enfants souffrant de mutisme sélectif sont à l'aise pour s'exprimer à la maison alors qu'ils sont incapables de le faire, par exemple, à l'école ou en collectivité avec d'autres enfants. Lorsqu'un enfant atteint de mutisme sélectif est incité à parler dans une situation qui lui procure de l'anxiété, il baissera souvent la tête, rougira, ou évitera d'une façon ou d'une autre d'interagir avec les personnes présentes.
    Si vous pensez que votre enfant souffre peut-être de mutisme sélectif, ce livre est fait pour vous et pourra vous aider. Il comporte une vue d'ensemble des points essentiels à connaître pour mieux comprendre cette condition ainsi que des conseils pour mettre en place et assurer le suivi d'un programme d'aide. Il explique également les mesures à prendre pour encourager votre enfant à parler sans gêne dans la salle de classe et avec ses amis. Toutes les stratégies du livre se basent sur une approche graduelle qui l'aidera à avancer par petits pas. Les techniques utilisées inciteront tout en douceur votre enfant à parler davantage dans des situations sociales, tout en lui permettant de se sentir à l'aise et en sécurité.

  • Soutenir le je(u) des différences à l'école ; rôle et place du psychologue Nouv.

    « Cet ouvrage, en reprenant d'une façon à la fois claire et lucide tous les éléments rassemblés autour des diffi cultés d'apprentissage de l'enfant, permettra au lecteur, non seulement d'en comprendre les agencements complexes et les enjeux, mais également d'en tirer des idées pour l'amélioration de son exercice professionnel. Je ne peux qu'en conseiller la lecture aux enseignants, aux parents, mais également à tous ceux qui, de près ou de loin, s'intéressent à l'avenir de nos enfants. ».
    Extrait de la préface.

    Le psychologue de l'Éducation nationale, responsable de son cadre de travail, ouvre un espace, un temps aux enfants, aux parents et aux enseignants dans lequel chacun est invité à se positionner en tant que sujet confronté aux diffi cultés inhérentes aux apprentissages, et plus largement à celles de la vie. Son rôle spécifi que s'inscrirait alors entre l'institution scolaire, les parents et les différents professionnels gravitant autour d'un enfant, pour lequel une aide est sollicitée, et le positionne ainsi comme une précieuse charnière tant au sein de son institution qu'avec les intervenants extérieurs. Sa place serait dans un premier temps, de soutenir la fonction paternelle en se proposant comme tiers-séparateur, garantissant un espace et un temps de reprise subjective.
    À lui d'être créatif avec ses collègues de travail pour mettre en place des dispositifs propices à ce travail.
    Cet ouvrage apporte des éclairages théoriques et des illustrations pour réaliser ce travail dans le souci constant du développement de l'enfant.

  • à l'écoute du symptome IVG : accompagner la relation Nouv.

    Déplorer la persistance du nombre d'interruptions volontaires de grossesses ne fait guère avancer la réflexion si on se contente d'assimiler le recours à l'IVG à l'absence ou à la mauvaise utilisation de la contraception. Pour tenter de comprendre le phénomène, s'interroger sur le sens de l'IVG est nécessaire. Cette démarche permet de comprendre la place qu'elle occupe dans le vécu des femmes et/ou des couples.
    Refusant de se situer dans la polémique pour ou contre l'IVG, cet ouvrage montre à travers les modifications de la loi Veil, liées à l'évolution de la société, les difficultés que rencontrent les différents "acteurs" de l'IVG, aussi bien les soignants et les écoutants que les femmes qui y ont recours.
    L'auteur affirme avec force la nécessité d'un accompagnement dans une décision qui, pour être volontaire, n'en est pas moins la plupart du temps le résultat d'un "accident" comme disent les femmes. Pour l'auteur, l'IVG est le symptôme d'un problème qui se situe en amont et qu'il est essentiel de prendre en compte si on souhaite vraiment aider les femmes.

  • Psychologue clinicienne en cabinet libéral, l'auteure travaille avec des patients rencontrant des problématiques diverses et variées, certains d'entre eux portent de lourds traumatismes.
    Toutes leurs histoires de vie l'inspirent et lui ont donné l'envie de les écrire : des textes sous forme de rimes pour apporter un peu de poésie, de légèreté aux récits parfois très sombres.
    Une autre façon de mettre en mots les maux des patients, d'apporter un peu de lumière dans leur zone d'ombre.
    Loin des « dictionnaires » de la psychologie, celui-ci a pour vocation de permettre au lecteur d'entrer dans l'univers intimiste d'un cabinet psy pour y lire certes la souffrance de certains mais aussi et surtout la résilience pour beaucoup d'entre eux. « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts ».
    Ce recueil peut également être un outil de travail pour des professionnels du secteur médico-social ou éducatif.
    « L'auteure nous offre une suite de portraits intimes, tous aussi vivants que touchants. C'est comme autant de petits poèmes qu'elle aurait ciselées avec application, pour les dédier à ses patients en remerciement de leur confi ance. De plus, en jargon «psy» on est tenté de dire qu'en faisant oeuvre utile à propos de ce dont ils ont souffert, elle leur fait cadeau d'un travail de résilience par procuration. ».
    Extrait de la préface du Dr Louis Ploton.

  • C'est d'abord la révolte qui a mobilisé l'intention d'écrire ce livre. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'une réfl exion épistémologique est venue transformer le « coup de gueule » en perspective pour tenter de refonder les connaissances et les pratiques. Pour ce faire, la démarche proposée consistera à orienter la réfl exion, non pas vers la connaissance et la compréhension de la psychopathologie, mais vers une démarche active de dépathologisation de l'existence.
    Cette volonté de dépathologisation de l'existence humaine devra s'appuyer sur une perspective fondée sur une idéologie de la psychodiversité, soit l'idée qu'il existe de nombreuses formes de psychismes ayant chacune des potentialités et des forces différentes et qui ne se relient pas entre elles par un rapport hiérarchique et performatif. C'est-à-dire la remise en question qu'il existerait des formes de psychismes plus avantageuses que d'autres et donc une hiérarchie entre les formes de psychisme. Nous privilégions la vision d'une pluralité de psychismes, ouvrant sur toute sorte de possibilités, comme les différentes couleurs du monde. Nous pensons qu'aucune couleur n'est plus belle qu'une autre, c'est la mise en relation des différentes couleurs qui créé la beauté du monde.
    Cette dépathologisation de l'existence a comme intention de rendre honneur et dignité aux différentes formes de psychismes.
    Notre positionnement est une forme d'écologie psychique et relationnelle. C'est un acte politique et citoyen de reprise de contrôle de son existence. Une invitation à la re-auteurisation de sa vie, dans le sens que lui donne André Grégoire de redevenir auteur de sa vie.
    Nous destinons ce livre à tout·e professionnel·le qui rencontre des personnes en prises avec des diffi cultés de l'existence. Nous souhaitons donner des moyens de co-construire avec les personnes en souffrances des conversations qui les «signifi catisent» , c'est à dire qui en font des personnes signifi catives.
    Ce livre se compose de deux parties. La première construit les fondations d'un nouveau concept celui de l'Eupsychologie qui peut être défi ni comme la psychologie du bon ajustement, soit l'étude des récits que produisent les personnes pour bien s'ajuster les unes aux autres. Psychologie populaire et pratiques narratives en sont des ingrédients principaux. L'eupsychologie est une alternative à la psychopathologie avec une intention de dépathologisation de l'existence. La deuxième partie de ce livre s'empare de plusieurs diagnostics qui sont déconstruits et transformés dans cette nouvelle perspective de l'Eupsychologie.

  • Les chemins du deuil pour ceux qui restent après un trépas sont longs, complexes, douloureux. Autrefois ritualisé, le deuil est méconnu ou au mieux présenté comme un « travail » à accomplir. La connaissance de son processus, des moments de douleur extrême qu'il provoque, de la désorientation qu'il engendre n'est plus partagée.

    Pour Accompagner le deuil - De l'intime au social réunit neuf histoires de deuil. D'horizons divers, les auteures ont en commun d'avoir échangé et travaillé ensemble lors de la préparation d'un Diplôme universitaire « Deuil et Travail de deuil » à l'Espace éthique Ile-de-France. La relecture de leur vécu personnel et la place occupée par chacune dans le monde de la santé ou du soutien psychosocial, dans la vie associative et dans la création leur a permis de constater qu'une expérience douloureuse de deuil peut être à l'origine de difficultés ultérieures rencontrées dans la vie. Elles souhaitent donc partager la mosaïque d'informations, de réflexions, d'expériences et de créations qui ouvrent le champ de tous les possibles pour accompagner le deuil.

    Cet ouvrage s'adresse tout particulièrement à des écoutants, des professionnels ou des bénévoles, qui souhaitent réfléchir sur leur conduite et sur leur pratique pour accompagner le deuil comme une des composantes de la vie. Un livre-ressource à adopter et à partager.

  • La filiation est un thème central et actuel pour pouvoir penser les problèmes du temps présent où la technologie pourra introduire de nouvelles variables dans la question des origines et de la descendance, ce qui rendrait nécessairement plus complexe l'identité familiale.
    Les événements imprévisibles de l'histoire et du présent des familles laissent des blessures qui effacent les souvenirs, qui refont surface au fil du temps, grâce à l'aide de la thérapie familiale. Ce travail ne soulage pas seulement le présent, mais permet également de protéger les générations futures.

    Dans cet ouvrage, l'auteure, thérapeute familiale psychanalytique, part de l'étude de la filiation comme un organisateur généalogique en lui donnant une nouvelle perspective, car elle inclut à côté des organisateurs psychiques et culturels, les organisateurs politiques pour comprendre la rivalité et la lutte pour la reconnaissance familiale et sociale.
    La clinique présentée dans ce texte permettra de comprendre les racines qui fondent les filiations familiales dans leurs relations à l'intérieur d'une génération et et des générations qui la précèdent et aussi de celles qui lui succèdent.
    La dernière partie de l'ouvrage fait référence aux aspects techniques de la thérapie familiale. L'analyse de la dynamique familiale nécessite la mise en place d'éléments constants : il s'agit de proposer un dispositif d'écoute, dans lequel tous ou seulement certains membres de générations différentes sont présents. Le travail thérapeutique avec des médiations de communications qui vont des dessins et des jeux, jusqu'à la présence d'animaux, nous montre la créativité de l'auteur dans l'accueil des familles.

    À la fin de chaque chapitre, le lecteur trouvera un vocabulaire à retenir, pour faciliter l'appropriation de concepts clés, pour aider les cliniciens dans leurs réflexions. Différents graphiques, au long du texte permettre d'accompagner la compréhension des concepts.

  • Recherche collaborative en école primaire.
    40 praticiens-chercheurs.

    Les enseignants sont condamnés à vivre avec une injonction paradoxale terrible : celle d'accompagner les élèves dans leurs apprentissages (ce qui est le propre de l'acte d'enseigner) et évaluer leurs acquis, au risque de décourager celles et ceux qui ne parviennent pas à atteindre facilement les exigences scolaires.
    C'est pour essayer de dépasser ce paradoxe éducatif qu'un collectif de professeurs des écoles, de formateurs et de chercheurs s'est constitué. Sa raison d'exister était, dès le départ, d'étudier les organisations pédagogiques qui permettaient d'évaluer le travail d'élèves sans prendre le risque de décourager les plus fragiles.
    Il fallait donc faire le deuil, au moins en partie, de notre culture d'évaluation habituelle, articulant le célèbre triptyque : évaluations diagnostique, formative et sommative. Rapidement, la coopération entre élèves est apparue comme pertinente pour faciliter cette périlleuse ambition, les logiques « d'évaluation pour apprendre » ont été étudiées, le principe de boucle évaluative a été mis en oeuvre et les enseignants se sont lancés dans des dynamiques importantes de changement.

  • Nous vivons une période de découvertes merveilleuses et de violences barbares qui semblent impossibles à penser. Et en même temps nos vies se déroulent parfois absorbées par les occupations quotidiennes, le désir de vivre, parfois seulement celui de survivre. Nous entrevoyons un monde plein de surprises auxquelles nous devrons donner une place dans le cadre de la psychanalyse et dans la vie de chacun. Il est indispensable d'éveiller l'envie de vivre, la curiosité et la possibilité de s'engager dans le monde, en évitant conformisme et adaptations forcées.
    Ces constatations ont amené l'auteure à un grand questionnement. Que vont faire les générations à venir avec ce que la psychanalyse n'a pas abordé et qui constitue la subjectivité contemporaine des jeunes, des familles que l'on dit « nouvelles », des couples avec leurs organisations actuelles ?
    Cette interrogation me vient d'un moteur qui m'a guidée depuis de nombreuses années : la curiosité pour ce que les livres que j'avais lus pour ma formation comme psychanalyste, ne m'avaient pas apporté.

  • Ce livre présente différentes expériences et démarches de Reliance avec le chien comme outil de médiation pédagogique. Il met en avant les bénéfices de l'animal, le chien en particulier, dans cet accompagnement thérapeutique qui permet d'agir sur les émotions négatives liées au passé et d'aider le bénéficiaire à (re-)trouver un objectif de vie et des ressources personnelles en travaillant sur son histoire de vie et l'interprétation qu'il en fait.
    Les ruptures de liens peuvent toucher tout le monde : échec scolaire, chômage, divorce, perte d'un être cher, maladie grave, entrée en maison de retraite, etc. Parfois, c'est facile de les surmonter, c'est la résilience et la personne en sort plus forte. D'autres fois, c'est compliqué, les blessures ne cicatrisent pas, jusqu'à en perdre le sens de son existence. La personne se déconnecte du monde, des autres, voire d'elle-même dans les cas les plus extrêmes. La démarche de Reliance propose un accompagnement professionnel performant pour surmonter ces ruptures.
    Dans cette démarche, l'animal vise notamment à faciliter la communication et à maintenir la qualité de la relation. Il permet également d'accompagner des personnes pour lesquelles le protocole complet ne peut pas être mis en oeuvre en raison d'un handicap, d'une maladie ou autre. Cet ouvrage présente divers parcours de personnes ouvertes à partager leurs expériences.

  • « À côté des difficultés qu'ils connaissent, les dyslexiques ont aussi des atouts de par les qualités particulières qu'ils possèdent (pensée images, etc.) (...) La dyslexie s'installe si l'enfant n'utilise pas pleinement ses capacités et les laisse ainsi s'atrophier ; par contre si les dyslexiques reçoivent l'ap- prentissage qui leur convient, ils sont doués. (...) Le Jardin d'enfants Steiner-Waldorf est avant tout un lieu de vie. Ce qui est donné à vivre aux jeunes enfants leur permet d'effectuer à leur rythme des apprentissages. Ils en retirant des savoir-faire qui deviendront ulté- rieurement des acquis. » Interpellée par les enfants dyslexiques pendant ses nombreuses années d'enseignement, Josiane Grou a entrepris une recherche dont cet ouvrage est le résultat.
    L'importance du soin apporté à la construction de l'enfant dans ses pre- mières années, soulignée si souvent par Rudolf Steiner il y a un siècle, se trouve aujourd'hui confirmée par les travaux scientifiques. Un des mérites de l'auteur - et ce n'est pas le moindre - est de proposer des moyens de prévention. Au fil de la lecture, une cohérence se dégage, montrant avec évidence que, lorsque les besoins réels, profonds des enfants sont satis- faits, la dyslexie a beaucoup moins de risque de se manifester.

  • Face à l'envahissement par la surmédicalisation, par la marchandisation, par l'accélération du temps, par la suprématie de la technologie sur le contact, la présence et la rencontre, l'haptonomie autour de la naissance ouvre un chemin pour vivre pleinement l'attente et l'accueil autour de la naissance d'un enfant en le considérant d'emblée comme sensible, réceptif et communiquant.
    L'auteure conte ici, de façon vivante, les sources de son approche de l'haptonomie. Regarder en arrière, dégager le fil conducteur de nos parcours de vie, comprendre comment quelque chose de nos métiers, de nos passions, de nos talents, était déjà en germe dans nos vies personnelles, dans nos formations, dans nos expériences, voilà qui peut faire écho en chacun de nous et nous aider à percevoir le fil conducteur de nos propres cheminements personnels et professionnels. Dans une deuxième partie, elle décrit sa pratique de l'haptonomie, science et art de la rencontre par le contact affectif, autour de l'enfant à naître et de ses parents. La troisième partie de cet ouvrage permet de comprendre des fondements et des dispositions de toute relation de qualité.
    Cet ouvrage intéressera les futurs parents mais, au-delà, les enfants que nous avons été, les parents et grands-parents que nous sommes, les professionnels de la relation : sages-femmes et soignants, enseignants et éducateurs, accompagnants et aidants, citoyens engagés... Car nous sommes tous concernés par toute naissance, par la qualité des relations, par l'humanisation de nos sociétés.
    Nous trouverons dans cet ouvrage de quoi nous comprendre mieux nous-mêmes et entre nous, de quoi nous étonner, de quoi cheminer.

  • Ce recueil est une initiative d'une association belge francophone de pairs-aidants vivant avec le trouble bipolaire, le « Funambule », qui apporte un accompagnement et une aide aux personnes atteintes de bipolarité et à leurs proches en proposant des groupes de parole.
    Bien des ouvrages à caractère scientifique ont déjà paru sur cette thématique. Mais ici, il s'agit de donner la parole aux personnes elles-mêmes ainsi qu'à leurs proches, pour sensibiliser le grand public à ce trouble et déstigmatiser les personnes qui en sont atteintes.
    Ce recueil est une oeuvre collective avec une dimension artistique, dans une démarche littéraire et créative. Il présente des textes en prose, des poèmes, des fables, des témoignages poignants et d'autres plus légers, voire drôles, ainsi que des oeuvres (photo)graphiques. Il est enrichi de contributions permettant aux personnes confrontées au trouble bipolaire « d'aller plus loin... ».
    « J'ai été bouleversée de voir à quel point Florence, Franca, Steve, Martine, Nathalie et les autres ont su nager à contre-courant et remonter le fleuve. Et s'ils m'ont livré leurs secrets sans fard ni honte, ce qu'ils m'ont transmis est inestimable, car c'est leur moteur à tous, l'espoir. ».
    Extrait de l'avant-propos de Ludivine Sagnier, marraine du Funambule

  • Destiné aux veuves et aux veufs, mais aussi à tous ceux qui par leur profession, ou leur affection, leur sont proches, cet ouvrage parle de mort mais aussi d'amour, de désespoir mais surtout d'espérance.
    Dans une première partie, le deuil est décrit par des personnes endeuillées, au plus près de sa si dure réalité, avec des contributions de professionnels médecin, infirmière et psychologue.
    Ils ont écrit ce qui n'est jamais dit, par peur, par pudeur.
    Suivent dans une deuxième partie, des témoignages émouvants de femmes et d'hommes dont la vie a basculé.
    En fin d'ouvrage, des poèmes, des textes littéraires, des prières accompagnent nos fragilités, notre finitude, et nous conduisent vers une nouvelle vie lumineuse.
    Cet ouvrage s'achève sur des adresses d'associations et de sites Internet où trouver un appui.

  • Très attendue, cette traduction française d'un best-seller international (déjà traduit en 13 autres langues) permet de découvrir la pratique et les principes de la relation d'aide ou de la thérapie dans l'Approche centrée sur la personne (ACP) de Carl Rogers à partir de l'expérience intime du praticien.
    Véritable livre de chevet pour les débutants, livre de référence pour le praticien expérimenté et source d'inspiration stimulante pour le professionnel ou le chercheur chevronné, les lecteurs intéressés par la thérapie humaniste de Carl Rogers y découvriront les processus intimes d'un client et de son thérapeute et y découvriront des clés de compréhension personnelles...
    Les auteurs évoquent les questions concrètes posées par la pratique et apportent des réponses tout aussi concrètes, étayées par une approche résolument éthique de la relation singulière, déclinée à travers les nombreux exemples. Des éléments nouveaux de la théorie ACP post-Rogers sont présentés en fin d'ouvrage.

  • La tétine est utilisée par de nombreux parents, relayée parfois par les professionnels. Son usage correspond à certains besoins de développement du bébé.
    Des conduites addictives apparaissent, des usages plus centrés sur le désir de tranquillité des adultes peuvent gêner le développement harmonieux du bébé.
    Cet ouvrage s'appuyant sur une importante recherche et une pratique quotidienne avec les enfants, clarifie l'usage de cet instrument.
    Parents et professionnels trouveront des éléments pour se positionner dans leur relation au bébé.

  • Comment peut-on être mère et professionnelle de la Petite enfance ?

    En chaque professionnelle existe notamment dans la relation avec les parents, la mère qu'on a été, celle qu'on aurait voulu être, celle qu'on a peur d'avoir été... Cette mère-là peut parasiter la professionnelle dans sa « professionnalité » et peut avoir une influence inappropriée dans ses comportements. Mais voilà, il semble que la question est bien plus subtile et que la mère qui est en nous peut se révéler aussi de bon soutien. On peut être mère et professionnelle : ces deux casquettes peuvent cohabiter et s'associer à condition de les utiliser à bon escient. La formation, le travail d'équipe et la réflexion sont les éléments majeurs qui permettent ces intersections.

    Cet ouvrage, en s'appuyant sur des exemples précis, donne des repères pour exercer une profession dans le secteur de la petite enfance tout en ayant une expérience de mère.
    Il dégage des pistes de réflexion, des outils pour mieux vivre au quotidien les relations avec l'enfant, les parents, tout en vivant une vie familiale avec ses propres enfants et ses proches.

  • Cet ouvrage présente la psychomotricité qui repose sur une vision globale de l'enfant dont le corps et l'esprit sont unis et répondent à l'unisson. Le développement de l'enfant se fait à travers le mouvement, l'action, le jeu, la communication, la confiance et le plaisir d'agir. Agir c'est penser. C'est là que se situe la contribution la plus exhaustive de la psychomotricité existentielle-relationnelle qui s'adresse aux enfants de 0 à 7 ans.
    Le présent ouvrage décrit avec minutie la méthode et les fondements de la pratique de Bernard Aucouturier et présente des cas cliniques qui ont été traités afin d'illustrer cette pratique : des enfants souffrant de troubles du comportement - troubles plus ou moins importants très répandus dans notre société - des enfants agressifs, avec de l'énurésie, des difficultés d'intégration, un manque de limites, et des enfants atteints de troubles graves comme la cécité, la paralysie cérébrale, le mutisme sélectif ou la déficience visuelle accompagnée d'anorexie.
    Cet ouvrage souligne l'importance du jeu libre pour le développement d'une bonne estime de soi, la construction de la personnalité et le déve- loppement global de l'être sur le plan moteur, cognitif et émotionnel.

  • Pichon-Rivière a été l'un des fondateurs de l'approche psychanalytique de la famille au niveau mondial, une approche qui s'est développée si- multanément, mais aussi de manière indépendante, aux États-Unis et en Argentine, vers la fin des années 1940 et au début des années 1950.
    En raison de l'insuffisance des traitements psychanalytiques « clas- siques » chez les patients souffrant de pathologies dites graves (schizo- phrénie, états-limites), notamment chez les enfants, les psychanalystes ont commencé à ressentir le besoin d'intégrer la famille dans le processus thérapeutique. En Argentine, en 1956, Pichon-Rivière formulera théori- quement l'idée que le patient est l'émergent d'un type pathogène d'inte- raction familiale et sociale. Il a alors inauguré le traitement psychanaly- tique des familles dans l'hémisphère sud.
    /> Cet ouvrage collectif développe différents aspects des apports de Pi- chon-Rivière à la thérapie familiale contemporaine, comme la psychana- lyse opérationnelle, la question de l'espace groupal et de l'intimité, des secrets, de la résolution des conflits ou encore de la place du politique dans la psychanalyse familiale.
    Les apports de Pichon-Rivière intéressent actuellement l'ensemble des praticiens des thérapies familiales par la pertinence de ces concepts et leur adéquation aux problématiques des familles.

  • C'est au travers d'histoires, de contes, de récits autobiographiques que la thérapeute chemine émotionnellement avec ses patients pour leur permettre de se différencier et se réapproprier leur vie. Les textes créés peuvent être un récit autobiographique, un écrit relevant du slam, un scénario de film, une histoire ou une BD (bande dessinée), qui seront, pour chaque enfant, autant de traces de soi et partage de traces plurielles dans un groupe d'écriture.
    Tout récit sur soi est un support identitaire, car il donne sens à l'histoire personnelle et permet de comprendre les événements vécus perçus avec la distance liée à l'écrit.
    Véritable quête identitaire, cette manière originale de prendre des personnes qui souffrent en thérapie les conduit non seulement à se découvrir, mais à penser le monde autrement et selon des facettes multiples. Le patient quitte alors le rôle de victime symptomatique pour celui d'acteur compétent.
    Maîtriser un espace d'intimité conforme à ses aspirations permettra à l'adulte en devenir l'inscription de l'être dans une événementialité et une mise en perspective de possibles par le fait de pouvoir procéder à des choix personnels, professionnels, existentiels, de manière autonome, base du sentiment de sécurité et fondement de l'estime de soi.

  • La mort d'un enfant est une souffrance profonde. La disparition par suicide laisse sans réponse nombre de questionnements. La vie s'écoule. Le chemin de reconstruction est long. Le regard sur la vie quotidienne est transformé. Cet ouvrage, écrit dans la durée, rend compte du cheminement intérieur fait par chacun des parents, par le couple pour re-vivre au quotidien, pour répondre aux besoins des autres enfants.
    Des clés pour d'autres parents endeuillés, l'entourage, les professionnels de l'écoute...

  • Notre perception de la réalité est influencée par les fonctionnements de notre cerveau. C'est la combinaison de différents paramètres innés qui façonne nos habitudes mentales et fonde notre appréhension du monde. Les particularités de ces paramètres colorent notre personnalité et influencent notre rapport au monde environnant.
    Découvrir la richesse des différentes facettes de notre profil mental permet de mieux gérer nos propres démarches. Comprendre ses fonctionnements contribue à créer des relations plus sereines avec les personnes qui interagissent dans nos apprentissages.

empty