Le format raw (3e édition)

À propos

Au début de l'ère numérique, le contexte général était très défavorable à l'adoption du format Raw. Les cartes mémoires et les disques durs étaient onéreux, les logiciels censés les traiter étaient pour le moins rustiques et la mode n'était pas à la complexité alors que le marketing vantait la disponibilité immédiate des photos prises avec des appareils numériques. Il fallait avoir la foi du charbonnier pour choisir ce format coûteux et dont on parvenait difficilement à extraire une image réellement meilleure que le Jpeg direct. Au fil des ans, les coûts additionnels ont diminué tandis que les logiciels s'amélioraient. Nous étions au milieu du gué lorsque nous avons publié notre premier hors-série sur le format Raw, il y a dix ans. Le coût du stockage n'était déjà plus un problème et les éditeurs faisaient feu de tout bois pour répondre à la demande de logiciels performants et adaptés au besoin nouveau de traiter par lots de grandes séries de photos. C'est pour y répondre qu'Aperture et Lightroom ont été conçus et c'est sans doute la raison de leur succès et de la longévité de Lightroom, resté seul après l'arrêt d'Aperture par Apple. Aujourd'hui, le format Raw est de plus en plus utilisé, certains smartphones le proposant même comme option d'enregistrement. Les logiciels sont performants, jusqu'à atteindre des niveaux inouïs dans plusieurs domaines comme la réduction du bruit ou certains traitements automatiques basés sur l'Intelligence artificielle. Pourtant, malgré un contexte de plus en plus favorable à une large adoption, le Raw reste intimidant et encore trop souvent considéré comme un format pour experts. C'est paradoxal, car la grande profondeur de codage et l'absence de colorimétrie des données brutes font du Raw un vaste filet de sécurité dont les débutants profiteraient pleinement ! Cela étant, le Raw est-il toujours utile alors que les appareils photo se sont drastiquement améliorés ? De fait, le rendement des capteurs est meilleur et le bruit bien mieux maîtrisé. Toutefois, deux caractéristiques n'ont pas changé et ne changeront jamais : le codage sur 8 bits par couche du Jpeg et la dynamique des paysages qui peut excéder 14 IL. Un Jpeg ne pourra donc jamais enregistrer de telles scènes sans brûler les hautes lumières ou enterrer les ombres de façon irrémédiable. Par ailleurs, la tentation d'aller toujours plus haut en sensibilité n'a fait que repousser le problème du bruit, qui reste entier et dont le traitement est bien plus efficace sur les données brutes. Sept années s'étant écoulées depuis la deuxième version de ce hors-série, il était temps de... tout refaire. Les deux premiers chapitres décryptent la nature et les spécificités du format Raw, puis explorent les arcanes du flux de travail. Les quatre suivants sont thématiques et calés sur la chronologie du développement des Raw. Un dernier chapitre en bouquet final confronte les meilleurs logiciels à trois pratiques très prisées : le paysage, le portrait et le noir et blanc



Rayons : Sciences & Techniques > Informatique > Graphisme / Son / Vidéo > Retouche d'images

  • EAN

    9782355642661

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    148 Pages

  • Longueur

    26 cm

  • Largeur

    19 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    320 g

  • Distributeur

    Eni

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty