Lune noire

Traduit de l'ANGLAIS

À propos

Diffusé sous le manteau pendant l'occupation, voici le plus étonnant des Steinbeck.
Alors que partout en Europe la guerre fait rage, au bout du monde, un petit village scandinave coule une existence paisible. Jusqu'au jour où une unité allemande apparaît au sommet de la côte. En un instant l'harmonie ancienne est rompue.
Rapidement l'envahisseur est condamné à la terreur. Face à lui, la population doit choisir entre la résistance ou la collaboration. Ce sera la résistance, mais passive, faite d'indifférence, de silence et de refus. Jusqu'à retourner la menace vers l'ennemi, le mener à la folie.


Orden le rebelle, Lanser le colonel nazi et Corell le collaborateur incarnent triplement l'unique destinée de l'homme face au totalitarisme.
Grâce à la finesse psychologique des personnages et à la force heurtée du récit, ce roman, alors prophétique, devient une parabole pour aujourd'hui.


John Steinbeck (1902-1968) est l'auteur de nombreux livres aussi marquants que Des souris et des hommes ou A l'est d'Eden et fut lauréat du prix Nobel de Littérature en 1962. Lune noire date de 1942.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    John Steinbeck

  • Éditeur

    LATTES

  • Distributeur

    HACHETTE

  • Date de parution

    01/01/1998

  • EAN

    9782709614580

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    278 g

  • Support principal

    Grand format

John Steinbeck

D'ascendance prussienne et irlandaise, J. Steinbeck naît à Salinas, petite ville de Californie, dans une famille modeste de quatre enfants. Il étudie à l'université de Stanford, en exerçant parallèlement de petits métiers: commis de vente, employé de ferme. Il abandonne ses études, quitte Los Angeles pour New York mais s'adapte mal à la ville. Après un échec dans le journalisme, il retourne en Californie et prépare son premier roman, La Coupe d'or, qu'il publie en 1929. Six ans plus tard, il connaît son premier succès populaire avec Tortilla Flat, chronique truculente de la vie des paisanos peu recommandables mais unis par la fraternité. Il prolongera cette veine anarchisante avec Rue de la Sardine et Tendre Jeudi. Ses autres romans parlent de l'inhumanité du développement économique et de la misère des journaliers. Déçu dans ses convictions socialistes, il finira par se rallier au "rêve américain" tout en se rapprochant de la nouvelle génération de l'Ouest et des Beatniks.
En 1948, il est élu à l'Académie Américaine des Arts et des Lettres et en 62, il reçoit le Prix Nobel de Littérature.Son oeuvre est généreuse et son originalité réside dans cette langue populaire, souvent cocasse, qu'il a su restituer; dans l'amitié et la solidarité qu'il a peint de façon émouvante.

empty