À propos

Longtemps limité au périmètre des drogues et de l'alcool, le diagnostic d'« addiction » s'est étendu progressivement aux comportements (internet, jeu, sexe, travail, achats, etc.) au point de déborder sur notre vie de tous les jours, dans les films, la publicité, la mode... Aujourd'hui, on est addict à tout et n'importe quoi.
C'est oublier que l'addiction est une maladie qui touche le système cérébral de récompense et d'émotion, et c'est ainsi faire le lit d'idées reçues tenaces tout autant que destructrices : « Il y a les drogues douces et les drogues dures », « Les addictions comportementales sont moins graves que les addictions aux drogues ou à l'alcool », « L'addiction au travail, c'est juste la passion de son travail », « Quand on tient bien l'alcool, il n'y aucun risque », « Pour s'en sortir il suffit d'avoir de la volonté », etc.
Parce que la pire des toxicomanies est celle des idées reçues, il est essentiel de les dépasser pour comprendre, soigner et prévenir.


Sommaire

Introduction.

Les origines du national-socialisme.
« L'addiction, ce n'est qu'une histoire de dopamine. ».
« Il y a les drogues douces et les drogues dures. ».
« L'addiction est due aux fréquentations. ».
« Les addictions comportementales sont moins graves que les addictions aux drogues ou à l'alcool. ».
« Être addict au sexe, ce n'est qu'un slogan médiatique. ».

Addictions avec et sans produits.
« La cocaïne, je m'arrête quand je veux. ».
« L'héroïne est la drogue la plus dangereuse. ».
« Boire un peu d'alcool pendant la grossesse n'est pas très dangereux. ».
« Les nouveaux produits de synthèse ne sont pas si inquiétants que ça. ».
« Il y a beaucoup de drogues qui circulent dans les clubs. ».
« Tout le monde est accro à son smartphone. ».
« L'addiction au bronzage, ça n'existe pas. ».
« Le sucre n'est pas une drogue, il ne peut pas rendre addict. ».
« L'addiction au travail, c'est juste la passion de son travail. ».

Conséquences des addictions.
« Le cannabis conduit à la consommation de drogues dures. ».
« Fumer du cannabis rend schizo. ».
« Quand on arrête de fumer des cigarettes, on grossit. ».
« La chicha, les bidis, c'est inoffensif. ».
« Quand on tient bien l'alcool, il n'y a aucun risque. ».

Aspects thérapeutiques.
« Une hospitalisation est suffisante pour guérir. ».
« Les traitements de substitution aux opiacés, c'est de la drogue aussi. ».
« Il n'y a aucun traitement pour l'addiction à la cocaïne. ».
« Il faut toujours traiter la dépression d'un sujet ayant une addiction à l'alcool ou à une drogue. ».
« Il n'y a aucun traitement efficace pour arrêter le cannabis. ».
« Pour s'en sortir, il suffit d'avoir de la volonté. ».

Conclusion.
Annexes.
Glossaire.
Pour aller plus loin.

Rayons : Sciences & Techniques > Médecine > Spécialités médicales > Neurologie


  • Auteur(s)

    Laurent Karila

  • Éditeur

    Le Cavalier Bleu

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    26/05/2022

  • Collection

    Idees Recues ; Poche

  • EAN

    9791031805214

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    10.5 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    156 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Laurent Karila

  • Naissance : 1-1-1973
  • Age : 51 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Laurent Karila est praticien hospitalier, responsable du Centre référence cocaïne, au Centre d'enseignement, de recherche et de traitement des addictions (CERTA) à l'hôpital universitaire Paul-Brousse (AP-HP, université-Paris XI) à Villejuif. Il a participé à de nombreux ouvrages, dont Accro (Flammarion) et publications scientifiques dans le champ de la psychiatrie et de l'addictologie.

empty