Journal ; 1992-2010

À propos

Illustration en acte de la " pensée complexe ", les journaux d'Edgar Morin entrelacent esquisses d'analyses, observations objectives et impressions subjectives, considérations sur les choses vues, vécues ou lues, réflexions et jugements inspirés par l'actualité, interrogations et notations personnelles sur les événements frappants, comiques, heureux ou tragiques de l'existence comme sur ses détails et moments quotidiens. Attentif à saisir l'épaisseur du réel et les aspérités de la matière humaine, le diariste s'y montre en revanche peu soucieux de gommer ses faiblesses pour, à la manière classique du " journal littéraire ", se " statufier dans des poses nobles ".
Dans la continuité du premier tome du Journal, le second mêle opus déjà publiés et séquences inédites, avec, ici, près de la moitié du volume occupée par ces dernières et leur quasi-continuité sur une décennie complète (2001-2010). Débutant par le " Journal de Chine " (août 1992), relation d'un voyage effectué trois ans après le Printemps de Pékin, et continué par ces deux journaux de la fin d'un siècle que sont Une année Sisyphe (janv.-déc. 1994) et Pleurer, aimer, rire, comprendre (janv. 1995-janv. 1996), il s'achève par le récit des " années cruelles " qui marquent pour Edgar Morin, avec l'ouverture du nouveau millénaire, l'ultime décennie d'Edwige, sa compagne, emportée par la maladie.



Rayons : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire > Autobiographie / Mémoires / Journal intime

  • EAN

    9782021086430

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    1 216 Pages

  • Longueur

    24.1 cm

  • Largeur

    15.4 cm

  • Épaisseur

    5.9 cm

  • Poids

    1 678 g

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Edgar Morin

Né à Paris en 1921, d'ascendance judéo-espagnole, Edgar Morin est marqué par la montée du nazisme, les procès de Moscou, la marche vers la guerre. À 20 ans, il entre à la fois au Parti communiste et dans la résistance gaulliste. Après la guerre, il s'engage dans les luttes anticoloniales, brise avec le PCF ("Autocritique", 1959) et publie des études d'ethnosociologie appliquée à la France contemporaine. Directeur de recherches au CNRS, hôte de toutes les universités du monde, il est l'auteur d'ouvrages de sociologie ("La Rumeur d'Orléans", 1969) et de philosophie ("La Méthode", 1981-2006). Parmi les derniers parus : "Mon Paris, ma mémoire" (Fayard, 2013), "Journal 1962-2010" (Seuil, 2012), "Dialogue avec François Hollande" (L'Aube, 2012), "La Voie: Pour l'avenir de l'humanité" (Pluriel, 2012), "Au péril des idées", entretiens avec Tariq Ramadan (Presses du Châtelet, 2014).

empty