Les pouvoirs de la parole

À propos

Sous le titre Les Pouvoirs de la parole, c'est autant à leur mise en cause à travers l'interprétation qu'à la mise en cause de l'interprétation elle-même que procèdent ici des analystes appartenant aux cinq écoles du Champ freudien, réunies dans l'Association mondiale de psychanalyse.
Double mouvement, incontournable, après Freud et avec Jacques Lacan.
Après Freud : celui qui découvrit les pouvoirs de la parole sans s'en effarer, et inventa décidément la 'talking cure', fut le premier à se confronter aux limites de l'interprétation dès les années 1920.
Avec Jacques Lacan : il rappelle, trente ans plus tard, aux psychanalystes que la rationalité de la psychanalyse ne consiste pas à rationaliser les idéaux de la maîtrise, et que leur discipline se voit dévoyée par leur démission devant un réel dont elle a à traiter.
La critique de Lacan est rude, et l'avenir de la psychanalyse passait par la restitution de la fonction de la parole dans l'expérience analytique.
Elle remet l'analyste à sa place, qui s'inscrit dans un temps logique propre à faire advenir une vérité. L'interprétation est d'abord un acte.
Une fois rétabli l'exercice libérateur de la parole, Lacan interroge ce qui y reste en reste. L'irréductibilité de la pulsion au signifiant, loin de l'invalider, assigne à l'interprétation sa visée : mi-dire, l'interprétation n'est pas toute, et " porte sur la cause du désir ".
Si l'interprétation révèle le non sens, sur lequel butent les pouvoirs de la parole, l'heure de son déclin n'est-elle pas celle de son heurt même ?



Rayons : Sciences humaines & sociales > Psychologie / Psychanalyse > Psychanalyse > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782020257053

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    512 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    3.5 cm

  • Poids

    540 g

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty